Fibromyalgie sans dépression

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/fibromyalgie.jpg

Patients Fibromyalgie

36 réponses

441 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

J'ai la chance de souffrir de fribromyalgie sans dépression et je pense que cela change énormément de choses. Je pense même qu'ayant plus de force pour me prendre en main, j'ai moins de douleurs qu'une autre personne fibromyalgique et dépressive. J'ai le sentiment que la dépression, consécutive à la fibromyalgie, en aggrave  les symptômes et les douleurs, et surtout empêche de faire face à la maladie.

Du coup, lorsque je lis les différents posts du forum, je ne me sens pas toujours en phase avec les personnes qui souffrent de dépression. Je me sens moins prise dans le cercle vicieux de la douleur et de la maladie. 

Je me trompe peut-être en disant cela. C'est peut-être simplement que je souffre d'un forma moins grave de la maladie. J'aimerais avoir le sentiment de personnes comme moi, qui souffrent de fibromyalgie mais pas de dépression.

Début de la discussion - 06/04/2014

Fibromyalgie sans dépression


Posté le
Bon conseiller

Bonjour Maria,

Je ne suis pas dépressive non plus mais je l'ai été avant d'accepter la fibro. J'avais sombré dans la dépression suite à mes premières crises de douleurs et aux problèmes qu'ils engendraient sur ma vie professionnelle (gros clash avec mon employeur).

Peut être que quand la fibro est acceptée, qu'on arrive à ne pas se dévaloriser, qu'on arrive à dire non et à ne plus absorber tous les malheurs qui nous entoure, le moral remonte on se sent mieux dans notre peau et notre tête et à partir de là la dépression n'a plus sa place ?

Fibromyalgie sans dépression


Posté le
Bon conseiller

Ma fibro a commencé suite à des problèmes de harcèlement avec ma directrice, harcèlement qui a duré près de 14 ans. J'étais tellement prise dans cet engrenage que ma fibromyalgie venait en second plan. Il est vrai que je souffrais moins que maintenant mais par contre j'étais épuisée en permanence. Je me couchais en rentrant le midi et en rentrant le soir. A l'époque je me sentais coupable par rapport à mon mari et à ma fille. Je refusais les arrêts de travail que me prescrivait le médecin. Je n'étais pas non plus réellement dépressive. Je pense que je m'empêchais de laisser place à la dépression parce que j'imaginais que ma situation au bureau serait encore pire. Il est vraisemblable que je souffrais de dépression masquée.

J'ai fait une dépression après un cure à Bagnères de Bigorre et alors que je ne savais pas encore que j'avais un cancer des deux seins. Ce diagnostic a été posé deux mois après. J'ai fait face mais j'ai trouvé cela difficile surtout que j'avais perdu un temps précieux à cause d'une erreur de diagnostic du radiologue.

Cela fait quatre ans maintenant. Je ne souffre pas de dépression mais je sens toujours qu'elle n'est pas loin comme si c'était une dépression larvée. J'arrive toujours à avoir le dessus mais cela me demande beaucoup d'énergie. J'ai beaucoup travaillé sur moi pour en arriver là et cela m'a rendue plus forte. Je ne me sens pas vraiment à l'abri pour autant mais j'ai une vie beaucoup plus apaisée aujourd'hui. Je relativise beaucoup plus. Je fais le tri entre les gros et les petits soucis.

Fibromyalgie sans dépression


Posté le
Bon conseiller

Je pense que ce qui m' a aidée c'est que j'ai commencé une psychothérapie (par rapport au handicap de ma fille) bien avant de déclarer la fibro; j'ai sans doute pu éviter la dépression grâce à ça, cette psychothérapie a été une sorte de traitement préventif car je suis également apaisée; comme j'ai pu le dire sur d'autres sujets j'ai accepté la fibro relativement rapidement puisque j'avais déjà dû accepter le handicap de ma fille, je savais "déjà faire".

Fibromyalgie sans dépression


Posté le

Personnellement avant que l'on me pose le diagnostique de la Fibro cela faisait 6 mois que j'allais voir une psychologue car les médecins disaient c'est peut être une dépression ou une maladie symptomatique. Pour moi, je n'étais pas en dépression mais je suis quand même aller consulter. La psychologue au bout de 2  séances m'a confirmé que je n'étais pas en dépression mais par contre que je risquais d'en faire une si un diagnostique n'était pas posé. 

Elle m'a beaucoup aidé pendant ses 6 mois car quand votre entourage ou amis ou connaissance vous dit "il faut que tu sortes, voir du monde et tu verras cela passera" et franchement je commençais à me poser des questions. C'est la psy qui m'a rassurée qui m'a dit d'envoyer paître ces personnes .

Je continue à la voir 1 fois tous les 15 jours car j'en ai besoin pour me défouler  et mon médecin me conseille de continuer à la voir régulièrement.

Voilà, j'espère que mon récit à été clair. 

Fibromyalgie sans dépression


Posté le

Moi non plus je ne suis pas en depresion .la force que jai c'est pour m'occuper de mes 4 enfants .sinon je ne prend aucun plaisirs a rien .je veux dormir rester loin des bruits .des personnes .de tout

Fibromyalgie sans dépression


Posté le

Je me sent tres agees physiquement a causes des douleurs et la fatigue .est ce que vous etes aussi pareils 

Fibromyalgie sans dépression


Posté le
Bon conseiller

Eh oui Meli ! combien de fois j'ai entendu et j'entends encore dire "tu devrais faire ceci ou cela, cela te changerait les idées" comme si j'étais dépressive. Cela agace car vous vous dites que les personnes qui vous disent cela pense que vos problèmes se situent dans la "tête". Cela n'empêche pas de voir un psy car souvent, sans être dépressive, vous avez besoin de vous libérer de certains schémas anciens ou de problèmes qui vous empêchent d'avancer et de faire face à cette fichue maladie.

Sur cette réflexion, je vous souhaite à tous la journée la plus douce possible. 

Fibromyalgie sans dépression


Posté le

Quand le corps dit stop .il ne faut pas forcer .la fatigue prend le dessus .sieste ca du bien pour reprendre des forces .

Fibromyalgie sans dépression


Posté le

Je ne suis pas dépressive et je ne l'ai jamais était, j'ai une certaine phylosophie que les gens aprécient d'ailleurs, puisqu'on m'a tjrs dit "elle, c'est tjrs la zen attitude"...

Des soucis, j'en ai eu, comme tout le monde mais j'ai tjrs fait face...

Sportive de compétition et tout et tout, heureuse d'être 

J'ai commencé à avoir "mal dans mes os" j'avais 26 ans, 1ère grosse crise "recroquevillé de la tete aux pieds 28 ans... Examen à n'en plus finir, puisque un oncle (maternelle) av SEP, maman av polynévrite aigue, papa avec spondy-ankylosante +poly arthrite rhumatoide psoritaire, moi rien !!!

Les années passent je sens mon corps qui me lache, je décris plein de choses mais on trouve pas...

J'essaie de soigner de part et d'autre etc...tjrs avec un moral en béton "j'vais refaire du sport", de nouveau natation "plus en compét bien sur", sport de combat (j'aime), muscu fitness...

Et puis chute sur chute, casse +ieurs menbres, coude, cheville, coccis bref !!!!

Il y a 2 ans maintenant, ras le bol, doc qui bouge pas, j'insiste pour aller voir un rhumato et là...fibro l'diag est tombé !!!!

Je suis en ce moment mal, trés mal... Cachetons qui marchent plus, kilos à gogo, et capable de rien hormis coucher pendant 48 h pour m'économiser afin de pouvoir tenir mon job, là oui en ce moment je péte un plomb... Ras le cul de cette vacherie qui nous pourrie la vie, parce qu'on essaie de vivre avec mais elle nous dégrade de jour en jour... En ce moment ma phrase "je voudrais qu'on transporte mon ame dans une autre enveloppe"...

Alors je ne suis pas dépressive mais j'trinque quand même

Discussions les plus commentées