Cancer de la gorge : tout savoir

Le cancer de la gorge est un cancer ORL placé au 8ème rang des cancers en France (en terme de fréquence). Identifier au plus tôt ses symptômes permet une meilleure prise en charge pour les patients, c'est pourquoi il est important de s'informer à ce sujet.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Cancer de la gorge

Qu’est-ce que le cancer de la gorge ? Définition

Le cancer de la gorge fait partie de la famille des cancers ORL, autrement appelés les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS). Il s'agit des cancers des fosses nasales, des sinus, des os de la face, de la bouche, de la gorge, ainsi qu’au niveau du larynx (« pomme d’Adam »). Les cancers des lèvres, des amygdales et des glandes salivaires sont également classés dans cette famille, même s’ils sont parfois un peu différents dans leur nature.


Avec 30 % de prévalence, les cancers de la gorge sont les cancers des VADS les plus fréquents. 


Il existe des disparités de prévalence de ce cancer entre les régions de France en fonction des facteurs de risque tels que la consommation d’alcool ou de tabac sur lesquels nous reviendrons dans la suite de cet article.


Il existe différents stades:

  • Le stade 1 : cancer localisé et peu étendu. La tumeur ne touche pas les ganglions lymphatiques du cou ou d'autres zones du corps.

 

  • Au stade 2 : Ce stade dépend de la localisation de la tumeur et correspond à une extension de la tumeur mais toujours de manière localisée . La lésion ne s'est pas étendue aux ganglions lymphatiques voisins ni à d'autres parties du corps.

A partir du stade 3, la tumeur n’est plus localisée.

  • Au stade 3 : Il y a plusieurs situations possibles, soit les cordes vocales ont perdu une partie de leur mobilité ou la tumeur s’est étendue aux tissus proches du larynx.  La tumeur a également pu toucher un ganglion lymphatique de manière modérée.

 

  • Au stade 4 : Les ganglions lymphatiques sont touchés, le cancer est étendu. Des métastases ont potentiellement fait leur apparition.

Symptômes du cancer de la gorge

Le symptôme majoritaire est le gonflement des ganglions au niveau de la gorge. C’est souvent ce signe qui pousse à consulter un professionnel de santé et qui permet le diagnostic du cancer.  


De plus, si vous remarquez que votre voix ou celle d'un proche change de manière inexpliquée et qu’un mal de gorge persiste dans la voix, il est nécessaire de consulter un médecin. Une douleur dans la gorge, la respiration difficile, la toux et une perte de poids inexpliquée doivent aussi vous alerter. Les signes évocateurs d'un cancer de la gorge sont souvent confondus avec l'irritation de la gorge fréquemment retrouvée chez les fumeurs, ils sont généralement tardifs et discrets...

Causes et facteurs de risque du cancer de la gorge

Si l'hérédité ne semble pas jouer de rôle dans le cancer de la gorge, il est important de savoir que le tabagisme est la principale cause de la maladie, suivi (et accru) par l'abus d'alcool. 95 % des cancers des VADS sont diagnostiqués chez des fumeurs et 90 % chez des personnes consommant régulièrement de l'alcool.


Le papillomavirus humain (HPV) peut également favoriser la formation d'un cancer de la gorge. 


Une exposition prolongée à l'amiante, à des poussières en milieu professionnel et à d'autres substances chimiques ou toxiques pourrait augmenter le risque de développer un cancer de la gorge. 


L'alimentation pourrait également avoir un impact sur la maladie, de même qu'une mauvaise hygiène dentaire ou encore le reflux gastro-oesophagien car cela altère les muqueuses.


En ce qui concerne la prévalence du cancer de la gorge (ou cancer du pharynx), il touche majoritairement les hommes d'une cinquantaine d'années. Comme nous l’avons évoqué, le tabac est un facteur de risque de cancer de la gorge, ce qui pourrait expliquer l'augmentation de la prévalence chez les femmes qui est observée ces dernières années.

Diagnostic du cancer de la gorge

L'endoscopie est le moyen utilisé pour dépister les cancers des VADS comme le cancer de la gorge. Une sonde est introduite pour permettre d’observer l’état des muqueuses de la gorge. Il faut ensuite prélever un morceau de la muqueuse c'est-à-dire réaliser une biopsie au moment même de l’endoscopie ou à posteriori.


On peut également compléter le bilan en réalisant un scanner de la gorge et une radiographie des poumons.


En moyenne, 60 % des personnes ayant un cancer de la gorge survivent au moins 5 ans après le diagnostic. Si la cause est le papillomavirus humain, le taux de survie est supérieur à 75 %. L’espérance de vie est inférieure à 50 % si la cause est différente.

Les traitements du cancer de la gorge 

En fonction de la localisation, du stade du cancer et de beaucoup d’autres facteurs, différentes options thérapeutiques vont vous être proposées. La prise en charge du cancer de la gorge est pluridisciplinaire et comprend à la fois une équipe médicale (chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, biologistes, addictologues, dentistes, kinésithérapeutes…) et paramédicale (infirmières, orthophonistes, diététiciennes...). Il est important que le parcours de soins du patient soit coordonné et personnalisé.


La chirurgie peut être partielle ou totale. 


La radiothérapie, tout comme la chirurgie, est un traitement local qui va cibler uniquement les cellules cancéreuses. Elle peut être réalisée après la chirurgie ou avant cette dernière. Il y a différentes manière de réaliser une radiothérapie : 


De manière externe avec l’émission de rayonnements à travers la peau pour détruire la tumeur
De manière interne grâce à la curiethérapie qui consiste à mettre un fil radioactif d'iridium 192 à l’endroit de la tumeur pour agir de manière locale et continue. Des précautions dentaires doivent être prises et poursuivies à vie.

Des effets indésirables sont associés à la radiothérapie, ils concernent la sphère buccale majoritairement avec une perte/modification/perturbation du goût qui persiste quelques mois après le traitement, des problèmes de salivation ou encore l’apparition d’aphtes et d’ulcération dans la bouche (mucite). Il peut également y avoir des problèmes vocaux avec un enrouement ou des difficultés à avaler. 


La chimiothérapie est une alternative thérapeutique assez fréquemment utilisée dans le cancer de la gorge. Cette technique peut être associée à la radiothérapie.


Les effets indésirables liés à la chimiothérapie sont la perte des cheveux/poils, une grande fatigue, une baisse des globules blancs (sensibilité accrue aux infections) et rouges (anémie), des nausées et vomissements.

Vivre avec un cancer de la gorge

La première étape pour pouvoir bien vivre avec un cancer de la gorge est d’arrêter de fumer et de consommer de l’alcool. Ces deux substances influent beaucoup sur cette pathologie, il est donc très important d’en arrêter la consommation. Un accompagnement pour le sevrage tabagique est mis en place et lorsque l’individu souffre d’alcoolisme, des mesures de prise en charge s’organisent également.


Le suivi bucco-dentaire est essentiel pour les personnes atteintes de cancers VADS avant, pendant et après le traitement. De plus, une rééducation orthophonique et/ou kinésithérapeutique peut être mise en œuvre pour les patients.

avatar Clémence Arnaud

Auteur : Clémence Arnaud, Assistante Marketing Digital

Clémence ARNAUD est actuellement stagiaire au sein de l'équipe marketing digital. Son rôle consiste à animer et modérer la communauté pour que les utilisateurs aient la meilleure expérience possible sur la... >> En savoir plus

La communauté Cancer de la gorge

Répartition des 38 membres sur Carenity

Moyenne d'âge de nos patients

Répartition géographique de nos patients


Fiches maladies

Cancer de la gorge sur le forum

Voir le forum Cancer de la gorge

Actualité Cancer de la gorge

Voir plus d'actualités

Témoignages Cancer de la gorge

Voir plus de témoignages

Les médicaments pour Cancer de la gorge

Médicament

HOLOXAN

En savoir plus
Médicament

CISPLATINE

En savoir plus
Médicament

IFOSFAMIDE

En savoir plus
Voir plus de médicaments