Traitements de la maladie de Crohn

Les traitements de la maladie de Crohn visent à inhiber le système immunitaire trop activé.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les traitements disponibles

Anti-inflammatoires par voie orale

Pour traiter les poussées, on utilise classiquement les aminosalicylés comme le Pentasa et les corticostéroïdes comme le Solupred, par voie orale.



Si la poussée est plus forte, on peut avoir recours aux corticoïdes par voie intraveineuse.

Les immunomodulateurs et biothérapies

Afin de prévenir les rechutes, un traitement de fond est nécessaire. Il a pour but de réduire la fréquence des poussées, de diminuer l’intensité de celles-ci et de limiter la progression des lésions.

Pour la maladie de Crohn, on fait appel à des immuno-modulateurs comme l’azathioprine ou le méthotrexate. Si le traitement n’est pas efficace ou mal toléré, on peut avoir recours aux anti-TNFα, comme Remicade ou Humira.

La chirurgie

On peut avoir recours à la chirurgie lorsque les médicaments ne sont plus assez efficaces ou en cas de complications , comme par exemple un abcés intra abdominal. Dans ce cas on enlève les segments d’intestins atteints, mais on essaie d’en retirer le moins possible.

Autres médicaments

Des antibiotiques, des antidiarrhéiques ou des laxatifs, des suppléments en fer ou encore des analgésiques pour les douleurs abdominales peuvent également être prescrits, en tant que traitements symptomatiques et toujours pris après un avis médical.

L'importance de l'alimentation

Il est important de s'informer auprès de son médecin, d'une nutritionniste ou d'une association de patients pour connaître le type d'aliments à privilégier durant les crises. Le patient peut notamment réduire sa consommation en fibres alimentaires pendant ses crises (produits boulangers à base de farine complète, fruits et légumes crus ou non pelés...)

Bien que ce soit rare, il arrive que l'intestin soit trop irrité pour absorber correctement les nutriments. Dans ce cas, il est possible d'initier une nutrition parentérale (injection de solutions nutritives enrichies en vitamines, minéraux et hautement caloriques) afin d'éviter l'apparition de carences.

Article rédigé sous la supervision du Dr Harry Sokol, MD, PhD. Service de Gastroentérologie et Nutrition, Hôpital Saint-Antoine, Paris

Article mis à jour le 24/10/2019 par Camille Dauvergne, étudiante en pharmacie.

Dernière mise à jour : 23/04/2019

avatar Équipe éditoriale de Carenity

Auteur : Équipe éditoriale de Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Qui a revu : Harry Sokol, Gastro-entérologue et hépatologue

Service de Gastroentérologie et Nutrition, Hôpital Saint-Antoine à Paris, spécialisé dans le rôle du microbiote dans l'immunité.

>> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Maladie de Crohn