LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/fibromyalgie.jpg

Patients Fibromyalgie

18 réponses

171 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

je commence par les douleurs cervicales.....voilà je vois que beaucoup n ont pas le temps de se renseigner car trop de choses a faire ...boulot. .enfants ...ect...

Elles sont aux nombres de sept et on les sollicite toute la journée : ce sont les vertèbres cervicales. Elles feraient souffrir presque un Français sur deux. Des douleurs qui ont des causes très diverses, comme une arthrose ou encore une hernie discale, ou tout simplement, une mauvaise posture.

Les sept vertèbres cervicales forment ce que l'on appelle le rachis cervical. Les deux premières vertèbres sont très différentes des autres. On les appelle l’atlas et l’axis. Elles ont des surfaces articulaires plus larges pour pouvoir soutenir le poids de la tête. Le crâne, cerveau compris, représentant 7 % du poids du corps !

L’atlas s’articule vers le haut avec l’os occipital, c’est la base du crâne, et vers le bas avec l’axis. Plusieurs ligaments les relient. L’ensemble permet au cou de faire les mouvements de flexion, d’extension et de rotation.

Comme les autres vertèbres, celles du rachis cervical sont traversées par un orifice, et lorsque toutes les vertèbres s’articulent entre elles, cela forme le canal rachidien. C’est là où se cache la moelle épinière. C'est aussi une partie très sensible. Il y a des racines nerveuses qui partent de chacune des vertèbres jusqu’à la plus petite partie de notre corps.

Il s'agit d'une zone de passage entre les messages qui arrivent des organes et les ordres qui proviennent du cerveau. Entre chaque vertèbre, on trouve un disque intervertébral. Son rôle est de limiter les frottements, de servir d’amortisseur et de répartir les pressions, surtout lors d’un effort important.

De gros vaisseaux traversent la zone, comme la carotide et de la jugulaire. Les muscles s’intercalent et viennent recouvrir les os. Ils s’attachent aux vertèbres et à la base du crâne par des tendons, ce qui stabilise encore plus le système articulaire.

Toutes les parties qui constituent le cou peuvent ainsi être à l’origine de douleurs cervicales. Mais les solutions existent, parfois chirurgicales, pour lutter contre celles-ci. Alors, mieux vaut consulter aux premières douleurs.

BON COURAGE A VOUS ....

Début de la discussion - 02/12/2013

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le

la douleur du talon

La douleur au talon est un problème courant qui peut survenir lors de circonstances très différentes. Il existe heureusement des moyens pour la traiter, mais aussi la prévenir…

Talon protégé par de la graisse


Pour mieux comprendre ce qui nous « casse tant les pieds », le talon est constitué du calcaneum et au-dessus d'un autre os : l'astragale. Ces os empilés l'un au-dessus de l'autre, ne sont pas d'une grande stabilité, ce qui peut expliquer parfois l'origine d'une douleur au talon..

Sous la peau de la plante des pieds, existe une structure en éventail ressemblant un peu à une palmure constituée d’un tissu solide, légèrement élastique, tendu du talon jusque vers les orteils. Cette structure plantaire est en cause dans la courbure et la cambrure du pied. Et elle peut être en cause en cas de douleur au talon.

Au niveau du talon se trouve aussi une sorte « d’amortisseur » naturel constitué de graisse. Sauf que, à l’inverse de la graisse qui augmente au fil du temps, cette graisse-là, au niveau du talon, diminue avec le temps ! Ce qui fait qu’avec l’âge, cette espèce d’amortisseur naturel, de coussinet, tend à s’appauvrir, expliquant que l'on ait parfois mal au talon (ou les deux) !

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le
milieu rural. On ne peut exclure la possibilité que le diagnostic soit moins souvent posédans certaines régions où le nombre de personnes atteintes paraît faible.lA quoi est-elle due ?La cause de la fibromyalgie est inconnue. On sait qu’il existe une anomalie de la réponse àla douleur qui est augmentée. Il y a une sensibilisation du système nerveux central, attestéepar les examens d’imagerie fonctionnelle. En revanche on ne sait pas si cette sensibilisationest la cause ou la conséquence de la maladie. De nombreux facteurs ont été successivementincriminés. La constatation que de nombreux cas de fibromyalgie survenaient après un chocémotionnel violent, un traumatisme important (accidents de la route avec coups du lapinpar exemple), ou une maladie virale, a fait soulever tour à tour la question de l’impact deces évènements dans l’apparition de la maladie. Par ailleurs, l’association de la douleur àdes troubles du sommeil et à la dépression a fait envisager l’éventualité d’un déficit en neu-rohormones, notamment en sérotonine. Les neurohormones sont des substances présentesen quantité infime au niveau du système nerveux impliquées dans des fonctions telles quele sommeil, l’humeur et la douleur mais également dans diverses fonctions sensorielles,motrices et cognitives. Ces dérèglements sont probablement à l’origine de l’importance desdouleurs ressenties alors qu’on ne trouve aucune lésion des organes ou des tissus ni aucuntrouble biochimique pouvant les provoquer. Enfin, l’existence de cas «mère-fille», pourraitsuggérer l’intervention d’autres facteurs non encore identifiés.lEst-elle contagieuse ?Elle n’est absolument pas contagieuse.lQuelles en sont les manifestations ?Avant l’installation de la fibromyalgie, il existerait une longue (ou très longue) période de« signes précurseurs ». Très peu spécifiques, ces signes ne sont souvent retrouvés qu’ aposteriori , une fois le diagnostic de fibromyalgie posé. Il s’agit essentiellement de :- fatigue anormale à l’effort- inconfort musculaire, courbatures, fourmillements, fatigue- station debout pénible- intolérance au froid, à la chaleur- troubles digestifs divers (douleurs à l’estomac, côlon irritable)- vessie irritable- troubles du sommeilUne fois déclarée, la fibromyalgie se caractérise par des douleurs diffuses, une fatigueintense, des troubles du sommeil, auxquels s’associent différentes manifestations d’allurepsychosomatique.La douleurIl s’agit du symptôme principal. Toujours présente, elle touche de façon préférentielle lesrégions proches de la colonne vertébrale : la nuque, les épaules, la région inter-scapulaire(entre les 2 épaules), les omoplates, le bas du dos, les hanches. Elle peut aussi atteindreles genoux, la plante des pieds, les fessiers et les mains avec une impressde gonflement,
LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le

Le mot fibromyalgie vient du latin fibro qui désigne les tendons, myo les muscles et algie, la douleur. Les douleurs apparaissent donc au niveau des tendons, mais aussi des ligaments et des muscles (les ligaments et les tendons rattachent les muscles aux os). Ce sont des douleurs diffuses et chroniques, qui durent depuis au moins 3mois, et se situent aussi bien du côté droit que du côté gauche du corps.

Les douleurs de la fibromyalgie... Elles sont fluctuantes d’un jour à l’autre, aussi bien dans leur intensité que dans leur localisation.  Souvent importantes le matin, elles s'associent à une raideur qui diminue en fin de matinée et début d’après-midi. Le froid et un temps humide ont tendance à les diminuer. Les points de Yunus (les 18 points définis par l'American College of Reumatology) sont une aide au diagnostic

Points sensibles. On a longtemps fait le diagnostic de fibromyalgie grâce aux points de pression. On estimait qu'il y en avait 18 chez un malade atteint de fibromyalgie. Très sensibles au toucher, notamment au niveau du cou, les épaules, la partie supérieure des fesses, l'articulation de la hanche, le genou... si 11 des 18 points étaient sensibles, le diagnostic de la fibromyalgie était posé. Le circuit qui transmet cette sensation est beaucoup trop actif, les zones cérébrales de la douleur reçoivent sans arrêt des messages, même lors de pressions faibles, le cerveau n'arrive plus à les modérer. Résultat, le patient a mal en permanence.

Aujourd'hui, le diagnostic de fibromyalgie peut être posé même s'il n'y a pas 11 points douloureux ou si la localisation ne correspond pas aux points. La douleur doit être diffuse et présente depuis au moins 3 mois, sans que d'autres affections puissent l'expliquer.

On prend également en compte d'autres troubles tels que les troubles du sommeil, les colopathies fonctionnelles, le syndrome des jambes sans repos, les maux de tête, les troubles de l'attention et de la mémoire ou encore les troubles de l'humeur... 

Puisque ces douleurs ne sont pas spécifiques à la fibromyalgie, tout comme les autres symptômes, la fatigue chronique, la perte de mémoire, l'intestin irritable et les céphalées de tension, et que les analyses sanguines ne donnent rien, le diagnostic est difficile à poser.

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le

Avant d'être reconnue en 1992 comme maladie rhumatismale par l'Organisation mondiale de la santé, la fibromyalgie était considérée comme un trouble psychiatrique par les médecins. Les examens biologiques des patients sont normaux et l'entourage a souvent du mal à croire qu'ils souffrent vraiment, d'où la difficulté des médecins à mettre un nom sur cette pathologie.

Virale ? Psychologique ? Depuis plus d'un quart de siècle, plusieurs théories ont été avancées pour l'expliquer. Certains parlent d'une origine virale, comme l'herpès, ou le zona, qui pourraient d'ailleurs être des facteurs déclencheurs. D'autres ont pensé à des désordres biochimiques ou encore à des perturbations psychologiques. Mais ce qui est sûr, c'est que les personnes atteintes de fibromyalgie présentent une hypersensibilité à la douleur.

Mauvaise transmission des sensations. En temps normal, on perçoit une douleur par le biais d'un nerf qui agit comme un récepteur et qui nous transmet cette sensation sous forme de message électrique. Ensuite, le cerveau décode cette information puis la module, et ce n'est qu'à ce moment là qu'on perçoit réellement la sensation douloureuse. Dans la fibromyalgie, ce circuit est très actif, le cerveau n'arrive plus à analyser correctement les messages de douleur, il est déréglé et donc le patient a mal en permanence.

Pour aider les patients qui souffrent de fibromyalgie, le centre de traitement de la douleur de l'Hôtel Dieu de Paris propose une éducation thérapeutique, la "Fibroschool" où un petit groupe de malades peuvent se rencontrer et améliorer leur connaissance de la maladie.

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le

Il n'existe aujourd'hui aucun moyen de guérir de la fibromyalgie. Le traitement vise uniquement à soulager la douleur et les autres symptômes comme les troubles du sommeil.

Même si la cause psychologique n'est pas systématiquement à l'origine de la fibromyalgie, une psychothérapie est souvent associée aux traitements.


 

En savoir plus


 

Sur Allodocteurs.fr

Questions/Réponses :

Mon médecin nie l'existence de la fibromyalgie et dit qu'on emploie ce mot quand on ne peut expliquer les causes de maux. Que penser ?Comment faire comprendre à mon entourage que je souffre de fibromyalgie, que malgré les apparences, je ne suis plus la même ?Les implants neuro-stimulateurs sont-ils une bonne alternative aux médicaments qui ont des effets secondaires ? Est-ce douloureux ?
Que pensez-vous des rayons magnétiques pulsés pour soulager la fibromyalgie et l'arthrose ?Comment distinguer la fibromyalgie de la multitude de maladies dont le seul indice est la douleur ?A-t-on déterminé l’origine de la fibromyalgie ?Pourquoi est-il si difficile d'obtenir une Affection de Longue Durée (ALD) pour la fibromyalgie ?Peut-on guérir de la fibromyalgie ?Qui peut faire le diagnostic de la fibromyalgie ?La fibromyalgie est-elle une vraie maladie ?Des troubles digestifs peuvent-ils être associés à la fibromyalgie ?L'activité physique est-elle recommandée en cas de fibromyalgie ?Une prise en charge psychologique est-elle proposée en cas de fibromyalgie ?

Dossiers :

Ch@t : La fibromyalgie, du 14 mai 2009
Avec les réponses du Dr Henri Rubinstein et du Dr Patrick Sichère, rhumatologueCh@t : Fibromyalgie, du 12 mai 2010
Avec les réponses du Dr Henri Rubinstein, du Dr Charley Cohen, rhumatologue et du Dr Charlotte TourmenteDouleur : vers une meilleure prise en chargeLa douleur : une histoire de femme ?Les antalgiques : une révolution contre la douleur
LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le
Bon conseiller

merci mumu pr ce complement d information

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le

Pas de quoi Gisela cela évite de chercher pour certaines qui ont du mal a se documenter..

Cette pathologie essentiellement féminine (environ 80 % des cas) est de survenue tardive (après 50 ans), mais il existe des cas avant 35 ans. Les individus atteints de fibromyalgie sont moins nombreux à partir de 70 ans. Plus rarement la fibromyalgie touche également les enfants. Pour certains spécialistes la prévalence de la fibromyalgie atteindrait 20 % de la population.

Les principaux symptômes dont se plaignent les individus atteints de fibromyalgie, en dehors de la douleur, sont un sommeil perturbé, des paresthésies des membres supérieurs (fourmillements), des perturbations psychiques importantes à type de dépression essentiellement, des douleurs à la pression (même légère) de certaines zones précises du corps (points de Yunus), une impression de crispation des mains et une fatigue générale intense.
De façon générale, le patient atteint de fibromyalgie ressent un malaise se caractérisant par une douleur généralisée associée à une importante fatigue, ou plus précisément un surcroît de fatigue. D'autre part, certaines zones de son corps sont plus sensibles au toucher que d'autres, ce qui l'empêche d'accomplir les tâches inhérentes au quotidien, aggravant du même coup son état psychologique.

La première plainte d'un individu atteint de fibromyalgie est la douleur. Il s'agit soit de douleurs diffuses, soit de douleurs localisées. Les douleurs diffuses se situent globalement dans l'axe du corps, c'est-à-dire qu'elles concernent les régions du cou, des lombes (bas du dos) et des fesses. Les douleurs localisées se situent au niveau du rachis (colonne vertébrale) essentiellement. Une caractéristique typique des douleurs ressenties au cours de la fibromyalgie est leur majoration par le froid, l'anxiété, le stress ou la fatigue. Cette fatigue touche essentiellement les muscles et donne l'impression d'une sensation de noeud ou de brûlure.
Les patients se plaignent également d'une sensation de gonflement dont la localisation varie selon les individus. À cela s'ajoutent d'autres symptômes moins fréquents : il s'agit d'une impression de fourmillements (paresthésies), de chaleur ou au contraire de froid au niveau de la peau, s'associant à une perturbation de la coloration cutanée (ce que l'on appelle des troubles vasomoteurs).

Plus précisément, les patients atteints de fibromyalgie décrivent :

Des douleurs durent depuis plusieurs mois en trois endroits différents au moins. La moindre douleur est insupportable, intolérable. Le plus souvent la douleur ne touche pas les mains et les pieds et se situe au niveau du cou, en dessous du crâne (entraînant des céphalées : maux de tête), en arrière, au niveau des épaules (à l'insertion du sus épineux et du trapèze), au niveau des coudes (zone épicondylienne) et au niveau du grand trochanter (apophyse, zone de la partie supérieure du fémur, os unique de la cuisse). Les douleurs qui surviennent spontanément et qui donc ne sont pas déclenchées par la pression du doigt de l'examinateur, sont décrites comme une brûlure, un broiement une raideur, une courbature, etc. Si la douleur est susceptible de débuter dans une seule région comme une épaule par exemple ou encore le cou (rachis cervical), ou le bas du dos (rachis lombaire), cette douleur peut également s'étendre à l'ensemble de l'organisme. Parfois les patients se plaignent de douleurs dans les articulations donnant une impression de gonflement. Pourtant à l'examen les articulations apparaissent normales. Chez certains patients, mais pas tous, on constate une raideur matinale qui s'améliore au cours de la journée mais malheureusement pas pour tout le monde. Parfois les patients ressentent une sensation de froid (contrairement aux autres personnes de leur entourage) ainsi que des phénomènes proches du syndrome de Raynaud (fourmillements des doigts des mains accompagnés d'une coloration blanche de la peau, ou au contraire bleu violette, etc.). Généralement les symptômes sont aggravés par le froid, l'anxiété, le stress, le temps humide, le surmenage, le manque de sommeil, l'insuffisance de repos ou de vacance. Parfois les patients sont améliorés par un temps chaud et ensoleillé.Une sensation de fatigue intense, concernant les muscles dans la majorité des cas. Ceci explique que l'individu atteint de fibromyalgie, se sent harassé, exténué et présente un handicap fonctionnel souvent en inadéquation avec une activité professionnelle.Des troubles cognitifs : il s'agit avant tout de troubles de la mémoire, et pour certains patients des perturbations dans le traitement des informations qui leur arrivent, plus précisément dans la vitesse de traitement de ces informations. Autrement dit, les patients mettent un certain délai pour comprendre ce qui leur est dit. Mais ceci n'est pas vrai pour tous les malades atteints de fibromyalgie.Des paresthésies : il s'agit d'un trouble de la sensibilité, désagréable mais non douloureux, donnant l'impression de palper du coton et pouvant s'accompagner d'une anesthésie (disparition plus ou moins importante de la sensibilité). Le terme habituellement employé est fourmillement.Un peu moins de la moitié des patients présentent une dépression importante (chiffre supérieur à la population générale). Il est impossible de savoir, pour l'instant, si celle-ci est la cause de la fibromyalgie ou sa conséquence. Le plus souvent, des antécédents de dépression sont retrouvés. Il semble néanmoins que la dépression soit une conséquence de la fibromyalgie. En effet, étant donné l'état d'isolement social dans lequel se trouvent les patients, il semble compréhensible qu'ils souffrent d'un syndrome dépressif. Certains examens de laboratoire permettent de dire avec quasi-certitude que la dépression au cours de la fibromyalgie n'est pas organique mais sans doute secondaire (c'est-à-dire provoquée par la fibromyalgie). En effet, au cours de la dépression «classique», certains dosages, comme par exemple celui du cortisol dans les urines, sont perturbés. Au cours de la fibromyalgie, le dosage du cortisol et d'autres tests (test à la dexaméthasone) sont normaux.Au cours de la fibromyalgie on constate très fréquemment, chez certains individus, ce que l'on appelle les altérations fonctionnelles du système nerveux autonome. Il s'agit d'une perturbation du fonctionnement du système nerveux végétatif, le système nerveux qui régule les fonctions automatiques de l'organisme. Ceci se traduit par des anomalies de la circulation cutanée et plus précisément des minuscules vaisseaux de la peau. On constate, en effet, une vasoconstriction c'est-à-dire une diminution du calibre de ces vaisseaux ce qui pourrait éventuellement expliquer, la survenue de certains symptômes plus spécifiques, au cours de la fibromyalgie. Il s'agit d'une piste sérieusement étudiée par des chercheurs brésiliens (enquête menée en 2006), qui ont montré qu'au cours de la fibromyalgie, le système nerveux sympathique et parasympathique étaient perturbés.

Globalement, ce syndrome (c'est-à-dire cet ensemble de symptômes) concernant le dysfonctionnement du système nerveux végétatif porte le nom de dysautonomie.
L'examen clinique, c'est-à-dire l'examen physique, du patient atteint de fibromyalgie montre quelquefois une hyperactivité sympathique du coeur (accélération du rythme cardiaque), entre autres. Étant donné que les perturbations du système nerveux sympathique sont également susceptibles d'entraîner l'apparition d'une mydriase (dilatation de la pupille), d'une augmentation de la pression artérielle, d'un ralentissement du péristaltisme (mouvements intestinaux) et d'une vasoconstriction (dilatation des vaisseaux) périphérique, il est nécessaire de rechercher ces perturbations pour orienter un diagnostic de fibromyalgie.

Plus intéressant encore, toujours en ce qui concerne les perturbations du système nerveux autonome, la mise en évidence d'une hypotension orthostatique est fréquente chez les individus atteints de fibromyalgie. L'hypotension orthostatique se traduit par une baisse de la tension artérielle quand le patient passe de la position allongée à la position debout. Ce phénomène est facilement mis en évidence en prenant le temps de prendre la tension artérielle chez un individu allongé puis debout, après lui avoir demandé de se lever, le plus rapidement possible. Ce phénomène semble, paradoxalement, diminuer lors du stress.

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le
Bon conseiller

merci mumu maintenant je comprends mieux mes symptomes surtout mes problemes cardiaque et de tension

LES RECHERCHES SUR NOS DOULEURS QUE VOUS AVEZ TROUVER.


Posté le
Bon conseiller

Merci Mumu de prendre la peine de nous fournir tous ces renseignements. Gros bisous, prends soin de toi!

Discussions les plus commentées