Le diagnostic de l’acromégalie

L’acromégalie évoluant très lentement, ses symptômes passent donc inaperçus la plupart du temps. On observe généralement un délai de 7 à 10 ans entre l’apparition des premiers symptômes et la pose du diagnostic d’acromégalie par le médecin.

La prévalence de la maladie est probablement sous-estimée. Traditionnellement, on dénombre 5 cas pour 1 million de personnes.

Malgré la nécessité d’un diagnostic précoce pour réduire la sévérité des symptômes et les complications de la maladie, celle-ci étant associée à une réduction de la durée de vie d’environ 10 ans, l’âge moyen du diagnostic se situe souvent autour de 40 ans. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus la prise en charge des éventuelles complications (diabète, affections cardiovasculaires, syndrome d’apnée du sommeil…) peut se faire rapidement.    

Pour environ 40% des patients, le diagnostic est posé par les internistes, les ophtalmologistes en raison de troubles visuels, les dentistes en raison d’un écart dentaire ou d’un prognathisme mandibulaire, les gynécologues en raison d’une infertilité ou de règles irrégulières, les rhumatologues en cas de problèmes articulaires, ou les pneumologues si le patient souffre d’apnée du sommeil.

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire