Dépistage du cancer de la prostate

La question du dépistage dans le cancer de la prostate n’est pas encore tranchée. En effet, il n’y a à ce jour aucune preuve significative montrant que ce dépistage systématique permette de réduire la mortalité. Le dépistage est donc plutôt recommandé lorsque le patient est à risque.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

En effet, un certain nombre de cancers de la prostate n’évolueront jamais ou très peu, et une décision de traitement serait alors trop agressive.

Lorsque le patient à risque ressent des symptômes, son médecin réalisera un toucher rectal ainsi qu’un dosage du PSA (Prostate Specific Antigen), qui est une protéine fabriquée exclusivement par la prostate. Lors d’un cancer, mais également lors d’autres pathologies prostatiques, elle est augmentée. De plus, le toucher rectal peut augmenter le PSA : il est donc recommandé de faire le toucher rectal après le dosage du PSA.

L’augmentation du PSA pouvant être due à d’autres pathologies non cancéreuses, il est nécessaire d’effectuer une biopsie, c’est-à-dire un prélèvement de tissu dans la prostate. Cette biopsie permet d’observer au microscope les cellules, ce qui permet de déterminer si elles sont cancéreuses et si elles sont agressives.

Il existe encore un large débat scientifique sur la fiabilité de cet examen sanguin à des fins de dépistage de l’adénocarcinome prostatique. En effet, le dosage du PSA n’est pas assez fiable car les taux varient en fonction des patients, et il arrive que des patients atteints de cancer prostatique aient un taux de PSA inférieur à la limite, et soient donc contrôlés négativement, repoussant ainsi le diagnostic, et limitant encore plus les chances de survie.

Les symptômes urinaires de l’adénocarcinome prostatique apparaissent seulement dans les phases les plus avancées de la maladie. Cependant, ils peuvent aussi indiquer la présence de diverses pathologies autres que le cancer prostatique. Il est donc très important que le dépistage du cancer de la prostate soit effectué par un médecin spécialisé qui prenne en considération plusieurs autres facteurs avant de décider de la procédure à suivre.

Examens de dépistage du cancer de la prostate

Dans l’évaluation de l’état de la prostate, le médecin peut décider d’effectuer le test PSA et l’exploration rectale. Celle-ci s’effectue par le médecin traitant ou encore par l’urologue, et permet dans certains cas d’identifier au toucher la présence d’éventuels nodules au niveau de la prostate.

Si cet examen donne lieu à une suspicion de cancer prostatique, on procède en général avec une biopsie de la prostate sur guidage échographique. L’unique examen en mesure d’identifier avec certitude un adénocarcinome prostatique grâce à la présence de cellules cancéreuses dans le tissu prostatique est la biopsie effectuée sous anesthésie locale. Cet examen ne dure que quelques minutes et peut se faire en milieu ambulatoire. Grâce au guidage de la sonde échographique insérée dans le rectum, le médecin procède, avec une aiguille spéciale, à au moins 12 prélèvements par voie transrectale ou par voie transpérinéale (la zone située entre le scrotum et le rectum). Ces prélèvements sont ensuite analysés au microscope par l’anatomo-pathologiste, à la recherche d’une éventuelle tumeur prostatique.

Dernière mise à jour : 11/09/2018

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Actualité - Cancer de la prostate