Fiche Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie correspond à une prolifération anormale des cellules de la paroi de la vessie qui forment alors des tumeurs ou polypes.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est le 7ème cancer le plus fréquent en France en 2010. Les personnes les plus affectées par ce cancer ont souvent autour de 70 ans. Et les hommes sont beaucoup plus touchés par ce cancer puisque sur 10 700 cas en 2010, 80% d’entre eux ont concernés des hommes.

Les tumeurs de la vessie peuvent être superficielles (tumeurs peu profondes de la vessie) ou infiltrantes (très étendues, jusqu’aux fibres musculaires de la vessie).

La vessie est un organe essentiel du système urinaire. En amont de la vessie, les reins ont pour fonction de filtrer dans le sang les déchets que l’organisme va rejeter. Ces substances inutiles sont ensuite amenées sous forme d’urine par des canaux appelés uretères.
La vessie qui est une sorte de poche creuse va stocker l’urine transportée par les uretères. Une fois la vessie remplie, des signaux nerveux sont envoyés au cerveau de la personne qui évacue ensuite l’urine lors de la miction via l’urètre.

Le tabac est un facteur de risque que l’on cite souvent dans le cas du cancer de la vessie.
De plus, le cancer de la vessie est qualifié de maladie professionnelle en raison de l’impact sur ce cancer de l’exposition à certaines substances chimiques.
Les personnes travaillant en contact avec ce type de substances courent donc un risque plus important que ce cancer se déclenche chez elles. L’arsenic, les amines aromatiques, les dérivés de l’aniline, certains hydrocarbures polycycliques, les goudrons, les huiles de houilles… sont une liste non exhaustive des substances chimiques pouvant être responsables de la survenue du cancer de la vessie. Egalement, l’exposition à ces produits chimiques a une influence sur le cancer de la vessie, même si l’exposition est ancienne.
Des causes génétiques sont aussi nommées dans le cancer de la vessie. Ainsi, il semble que la mutation du gène p63 et d’autres gènes favorisent ce cancer.

Le cancer de la vessie est un cancer dont les symptômes sont peu nombreux.
Le symptôme principal et le plus évocateur est la présence de sang dans les urines du malade. Le saignement peut être visible à la fin de la miction (fait d’uriner) et être peu abondant. Néanmoins, le fait que le sang ne pas soit détecté à chaque miction ne signifie pas nécessairement que c’est une fausse alerte.
Des présences abondantes de sang sont aussi un symptôme possible et il faut savoir que la plupart du temps, le saignement est le seul symptôme perceptible.

Les polypes (tumeur superficielle de la vessie) peuvent provoquer des symptômes additionnels comme des infections urinaires, l’envie d’uriner la nuit (nycturie), des impériosités urinaires et une fréquence anormale des mictions (pollakiurie).

En savoir plus sur le cancer de la vessie

Les examens cliniques pour diagnostiquer le cancer de la vessie sont au nombre de 3.

- L’imagerie ou échographie de l’appareil urinaire par voie sus pubienne, est un premier examen qui permet de repérer des tumeurs. Ne rien détecter à l’imagerie ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque de cancer de la vessie. Un examen pus approfondi est requis pour écarter toute suspicion.
- La cytologie urinaire est un autre examen pratiqué systématiquement et qui est très efficace pour détecter les tumeurs de haut grade. Cet examen correspond à l’analyse des cellules présentes dans l’urine et détecte les anomalies.
- Enfin, la cytoscopie est l’examen approfondi qui permet de diagnostiquer le cancer de la vessie avec efficacité. Cet examen consiste à observer l’intérieur de la vessie grâce à un système optique. Il se réalise soit sous anesthésie locale, soit au bloc opératoire avec anesthésie générale et hospitalisation.

Pour les tumeurs superficielles, l’endoscopie est pratiquée pour extraire le polype de façon naturelle. Dans certains cas les instillations intra-vésicales sont utilisées en tant que traitement complémentaire. Il s’agit d’introduire dans la vessie un liquide qui a pour action de limiter les récidives tumorales.

En ce qui concerne les tumeurs infiltrantes, l’ablation de la vessie est généralement le traitement qui garantit le succès le meilleur. L’opération chirurgicale qui vise à enlever la vessie est la cystectomie. En cas de métastases (propagation du cancer aux autres organes), la chimiothérapie est de rigueur. La radiothérapie peut être suivie en tant que traitement complémentaire, mais ce n’est pas automatique.

Si la vessie a été enlevée, des dérivations du circuit des urines sont mises en place pour garantir la continence des malades.

Sources :
- Haute Autorité de Santé
- Uropage - Le site patient en urologie

Cancer de la vessie sur le forum

Forum
23/11/2017 à 18:18

Un membre a réagi à la discussion L'âge de son cancer

Voir sa réponse
Forum
23/11/2017 à 17:27

Un membre a réagi à la discussion L'âge de son cancer

Voir sa réponse
Voir le forum Cancer de la vessie

Enquêtes Cancer de la vessie

  • Je partage mon expérience
  • J'échange avec d'autres patients
  • J'obtiens des informations

La communauté Cancer de la vessie

  • 94 membres

  • 94 membres

  • 94 membres

Ils ont rejoint la communauté Carenity

Yellow

“Quand on est malade, on a besoin d'échanger et de partager avec les autres. Merci à Carenity...”

Xavier

“Sur Carenity, on trouve du réconfort et c'est vraiment important lorsque l'on est...”

Ortense

“J'ai 52 ans et cela fait déjà  5 ans que je vis avec la maladie. Mais mes traitements et les...”

Rejoignez les 150 000 patients

inscrits sur la plateforme

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme

Les médicaments pour Cancer de la vessie

Médicament

LEDERTREXATE

En savoir plus
Médicament

BCG-MEDAC

En savoir plus
Médicament

AMETYCINE

En savoir plus
Médicament

DOXORUBICINE

En savoir plus
Médicament

ADRIBLASTINE

En savoir plus
Médicament

METHOTREXATE

En savoir plus
Voir plus de médicaments