«
»

Top

Alcool et fortes chaleurs : quels sont les dangers ?

Publié le 28 juil. 2022 • Par Berthe Nkok

L'été est la saison parfaite pour les apéros, les barbecues ou les verres en terrasse. Cependant, lorsque la température augmente, il faut être prudent et éviter l’alcool car il ne fait pas bon ménage avec la chaleur.

Alors, quels sont les dangers de l’alcool en période de fortes chaleurs ?

On vous dit tout dans notre article !

Alcool et fortes chaleurs : quels sont les dangers ?

En période de fortes chaleurs, il peut être tentant de boire un verre pour se rafraichir. Même si les boissons fraîches, alcoolisées notamment, procurent une sensation de bien-être, l’organisme lui, ne réagit pas très bien.

L'alcool doit être consommé avec modération pour plusieurs raisons. Premièrement, à court terme, le danger résulte des comportements dangereux comme l’agressivité, les accidents de la route, le coma éthylique, etc. Et à long terme, il y a un risque accru de cancer et de maladies cardiovasculaires. Boire de l'alcool lorsqu'il fait très chaud, surtout en plein soleil, expose encore plus à de nombreux effets indésirables.

Quels sont les dangers de l’alcool ?

L'alcool est une drogue psychotrope. Il modifie la conscience et la perception et, de ce fait, les émotions et les comportements. L'effet direct dépend principalement de la teneur en alcool de la boisson consommée.

La consommation d'alcool affecte le développement de nombreuses pathologies, même pour les personnes qui n’en consomment que très peu ou qui ne sont pas dépendantes : cancer, troubles cardiovasculaires et digestifs, troubles du système nerveux et troubles psychiatriques, etc.

L’alcool et les cancers

Consommer des boissons alcoolisées augmente le risque de certains types de cancer, ceci à partir d'un verre par jour. Ce risque est le même quelle que soit la boisson alcoolisée consommée (vin, bière, apéritif ou alcool fort), car c'est la molécule d'alcool (éthanol) qui est cancérigène.

Il a été démontré que sept types de cancer sont associés à la consommation d’alcool à partir d'un verre par jour : le cancer de la bouche et de la gorge (larynx et pharynx), de l’œsophage, du foie, du côlon et du rectum, et du sein.

La combinaison d'alcool et de tabac augmente encore plus le risque de cancer de la bouche et de la gorge.

L’alcool et les maladies cardiovasculaires

La consommation régulière d'alcool augmente la tension artérielle et le risque d'hypertension artérielle. Elle augmente également le risque d'hémorragie cérébrale et peut provoquer des arythmies cardiaques (troubles du rythme cardiaque). De plus, une consommation aiguë (forte consommation d'alcool en une fois) peut provoquer des arythmies et augmenter le risque de mort subite.

L’alcool et la cirrhose

L'alcool est une cause majeure de cirrhose tant chez les personnes dépendantes que chez celles qui en consomment régulièrement ou en excès. À long terme, la cirrhose peut se transformer en cancer du foie.

Les effets de l’alcool sur le cerveau

La consommation régulière et excessive d'alcool peut entraîner des troubles cognitifs : altération de la mémoire, des capacités de planification, de l'attention et de la prise de décision.

Plus la consommation d'alcool commence à un âge précoce, plus la détérioration du cerveau est importante.

Quels sont les dangers des fortes chaleurs ?

La chaleur met le corps humain à rude épreuve : le mécanisme de thermorégulation peut être débordé et des symptômes liés à la chaleur tels que la fatigue, les maux de tête, la fièvre et les troubles du sommeil peuvent se manifester. Ils peuvent être précurseurs d'accidents graves comme la déshydratation, qui traduit une diminution excessive de la teneur en eau des tissus, ou l'insolation après une exposition excessive au soleil.

Le corps humain utilise un mécanisme qui nécessite non seulement de l'énergie mais aussi une grande capacité d'adaptation pour réguler sa propre chaleur. En conséquence, les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies chroniques, les enfants, les bébés et même les femmes enceintes sont parmi les plus à risque face aux fortes chaleurs.

Chez les personnes âgées, le nombre de glandes sudoripares (qui produisent la sueur) diminue avec l'âge, affectant la capacité du corps à se refroidir. Elles ne sont plus très sensibles à la soif et peuvent donc ne pas remarquer qu’elles sont déshydratées.

Le risque cardiovasculaire augmente aussi pendant les vagues de chaleur, et ceci pour la population générale. Par exemple, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies thromboemboliques telles que la phlébite et l'embolie pulmonaire peuvent survenir.

Les fortes chaleurs exposent les personnes atteintes de maladies chroniques à une décompensation (perte des mécanismes de compensation qui permettent de maintenir un organe ou un système malade en équilibre plus ou moins précaire, souvent causée par les comorbidités). Ainsi, des maladies plus ou moins stables jusque-là, à l’exemple des maladies cardiovasculaires, les problèmes rénaux, les diabètes de type 1 et de type 2, ou encore les troubles neurologiques et psychiatriques, s’aggravent brusquement, de manière réversible ou irrémédiable. La déshydratation affecte également les reins, augmentant le risque de colique néphrétique.

Quels sont les dangers de l’alcool en période de fortes chaleurs ?

A chaque consommation d'alcool, le mécanisme naturel de régulation de la température corporelle est perturbé. L'éthanol est un vasodilatateur, c'est-à-dire qu'il dilate les vaisseaux sanguins, facilitant ainsi le flux de chaleur du corps vers la peau et augmentant sa température.

Les alcools, en particulier les cocktails, sont pour la plupart très sucrés. Cependant, le sucre empêche le corps de stocker l'eau. En effet, lorsqu’on consomme du sucre, le corps utilise les réserves d'eau pour réguler le taux de sucre. De plus, l'alcool, en particulier le vin rouge, peut donner chaud et provoquer des bouffées de chaleur.

S'il fait très chaud dehors, cela peut rapidement devenir un problème. Les bouffées de chaleur et les rougeurs causées par le sang stagnant sous la peau du visage se développent rapidement. Après cela, le corps dépasse facilement sa température normale de 37 ° et l'hyperthermie se produit immédiatement.

De plus, l'alcool est un diurétique, ce qui signifie qu'il favorise l'élimination de l'eau du corps. En fait, il pousse les reins à libérer plus d'eau que d'habitude par l'urine et la sueur. En outre, la quantité d'eau éliminée est généralement supérieure à celle apportée par les boissons alcoolisées et cela augmente la déshydratation déjà causée par la consommation d'alcool, entraînant une sécheresse de la bouche et de la peau.

La combinaison de tous ces facteurs entraîne un coup de chaleur ou une hyperthermie. Des convulsions, maux de tête, nausées, vomissements et étourdissements peuvent alors se manifester. Dans le pire des cas, l'hyperthermie peut même être mortelle lorsque la température du corps dépasse 40,5°.

Enfin, il faut garder à l'esprit que boire de l’alcool en faisant de l’exercice augmente les risques. Par conséquent, il est fortement déconseillé de consommer de l'alcool avant, pendant et après les activités sportives.


Cet article vous a-t-il été utile ?     
     
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !     
        
Prenez soin de vous !  


28

14 commentaires


Lucasfr
le 28/07/2022

Bonjour, merci pour cet article intéressant..

J'aurais bien aimé qu'il soit plus précis, dans le domaine du diabète par exemple... en donnant des informations plus pointues sur la consommation des différents alcools pour les diabétiques.


Phil64
le 28/07/2022

Bonjour !

Concernant l'augmentation des risques de certaines maladies avec une consommation qutotidienne d'un verre, il me semble qu'une alarme un peu excessive a été médiatisée ces dernières années. Ce qui compte c'est le risque, pas l'existence d'une augmentation du risque : si vous avez 1 chance sur 1000 de faire un AVC et que le risque augmente de 50 %, le risque augmenté n'est que de 1,5 chances sur 1000, donc toujours très faible. La mode médiatique est au catastrophisme, y compris dans le domaine médical et en particulier aux Etats-Unis. Il faut garder la tête froide et remettre les choses à leur juste place. Donc, continuons à consommer de l'alcool modérément et presque tous les jours si cela nous chante. Il y a bien d'autres risques plus importants dans notre vie quotidienne auxquels nous n'accordons aucune importance !

Philippe


Candice.S • Animatrice de communauté
le 28/07/2022

@Lucasfr Bonjour 😃

C'est une très bonne idée ! Nous développerons cela dans un futur article !

Belle journée,

Candice de l'équipe Carenity


aquarella
le 29/07/2022

@Lucasfr Pour moi le mieux c'est arrêter tout les alcools puisque tous contiennent du sucre, et c'est pas plus mal de s'en passer, j'ai guéri du diabète en arrêtant complétement le sucre sous toutes ses formes, je suis sans gluten sans produit laitier et sans sucre depuis 2015... Le sucre est une drogue quand on n'y touche plus on en a plus du tout envie


Phil64
le 29/07/2022

@aquarella

Bonjour Aquarella !

Petite précision : tous les alcools ne contiennent pas de sucre. Les alcools forts, notamment, tels la vodka, le gin, le whisky, les eaux de vie etc., n'en contiennent pas.

Cordialement,

Philippe

Vous aimerez aussi

Comment rester optimiste au quotidien ?

Comment rester optimiste au quotidien ?

Lire l'article
Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Lire l'article
La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

Lire l'article
Quels sont les risques potentiels du paracétamol pour la santé ?

Quels sont les risques potentiels du paracétamol pour la santé ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées