Cancer de l'oesophage : tout savoir

La forme de cancer de l’œsophage la plus courante sont les cancers épidermoïdes, qui se manifestent dans l’épithélium (tissu recouvrant la paroi interne de l’œsophage).

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Cancer de l'œsophage

Qu'est ce que le cancer de l'œsophage ? Définition

L’oesophage

L’oesophage est un tube musculaire fermé reliant le pharynx (gorge ou carrefour aéro-digestif) à l’estomac, vers lequel il fait progresser les aliments.

Le cancer de l’oesophage

C’est le 3ème cancer digestif le plus répandu, en France, avec environ 5500 nouveaux cas par an, avec une prédominance masculine. L’âge moyen lors du diagnostic est de 73 ans chez les femmes et 67 ans chez les hommes.

Aujourd'hui, dans les pays occidentaux, ce type de cancer est 6 fois plus fréquent qu’il y a trente ans.

On retrouve 2 grands types de cancers de l’oesophage : 

  • les cancers épidermoïdes (atteinte cancéreuse des couches cellulaires qui tapissent l’intérieur de l’oesophage) constituent 65 % des cas,
  • les adénocarcinomes (atteinte cancéreuse d’une couche cellulaire abritant les glandes) constituent 26 % des cas.

Causes et facteurs de risque du cancer de l’œsophage

Les deux causes majeures sont le tabagisme et l’alcool (90% des cancers de l'œsophage) dont le risque augmente avec le taux de consommation (et d’autant plus si leur consommation est combinée) :

  • À long terme, une forte consommation d'alcool provoque une irritation et une inflammation de la muqueuse de l'œsophage. Si les cellules de la muqueuse de l'œsophage s'enflamment, elles sont plus susceptibles de devenir malignes (cancéreuses)
  • Toutes les formes de tabac (cigarettes, cigares, pipes et tabac à chiquer ou la chique de bétel, gomme naturelle à mâcher, à base de noix d’arec et de tabac, très répandue en Birmanie) accroissent le risque de survenue du cancer de l'œsophage. Lorsque l’on fume, on avale toujours une partie de la fumée, qui contient de nombreuses toxines nocives et des produits chimiques. Ces substances irritent les cellules qui composent la muqueuse de l'œsophage, ce qui augmente la probabilité de cancer.

Plusieurs autres facteurs de risques ont été identifiés dans le développement du cancer de l'œsophage comme :

  • une situation de surpoids ou d’obésité ;
  • au contraire une charge pondérale insuffisante ;
  • l’existence de reflux gastro-oesophagiens (retour anormal et excessif d’une partie du contenu gastrique acide de l’estomac dans l’œsophage) chroniques. A long terme, ils provoquent une dégénérescence de l’oesophage en oesophage de Barrett. L'œsophage de Barrett entraîne le développement de nouvelles cellules au niveau de l'œsophage inférieur, très semblables aux cellules de l'estomac. Ces cellules anormales sont résistantes à l'acide de l'estomac, mais sont plus susceptibles de devenir malignes ;
  • la présence d’antécédents de santé familiaux est à prendre en compte car il existe des formes génétiques de prédisposition ;
  • l’environnement et les polluants peuvent avoir un rôle dans l’histoire de la maladie ;
  • l’âge est aussi un facteur de risque : le cancer touche plus fréquemment les personnes entre 50 et 84 ans (pour 86% des cas).

Symptômes du cancer de l’oesophage

Le cancer peut être asymptomatique, notamment dans les formes les plus précoces. Lorsque la tumeur croît, des symptômes peuvent apparaître. Plus fréquemment, et spécifiquement au cancer de l’oesophage, on retrouve :

  • la dysphagie (difficulté à avaler) persistante, qui est le symptôme principal évocateur qui doit alerter,
  • des régurgitations,
  • un hoquet,
  • Une hypersialorrhée (excès de salive),
  • Une hématémèse (saignements digestifs),
  • une haleine fétide,
  • des douleurs lors de la déglutition (odynophagie),
  • des maux de gorge, toux persistante et gêne.

De manière plus générale et moins spécifique, une altération de l’état général avec perte de poids importante, fatigue intense inexpliquée et perte d'appétit sont des manifestations cliniques qui renvoient au cancer.

Diagnostic du cancer de l’oesophage

Le diagnostic repose sur un examen clinique et un interrogatoire du patient, et plus spécifiquement requiert une endoscopie de l’oesophage et de l’estomac (oeso-gastrique). Comme la plupart des cancers, une confirmation du diagnostic se fait après un examen biopsique (anatomopathologique) des cellules remises en cause. Ce sont ces analyses qui déterminent le type de cancer oesophagien : épidermoïde ou adénocarcinome. Pour compléter le diagnostic, on peut mesurer l’extension de la maladie à travers des examens d’imagerie médicale tels que l’écho-endoscopie, un scanner thoracique et abdominal et parfois un TEP sont utilisés pour évaluer l’extension de la pathologie.

Traitements du cancer de l’oesophage

Les options de traitement pour le cancer œsophagien dépendent du stade d’avancement du cancer. Des équipes pluridisciplinaires, lors de réunions, sont chargées d’orienter le choix du traitement du cancer œsophagien : hépato gastroentérologue, chirurgien, oncologue, pharmacien hospitalier etc. Sont proposées :

  • la chimiothérapie,
  • la radiothérapie,
  • la chirurgie.

Le choix du traitement le mieux adapté pour le patient peut être difficile. L’équipe de professionnels de santé fait des recommandations, mais la décision finale revient au patient.

En général, les options de traitement dépendent du stade de cancer : notamment de la taille de la tumeur, de son infiltration dans l'œsophage ainsi que de l’étendue de l’atteinte cancéreuse (atteinte ou non des ganglions, présence de métastases etc.). L’état de santé global du patient entre en compte dans la décision : l’état nutritionnel du patient est systématiquement évalué. On recherche l’existence de comorbidités ainsi que de facteurs de risque (terrain familial ou statut tabagique) afin d’envisager une meilleure tolérance et réponse au traitement.

  • Pour les cancers œsophagiens de stade I à III, en général, la chirurgie est la plus indiquée.
    On parle de mucosectomie quand l’atteinte est précoce et superficielle. Pour les stades plus avancés (tumeurs plus volumineuses) mais localisées (sans métastases), l’intervention pratiquée est l‘œsophagectomie (ablation totale ou partielle de l’œsophage), un curage ganglionnaire peut être envisagé selon les cas. Une chimiothérapie et/ou une radiothérapie peuvent être associées et sont généralement administrées avant la chirurgie. La radiothérapie peut participer à réduire la taille de la tumeur tandis que la chimiothérapie vise à réduire le risque de récidive du cancer et à éliminer les cellules épargnées par la chirurgie.
  • En cas de stade IV du cancer de l'œsophage, le cancer est souvent trop étendu et le pronostic est plus sombre. La tumeur n’est alors pas opérable. La chimiothérapie palliative et/ou une radiothérapie peuvent être utilisées pour ralentir la propagation du cancer (atteindre les métastases) et pour soulager les symptômes associés.

Vivre avec la maladie

D’un point de vue plus large, le cancer doit être pris en charge à plusieurs niveaux. Que ce soit pour le patient lui-même ou ses proches, il faut rester vigilant quant à l’état émotionnel et psychologique de chacun. Il est possible d’avoir recours à des professionnels tels qu’un nutritionniste, un psychologue, un assistant social ou spécialiste de la douleur que l’on retrouve dans des établissements de santé, structure de soins palliatifs ou une association de patients.

Le malade doit bénéficier d’une surveillance de son état nutritionnel pendant et après le traitement. En cas de difficulté trop importante à s’alimenter, il est possible d’avoir un support nutritionnel via une sonde d’alimentation (directement insérée dans l’estomac ou dans l’intestin grêle) ou par nutrition parentérale (sonde d’alimentation intraveineuse) par exemple, voire même de se faire poser une endoprothèse pour rendre l'œsophage de nouveau perméable. 

Afin de mieux tolérer le traitement, il est aussi fortement recommandé aux patients de pratiquer une activité physique adaptée à l’état de santé du patient.

avatar Doriany Samair

Auteur : Doriany Samair, Assistant Marketing Digital

Au sein de l'équipe Marketing Digital, Doriany est en charge de la rédaction de fiches maladies et d'articles scientifiques. Elle s'occupe également de la modération et l'animation de la communauté sur le forum, afin... >> En savoir plus

La communauté Cancer de l'oesophage

Répartition des 91 membres sur Carenity

Moyenne d'âge de nos patients

Répartition géographique de nos patients


Fiches maladies

Cancer de l'oesophage sur le forum

Voir le forum Cancer de l'oesophage

Actualité Cancer de l'oesophage

Voir plus d'actualités

Témoignages Cancer de l'oesophage

Voir plus de témoignages

Les médicaments pour Cancer de l'oesophage

Médicament

PHOTOFRIN

En savoir plus
Médicament

HERCEPTIN

En savoir plus
Médicament

EPIRUBICINE

En savoir plus
Médicament

CYRAMZA

En savoir plus
Voir plus de médicaments