Périartérite noueuse : tout savoir

La périarthrite est un terme générique qui indique un processus inflammatoire ou dégénératif ou de nature mixte qui touche les tissus péri-articulaires (bourses séreuses, tendons, tissus connectifs, etc.).

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Périarthrite

Les formes les plus fréquentes de périarthrites sont la périarthrite scapulo-humérale (appelée communément périarthrite de l’épaule) et la périarthrite de la hanche.

La périarthrite scapulo-humérale est une des pathologies rhumatismales les plus fréquentes. Elle affecte les deux sexes, même si les sujets féminins sont plus touchés par rapport aux hommes. La maladie se manifeste généralement entre 40 et 60 ans.

Il existe quatres formes différentes de périarthrite de l’épaule :
- La périarthrite scapulo-humérale aigue;
- L’épaule de Milwaukee;
- La périarthrite scapulo-humérale chronique simple;
- La périarthrite scapulo-humérale chronique ankylosante ;
Ces formes de périarthrite peuvent évoluer d’une forme à l’autre assez rapidement.

- La périarthrite aigue :

Elle se manifeste sans pévenir avec une violente douleur à l’épaule qui l’immobilise partiellement ou totalement, et qui est exacerbée par de simples gestes comme se recoiffer, soulever le bras, etc.

La manifestation du problème survient généralement après un intervalle de temps variable, allant d’un à sept jours suivant un évènement déclencheur qui peut être de nature variée (un effort, un trauma, un ictus, un infarctus, une exposition prolongée au froid, etc.).

La douleur à l’épaule provoquée par la périarthrite aigue est continue et a généralement tendance à empirer durant la nuit, jusqu’à empêcher la personne de se reposer correctement. Dans certains cas, la douleur à l’épaule peut s’étendre jusqu’au dos de la main.

Les médicaments utilisés pour soulager la douleur sont des analgésiques (paracétamol, codéine, etc.) et les anti-inflammatoires AINS (ibuprofène, etc.).

Après quelques jours, la douleur a tendance à s’estomper ; cependant, il faut plusieurs semaines avant que la périarthrite aigue ne se transforme en simple tendinite chronique.

- L’épaule de Milwaukee :

C'est une forme de périarthrite peu fréquente ; elle affecte en particulier les femmes âgées. C’est une arthropathie à caractère destructif, souvent bilatérale, qui s’associe à un dépôt de phosphate de calcium et un épanchement articulaire. Les manifestations cliniques les plus importantes (douleur, tuméfaction et perte de la fonctionnalité) sont contrôlées dans les phases initiales grâce à des médicaments antidouleurs et des AINS.

Autres formes de périarthrite

- La périarthrite chronique simple :

C'est probablement la forme la plus fréquente de périarthrite. Elle tend généralement à s’instaurer de manière progressive, même s’il est aussi possible qu’elle se présente comme une périarthrite aigue.

Elle se manifeste avec des douleurs à l’épaule aigues et improvisées, qui se développent suite à des mouvements déterminés ; dans certains cas, la douleur s’intensifie durant la nuit en dégradant la qualité du sommeil. Au repos, la douleur est minime ou même inexistante. L’évolution de cette forme de périarthrite est similaire à celle de la périarthrite aigue. La pathologie guérit lentement en laissant souvent comme résultat une limitation des mouvements plus ou moins accentuée.

Le traitement de la périarthrite chronique simple consiste en des injections de médicaments corticostéroïdes localement ou dans les zones les plus douloureuses.

- La périarthrite chronique ankylosante :

C'est un processus fibrotique de la capsule articulaire associé à une rétraction cicatricielle. Elle représente souvent le processus final d’une périarthrite de type aigue, mais il n’est pas rare qu’elle soit initialement une forme chronique, en particulier chez les femmes âgées.

Les sujets affectés par cette forme de périarthrite ne sont pas capables d’effectuer de simples mouvements tels que se coiffer, mettre ou enlever ses vêtements, etc. Au repos, il n’y a pas de manifestation douloureuse, mais l’épaule reste bloquée.

La périarthrite chronique ankylosante n’est pas facile à traiter, et la réponse au traitement est faible ou nulle. Dans les cas les plus graves, on peut recourir à un programme de rééducation ou à un traitement chirurgical.

Sources : Société Française de Rééducation de l'Épaule, (SFRE)

La communauté Périartérite noueuse

Répartition des 17 membres Périartérite noueuse sur Carenity

Moyenne d'âge de nos patients Périartérite noueuse

Répartition géographique de nos patients Périartérite noueuse


Vous souhaitez échanger avec nos membres à propos de cette maladie ?


Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel

Périartérite noueuse sur le forum

Forum
11/12/2018 à 11:13

Un membre a réagi à la discussion Les difficultés du froid

Forum
10/12/2018 à 21:17

Un membre a réagi à la discussion Anticoagulant Eliquis 5mg par jour

Voir le forum Périartérite noueuse

Les médicaments pour Périartérite noueuse

Médicament

AZATHIOPRINE

En savoir plus
Voir plus de médicaments