https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/bpco.jpg

Patients BPCO

6 réponses

137 lectures

Sujet de la discussion


Posté le
Bon conseiller

Bonjour, 

Comment s'est déroulé le diagnostic de votre BPCO ? Quels sont les professionnels de santé qui ont été impliqués ? 

Lorsque le diagnostic a été posé, avez-vous été rechercher de l'information sur le web ? 

Merci d'avance pour vos retours. Plus ces derniers seront nombreux, plus le partage d'expériences avec les autres membres sera intéressant pour vous. 

Bien à vous. 

Julien

Début de la discussion - 29/01/2017

BPCO : votre diagnostic

Posté le

La Bpco de mon époux n'a malheureusement été diagnostiquée qu'à l'occasion de la découverte d'un carcinome suivi d'une bilobectomie en 1999. Mais il a tout au long de sa vie souffert de multiples infections orl, bronchopathies, pleuresie et autres probablement provoquées par toutes les substances délétères inhalées dans le cadre de sa profession d'ouvrier du bâtiment. On vous accuse toujours d'avoir fumer mais de tous nos proches anciens fumeurs,seul mon mari est atteint de cette maladie... et c'est aussi le seul menuisier du bâtiment. Il faut aussi savoir qu'un menuisier ne fume pas sur son lieu de travail. Et à notre époque, tout était incité  à fumer, on distribuait les cartouches de cigarettes aux soldats du contigent et aussi aux personnels soignants hospitaliers SEITA oblige.  Cherchez l'erreur !

BPCO : votre diagnostic
1


Posté le

Mon passé tabagique (28 ans de tabac) et l'hérédité (emphyzème par mon père) ont été diagnostiqués par le pneumologue (je faisais trop de bronchites chroniques et mon médecin traitant m'y avait envoyé), et 1 plaque à la place du diaphragme gauche n'arrange pas les choses (hernie diaphragmatique en 2002)

J'ai eu l'oxygénothérapie en 2011 (à Noel 2010 j'ai eu une panne de véhicule sur l'autoroute, et il a fallu attendre les dépanneurs derrière la barrière de sécurité en plein vent et sous la neige, durant + de 20 mn, j'ai passé noel couchée. A mon retour mon pneumologue m'a mise sous oxygéne à1 l au repos et 1.5 à l'effort puis ça a monté rapidement, maintenant je suis à 3 l à l'effort voire 4, et à 2.5 au repos.

J'ai 2 bonbonnes d'oxygène en permanence, et 2 portables (pour les sorties la journée) et j'en utilise souvent 1 seul pour les courses;

BPCO : votre diagnostic
1


Posté le

Diagnostiquée par pneumologue en 1991 après de très nombreuses bronchites dans l'enfance et l'adolescence... plus ou moins  bien soignées.  Pneumonies,  bronchites tous les deux mois décompensation respiratoire  il y a 17 ans  etc... tabagique  il n'aurait pas mieux valu. .. sevrée  depuis le 4 septembre après  de nombreuses tentatives et échecs.  Traitement de fonds BP CO emphysème  depuis longtemps. Stabilisée au stade 2. Je me prépare à  l'oxygène si mon état s'aggrave. 

Asphodele

BPCO : votre diagnostic
1


Posté le

diagnostiquée aussi par un pneumologue il y a 2 mois car j étais très essoufflé et douleurs dans la poitrine jusqu au jour ou la douleur a été douloureuse ou j ai pris conscience que ce n était pas normal rdv chez mon médecin qui m a ensuite dirigé vers un pneumologue et là annonce de ma BPCO . j ai les poumons dilatés a 113 pour-cent et les bronches brûlés a 21 pour-cent.

j attends des témoignages de personnes au même stade et si possible de nantes

merci a vous   

BPCO : votre diagnostic

Posté le

bonjour les gens

ma BPCO a été diagnostiqué 1an et demi apres mon arret total d'activité,

elle c'est déclaré en montagne ,je n'avait jamais eu de probleme arrivé a Barcelonnette ,route la plus haute d'europe , arret pique nic, impression d'etre ivre mort,redsecendu en plaine a notre chalet, on a mit ca sur le compte de la hauteur , rentre de vacances ,médecin , qui m'envois faire un test d'effort qui me mets a plat et surtout évanouis sur le velo

je suis passé par toute les maladies pulmonaire , aprés biopcie des poumons 3 nodules cyanosés

il ne me reste que 43 % de capacité pulmonaire, emphysème ,

moi qui faisait en moyene 18 h de travail par jour ,du jour au lendemain ne plus rien pouvoir faire c'est dure moralement, on ce sent inutile

puis remonter la pente, faire des petits bricolages a ma vitesse ,et surtout mon ordi, pour apprendre divers choses

j'ai toujours garder le moral