Symptômes de la fibromyalgie

Le principal symptôme de la fibromyalgie est la douleur qui touche de façon préférentielle certaines zones musculaires proches de la colonne vertébrale.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Les symptômes de la fibromyalgie sont dominés par la douleur. Ce sont des douleurs musculaires intenses qui touchent de façon préférentielle des zones musculaires symétriques proches de la colonne vertébrale : nuque, épaules, région inter-scapulaire (entre les 2 épaules), omoplates, bas du dos et hanches.

La douleur peut aussi atteindre les genoux, la plante des pieds, les fessiers et les mains avec une impression de gonflement. Les malades se plaignent généralement d’avoir « mal partout ».

Cette douleur varie selon le moment de la journée, le niveau de stress, l’activité physique et s’accompagne de raideur matinale. Elle s’associe à des raideurs diffuses et se caractérise par des points douloureux spécifiques sensibles au toucher. Sourde ou aiguë, à type de brûlures, de piqûres, de fourmillements ou d’engourdissement musculaire, la fibromyalgie est différemment décrite selon les personnes. Elle peut également évoluer d’un type de douleur à l’autre et d’une localisation à l’autre ou se généraliser progressivement chez la même personne. Elle peut être pénible au point d’entraver l’accomplissement des gestes quotidiens.

Différentes manifestations pour la fibromyalgie

Cette douleur chronique est fréquemment accompagnée de fatigue chronique, de perturbations du sommeil, de troubles de la mémoire, de difficultés de concentration, d’attention, de troubles émotionnels (anxiété, dépression). Ces symptômes peuvent conduire au repli sur soi avec des répercussions socioprofessionnelles et personnelles. On les retrouve également chez les patients ayant une douleur chronique dont l’origine est mieux identifiée (arthrose, mal de dos, etc.).

Par ailleurs, le sommeil n’est que peu ou pas réparateur. Le malade se réveille fatigué en raison d’un sommeil «agité». Comme la douleur, les troubles du sommeil ne s’améliorent pas avec le temps sans traitement.

Des troubles psychologiques peuvent apparaître : il s’agit essentiellement d’anxiété et d’un état dépressif. Pessimisme et catastrophisme y sont souvent associés. Se pose ainsi la question de la chronologie des troubles : le syndrome dépressif est-il antérieur à la fibromyalgie ou bien réactionnel, secondaire à l’errance diagnostique et à l’inefficacité des différents traitements ? Les malades rattachent souvent leur trouble à l’inquiétude qui accompagne leur état de santé incompréhensible.

La majorité des patients sont des personnes qui menaient des vies actives et dynamiques sans le moindre signe de dépression avant la survenue de la maladie. La fibromyalgie et la dépression peuvent être considérées comme deux maladies différentes, bien que voisines et souvent associées.

Un ensemble de troubles et de signes disparates sont rapportés par les malades. S’ils contribuent à faire évoquer le diagnostic, ils peuvent également amener le malade vers différentes consultations :

- migraine et céphalées de tension ;
- difficultés de concentration et troubles de la mémoire ;
- hypersensibilité au bruit, à la lumière, et aux odeurs ;
- troubles du transit intestinal, tels que diarrhée ou constipation, voire l’alternance des deux (ce qui peut faire évoquer à tort un syndrome du côlon irritable) ;
- troubles urinaires (mictions fréquentes) ou douleurs de règles (dysménorrhées) ;
- troubles de la thermorégulation (intolérance anormale au froid et à la chaleur) ;
- troubles du sommeil ;
- syndrome des jambes sans repos avec impatiences nocturnes.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Henri RUBINSTEIN,spécialiste des explorations neurologiques à Paris.

Sources : Orphanet : la fibromyalgie

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme