https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour @pseudo-masqué‍ @pseudo-masqué‍ 

J'ai lu vos messages précédents et je peux en parler. Je prends depuis un moment l'effexor. On m'a d'ailleurs augmenté le dosage. J'ai 2 effexor 75 et un de 37.5 le matin. C'est bcp je trouve. Je le supporte bien et aucun effets secondaires. Au début on m'a prescrit du cymbalta. Ça n'a pas marché du tout sur moi.

J'ai une question si vous voulez bien. Avez vous des anxiolytiques? J'ai de l'anxiété chronique et j'aimerai pouvoir parler de ça. J'ai tout essayé comme exercice de relaxation mais je n'arrive pas me détendre... Ça me fait peur d'avoir un traitement benzodiazépines depuis longtemps 😐

Bonne fin de soirée 

.

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonsoir @pseudo-masqué‍ , en plus de Paroxétine , je prends 8 gouttes de Lysanxia (qui fait partie des benzodiazépines ). Mais cela fait bien 30 ans que j'en prends et impossible de l'arréter !!!

Bonne soirée à tous 

Echanger autour de la dépression ?
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

je ne prend aucun anxiolytiques car ils contiennent du lactose et j'ai appris que j'étais intolérante depuis 3 ans, je ne prend plus rien depuis avril 2016, je suis diagnostiquée bipolaire, mais tous les psychiratres se contredisent avec moi, on me dit qu'on m'a mal diagnostiquée parce que je ne prend plus aucun psychotropes, j'en ai pris pendant 17 ans, ils m'ont fait grossir, j'étais une épave. Quand je me souviens plus d'une anecdote de mes enfants (ils ont 19 et 17 ans), il me disent "tu dormais", voilà le souvenir qu'on mes enfants. J'ai raté leurs enfances et leurs adolescences.

J'ai fait de la psychogénéalogie de 2008 à 2013 et en même temps le psychaitre de l'époque m'a diminué tous les psychotropes que je prenais, je prenais plus que le cymbalta quand il est parti à la retraite. quand j'ai eu mon problème de règles hémorragiques en permanence aucun psychiatre n'a incriminé mon médicament, puis on m'a fait changé par le seroplex, mais les règles ont continué... C'est une guérisseuse qui n'arrivait pas à arrêter mes règles plus d'un mois qui a douté au sujet de mon anti-dépresseur, j'ai arrêté l'anti-dépresseur en avril, je me suis faites opérée en juillet et ça été fini.

je refais une dépression depuis novembre, surement à cause du changement du lévothyrox par L-thyroxin henning. Oui je sais le lévothyrox contien du lactose mais comme je ne l'ai jamais arrêté je n'avais aucune réaction. Maintenant que je l'ai arrêté même si il revenait dans les pharmacies je sais que j'aurais des réactions d'intolérance.

bref, tout ça pour dire que je suis dépressive chronique depuis 1984, avec des intervalles de guérison de 3 ans à peu près. J'ai pris l'anti-dépresseurs en continue pendant 17 ans et j'en subit les conséquences. Un psychiatre m'avait avoué qu'au bout de trois dépressions, ils ne savaient pas guérir les dépressifs chroniques, et pourtant j'ai continué à prendre les anti-dépresseurs. Apnée du sommeil, incontinence font parti des effets secondaires de cette prise sans interruption des médicaments.

J'aurais du mal à conseiller quoi que se soit, je suis une malade qui ne peut plus faire confiance aux docteurs, car avec les régulateur d'humeur j'ai pris 60 kg. J'ai été trop bête de leur faire confiance. Depuis 3 ans je fais le régime sans gluten, sans lactose et sans sucre et j'ai guéri du diabète, de l'hypertension et je sais plus quoi d'autre, je prenais 5 médicaments et mon docteur se moque de moi quand je lui dit que se régime m'a permis de guérir, pour lui c'est l'effet placebo, c'est vrai que ça me fait tellement plaisir de faire ce régime, en plus j'ai jamais pensé guérir d'autres maladies que celle de lyme, mais les analyses ont été formelle je ne suis plus diabétique, je ne fais plus d'hypertension j'ai perdu 15 kg, 5 kg par an c'est pas grand chose. Donc voilà, pour la dépression je cherche une solution plus naturelle sans effet secondaire. En ce moment je fais de la relaxation positive, je dis 100 fois avant de m'endormir "je suis guérie" et "je perd du poids". Et avant de m'endormir je cherche 5 trucs positifs qui se sont passé dans ma journée. ça va de "la caissière m'a souri" à j'ai mangé une "gaufre sans gluten, sans lactose et sans sucre" j'ai découvert un snack sans gluten tenu par un coeliaque...

Je fais ça depuis 2 ans et je me suis aperçue que ça change ma façon de penser, j'arrive à voir des choses positives dans des moments difficiles, comme quand j'ai passé 7 h au CAHOD (urgence psychiatrique) car je voulais qu'on me prescrive un anxiolitique sans lactose, j'ai ajamsi pu voir un psychaitre mais quelqu'un de prison devait être hospitaliser à psychiatrie sans son consentement, ils ont appelé un psychiatre dans une autre ville à 30 mn, donc j'ai compris qu'on m'enfermerais aussi facilement. Oui, car j'ai oublié de preciser que j'ai été hospitalisée en psychiatrie tout les ans de 99 à 2008, j'ai une période ou je prenais 10 médicaments psychotropes, bref je reviens de loin, j'ai fais 2 TS une à 25 ans et une autre à 38.

Voilà, je ne peux que témoigner de mon expérience, je ne me sens pas le droit de conseiller quoi que se soit, et disons que mon passé psychiatrique me permet de dire "plus jamais ça" je ne prendrais plus jamais aucun médicament car ça ne change rien à mon état et ça me rend amorphe, avec pleins d'effets secondaires

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué ,

merci, comme quoi, on peut être un bon médecin pour soi-même en apprenant à se connaître et en ne se faisant que plaisir ! Bon samedi à tous ! f.

Echanger autour de la dépression ?
1

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Un petit coucou de nuit ! f.

Echanger autour de la dépression ?
4

Membre Carenity
Posté le

Bonjour tout le monde !

Ce matin j'ai essayé de prendre le temps de remonter un peu le forum pour lire des messages et mieux comprendre le contexte actuel. De plus, j'avais tendance à venir un peu le soir quand je suis dans me lit avec ma tablette. Et écrire sur tablette est un peu laborieux (surtout que j'essaye de ne pas faire de fautes), donc ce matin j'utilise le PC. J'essaye de trouver le temps de venir, mais j'avoue que les sensations de plaisir sont revenues, au moins partiellement; et donc j'emploie ce temps pour moi, égoïstement, mais ça fait du bien ;-)

@pseudo-masqué‍, j'ai remonté le temps jusqu'à mars à peu près. Donc attention à l'alcool surtout. Ca doit faire 3 et demi et ça (ou 2,5 ?). Alors que j''étais toujours sous l'emprise dépression+alcool mais que je bossais j'avais décidé de reprendre un psychiatre, un peu comme une résolution. Dans mon esprit, et traitant ma dépression, notamment avec des  antidépresseurs ça allait rouler. J'ai choisi un nouveau psychiatre situé pas trop loin du boulot. Elle m'a reçue très vite (j'ai compris qu'elle avait bouleversé son agenda pour me prendre asap). Et surprise, pour elle, le plus URGENT était l'alcool. Donc, elle m'a redirigé vers mon médecin traitant. J'étais surpris et un peu frustré, mais bon. Au final, elle avait bien raison. Mon problème d'alcool est réglé (en tout cas ça tient bon depuis 1 an et 3 mois). Et c'est vrai que j'ai encore parfois une baisse de moral, la victoire contre la boisson est une sorte de d'appui. J'étais déjà amateur de thé (bon là je bois un café ) mais depuis mon abstinence je prends plaisir à découvrir de nouvelles variétés de thé plus fins. Je les fais découvrir à ma mère. Et puis en fait c'est tout con, mais quand ça va moyen coté moral, la fierté que j'éprouve à l'idée d'avoir battu la drogue alcoolique licite me redonne de l'allant. Il y a deux écoles concernant la fierté : celle dont on fier de ce dont est, celle de ce dont est fier ce que l'on fait ou choisit de fier. Je fais partie de la 2ème école. Donc, quitte à choquer (mais je ne veux pas ouvrir de polémique), je ne suis pas "fier" d'être français car c'est le hasard, mais je suis fier des bonnes choses que j'ai faites. Elles sont du coup rares (ex: mon service militaire), mais l'arrêt de l'alcool après de multiples tentatives en fait partie.

J'ai un bon médecin traitant. Puis au final j'ai trouvé un bon psy. L'entente est primordiale. Là il faut un peu d'attente quand on est nouveau, mais après ça roule. Et puis il se défonce pour défendre ses patients face à la Sécu. Ca donne confiance.

Concernant les anxyolitiques, les médecins de l'HdJ voulait absolument que j'arrête très rapidement. Mon psy et mon traitant continuent à me prescrire 1 valium le soir. Ca ne me dérange pas, et il m'est arrivé de ne pas en prendre sans soucis. Et concernant l'efferox, j'en prends 3 par jour.

@pseudo-masqué‍, j'ai tu que tu étais en addicto à Beaujon. Ce n'est pas l'hopital de Clichy par hasard ? il me semble que le responsable est le Dr Philippe Batel, une référence en matière d'alcolodépendance. Je l'ai vu parfois dans des émissions sur youtube, et j'ai lu son (excellent) livre "Pour en finir avec l'alcoolisme". Je l'avais même prété au psy de mon HdJ 

Voilà, je suis dans une voie positive. Pour blinder le traitement, je me suis intéressé à la méditation pleine conscience. C'est excellent, et réputé pour prévenir ou atténuer les rechutes dépressives. C'est sérieux : rapporté aux US, au prestigieux M.I.T  par un psy américain qui a "occidentalisé et laïcisé" cet ensemble de pratiques issues du bouddhisme (je suis du genre rationnel et me méfie des charlatans). En revanche, j'ai du mal à être assidu mais ça m'a apporté pas mal de choses dans la gestion du stress, moi qui m'inquiétait pour tout, tout en gardant tout en moi.

Et puis mon psy avait insisté pour que je perde du poids. J'étais en surpoids, c'est vrai. J'ai beaucoup appris, et j'ai fait un rééquilibrage alimentaire (et pas un régime !) et j'ai perdu  10 kg sereinement et tranquillement. J'en ai repris que 2 dans une période moins bien où j'ai enrichi alloresto. Et ma foi, je suis très content de mieux m'y connaître en produit raffiné, additifs, etc ... Le tout fait que j'ai perdu mon "mauvais" cholestérol. Je suis toujours traité pour l'hypertension, mais maintenant si je néglige de prendre mes cachets 3 jours de suite ma tension reste correcte.

J'ai de la chance d'avoir un bon contexte. Déjà un bon employeur (une grande banque française ... plutôt verte) avec une bonne médecine du travail et une assistante sociale qui m'a beaucoup aidé et suivi. Mes parents qui même s'ils ne savaient pas trouver les bons mots, ce qui est normal quand on n'a jamais été confronté à la dépression) m'ont et continuent à beaucoup m'aider. Et en gros un entourage bienveillant qui ne me tente pas. 

Désolé pour le pavé. Et j'ai plus parlé de moi qu'avoir répondu à des questions, hé hé hé.

Portez vous bien !!

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué ,

témoignage précieux, et plein de bon sens, tout simplement, merci ! .

Echanger autour de la dépression ?
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller
Echanger autour de la dépression ?
2

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué 

Bonjour et merci de ton témoignage. Je ne sais par où commencer! moi aussi quand je déprime je n'ai meme pas envie d'aller sur l'ordi. Pourtant en ce moment j'ai besoin de parler et je sais qu'ici je le peux sans jugement et que c'est vrai les soutiens me réconfortent. 

Que tu es pris le temps de m'ecrire me touche beaucoup. Je connais l'alcool depuis longtemps et j'ai tout fait pour arreter. Je souhaites aussi donner mon soutien à @pseudo-masqué‍. Moi aussi j'ai connu plusieurs fois l' HP à cause de l'alcool ( qui va jusqu'à ce que je fasse n'importe quoi et aussi ne pas me souvenir) et de 2 TS il y a longtemps à 24 et 25 ans. Il faut dire quà l'epoque je ne pensai pas vivre... mais je souffrais tellement, je survivais en fait. Après 5 ans d'abstinence, miracle j'arrete de boire du jour au lendemain. J'ai pu retravailler et avoir 2 enfants. Aujourd'hui sans entrer dans les détails ( voir ma présention) j'ai tout perdu; le boulot et surtout la garde de mes enfants. Depuis 2 ans je vais mieux. Je fais encore des faux pas mais sans conséquences graves. Je suis en couple depuis 2 ans et je prends les enfants avec moi régulièrement. Mon quotidien c'est retrouver un travail à mi temps, HDJ et etre avec mes enfants.

J'ai déménagé et malheureusement j'ai un suivi vraiment pas terrible en comparaison d'avant où mon addicto et psy etais formidable. Au point où mon addicto qui à déménagé prends de mes nouvelles et ma psy qui sera toujours là pour moi si j'ai vraiment besoin parler j'ai juste à l'appeler pour avoir un entretien ( elle me connait depuis 6 ans!) Coté traitement j'ai du lourd: 2 effexor et demi, deux lamictal, du sélincro et du seresta 10. Je supporte très bien mon traitement juste fatiguée et surtout en ce moment très angoissée. Mon conjoint boit ( il partira bientot en sevrage j'espère) et du coup je ne peux pas accueullir mes enfants (Je les emmène donc à l'exterieur). Je sais biensur que l'alcool mène à la dépression. Le lendemain d'un faux pas je suis une loque!

Sinon je pratique du sport, de la relaxion et de la conscience. Enfin quand ça va bien, bon moral et peu anxieuse. Je vis un jour à la fois car je ne voit pas vraiment d'avenir... C'est affreux de penser ça! Mais c'est comme ça. 

Voilà je ne sais plus quoi dire 

Avec plaisir je répondrai à tes questions ( je lis ici des choses qui me font réfléchir...)

Prenez soin de vous surtout

Echanger autour de la dépression ?
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

votre témoignage m'a émue Alinou91, bon courage