Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est un développement de cellules cancéreuses au sein d’une glande de l’appareil génital masculin, la prostate.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Lors d’un cancer, des cellules anormales, dites cancéreuses, se multiplient trop fortement. Elles peuvent rester dans la prostate ou migrer dans l’organisme : on les appelle alors métastases.


La tumeur se développe le plus souvent (plus de 95%) à partir des cellules épithéliales (carcinome) de la glande prostatique (adéno) d’où son nom d’adénocarcinome. Il existe d’autres cas plus rares de cancers de la prostate.

Comme pour l’ensemble des cancers, en l’absence de traitement, les cellules cancéreuses vont se multiplier et peuvent se disséminer dans l’organisme, soit dans les organes et tissus adjacents, soit à distance en particulier dans les os et ganglions. Cependant, le cancer de la prostate évolue lentement en comparaison à d’autres cancers comme le cancer du pancréas. Le cancer de la prostate fait partie des cancers dont le pronostic est le meilleur. La survie à 5 ans est de 80 à 90%. Cependant, le pronostic reste mauvais lorsque le cancer est métastatique. Les facteurs pronostiques du cancer de la prostate sont les suivants : - la taille de la tumeur : Plus la tumeur est petite, meilleur est le pronostic. - l’aspect des cellules : Plus les cellules cancéreuses sont similaires à des cellules normales, meilleur est le pronostic.

En savoir plus sur le cancer de la prostate

La question du dépistage dans le cancer de la prostate n’est pas encore tranchée. En effet, il n’y a à ce jour aucune preuve significative montrant que ce dépistage systématique permette de réduire la mortalité. En effet, un certain nombre de cancers de la prostate n’évolueront jamais ou très peu, et une décision de traitement serait alors trop agressive.

Le dépistage est donc plutôt recommandé lorsque le patient est à risque. Lorsque celui-ci ressent des symptômes, son médecin réalisera un toucher rectal ainsi qu’un dosage du PSA (Prostate Specific Antigen), qui est une protéine fabriquée exclusivement par la prostate. Lors d’un cancer, mais également lors d’autres pathologies prostatiques, elle est augmentée. De plus, le toucher rectal peut augmenter le PSA : il est donc recommandé de faire le toucher rectal après le dosage du PSA.

L’augmentation du PSA pouvant être due à d’autres pathologies non cancéreuses, il est nécessaire d’effectuer une biopsie, c’est-à-dire un prélèvement de tissu dans la prostate. Cette biopsie permet d’observer au microscope les cellules, ce qui permet de déterminer si elles sont cancéreuses et si elles sont agressives.

Article rédigé sous la supervision du Pr. François HAAB, chef de service urologie de l'hôpital Tenon à Paris, membre du conseil scientifique de l'Association NAtionale des MAlades du CAncer de la Prostate (ANAMACAP).

Sources : Institut National du cancer

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 192 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel