Les traitements du syndrome de Cushing

Le syndrome de Cushing peut être traité en éliminant la cause de l’excès de sécrétion de cortisol grâce à des traitements chirurgicaux ou médicamenteux.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Les traitements chirurgicaux du syndrome de Cushing 

Les traitements du syndrome de Cushing dépendent de la cause de ce dernier. Il existe différents cas de figures : certains sont assez simples à traiter, d’autres sont plus complexes.
Lorsque la cause du syndrome de Cushing est une tumeur (adénome) de la surrénale, il suffit de retirer la glande surrénale malade. La guérison sera alors immédiate et sans risque de récidive. 
Dans le cas d’une maladie de Cushing, on procèdera plutôt à l’ablation de l’adénome hypophysaire corticotrope. Bien que les complications soient rares, cette intervention est plus délicate. Dans le cas d’une ablation partielle de l’adénome, le patient devra être surveillé de près suite au risque de récidive. 
 

Tumeur avec sécrétion ectopique

Lorsque la cause est une tumeur avec sécrétion ectopique d’ACTH, l’ablation peut également être compromise. En effet, certaines tumeurs mesurent à peine quelques millimètres et sont par conséquent impossibles à localiser. D’autres sont des cancers avec un pronostic sévère.
Si l’on fait face à une tumeur de la surrénale, il peut s’agir d’un corticosurrénalome, un type de cancer agressif qui requiert un diagnostic rapide et une intervention à un stage précoce pour être soigné à temps. 

Les traitements médicamenteux du syndrome de Cushing

Lorsque l’alternative chirurgicale est inenvisageable ou inefficace, différents traitements médicamenteux peuvent être administrés. Il existe trois types de médicaments : ceux qui diminuent ou bloquent la sécrétion de cortisol, ceux qui agissent sur l’adénome hypophysaire et ceux qui diminuent les effets du cortisol. Le traitement de Cushing par voie chirurgicale est idéal car il s’agit toujours d’une lésion tumorale, mais les médications représentent une option de secours dans le cas où la première serait infructueuse.

Orphanet, Association Surrénales, Haute Autorité de Santé, SFE (Société Française d’Endocrinologie)

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme