Traitements de la BPCO

Aucun traitement ne permet de guérir la maladie, l’obstruction n’étant pas réversible. Les traitements mis en place sont globalement symptomatiques ou vont empêcher l’aggravation de la maladie.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

La priorité reste l’arrêt tabagique qui peut être accompagné d’une aide au sevrage. L’arrêt du tabac est bénéfique à tous les stades de la maladie.


Traitements de la BPCO - Interview Pr... par CarenityChannel

Des médicaments permettent de diminuer les symptômes de la maladie et d'améliorer la qualité de vie du patient. Au stade initial de la maladie, on prescrit des bronchodilatateurs qui aident à dilater les bronches et lutter contre la dyspnée. Ces médicaments sont administrés sous forme d’aérosol. A l’autre extrémité, pour les formes les plus sévères, on est obligé d’apporter de l’oxygène au patient insuffisant respiratoire. On parle alors d’oxygénothérapie ou de ventilation assistée.

Les principaux traitements médicamenteux de la BPCO sont :
- Les bronchodilatateurs pour dilater les bronches et lutter contre l’essoufflement ;
- L’antibiothérapie en cas de surinfection bactérienne. - La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire permet de diminuer l'essoufflement en réhabituant les muscles à travailler. Cette réhabilitation est curative pour les malades gravement atteints et doit être anticipée pour les autres patients.

Dans certains cas, une kinésithérapie respiratoire peut faciliter l'expectoration et la ventilation. Celle-ci s’adresse plus aux patients ayant une bronchite chronique intriquée qu’aux malades de la BPCO et fait partie de la réhabilitation respiratoire.

Traiter la BPCO par plusieurs moyen

Des recours chirurgicaux sont possibles au cas par cas.

Deux types de traitements chirurgicaux peuvent être indiqués dans des situations bien particulières. La chirurgie de l'emphysème, technique née il y a une dizaine d’années, est réservée aux malades ayant des formes particulières de la BPCO avec des grosses bulles formées dans les parties hautes des poumons avec distension pulmonaire. L'amélioration de la BPCO n'est souvent malheureusement que transitoire.

La transplantation pulmonaire est réservée à des patients jeunes ayant des formes très évoluées de la maladie. On ne recense qu’une trentaine de greffes de ce type par an.

Si des recherches sont conduites pour essayer de réparer les dégâts causés sur l’organisme par le tabac, il n’existe pour l’heure aucun traitement miracle. Il y a des nouveaux médicaments avec une atténuation des effets indésirables, mais il n’existe pas de nouvelles classes thérapeutiques spécifiques à la BPCO

Article rédigé sous la supervision du Professeur Gérard HUCHON, Chef du service de pneumologie de l'hôpital Hôtel-Dieu à Paris et Président du Comité National de Lutte contre les Maladies Respiratoires.

Sources :
- HAS,
- OMS,
- Comité contre les Maladies Respiratoires

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire