Lupus, stress et dépression

Comme le lupus est une maladie imprévisible et que les malades doivent y faire face pendant la majeure partie de leur vie, cela peut causer plus de stress que d'autres maladies chroniques courantes.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Plusieurs éléments amènent stress et dépression dans la maladie du Lupus :

- Stress et déprime face à la chronicité de la maladie :
Faire face à une maladie chronique est stressant. Jusqu'à 60% des personnes atteintes d'une maladie chronique peuvent souffrir de périodes de dépression. En effet, face à une maladie chronique il n’y a pas d’issues et certains malades peuvent se sentir abattus et vulnérables. Juste après le diagnostic, le malade se sent perdu et en manque de repères face à toutes les adaptations que lui impose la maladie. Avec le temps, une lassitude et une perte de combativité peuvent survenir. Dans ces deux situations, le stress et la dépression se développent et vont toucher le malade.

- Action de certains médicaments :
Suite au diagnostic du lupus, il est possible que certains des médicaments pris, en particulier les stéroïdes, rendent le malade plus émotif et sujet à la dépression.

- Symptômes propres à la maladie :
Le lupus peut directement affecter le système nerveux et provoquer des symptômes tels que des problèmes de mémoire, des troubles de la concentration, des sautes d'humeur, et la confusion.

- Certains symptômes amènent à une dépression corrélée :
Les malades atteints de lupus passent par des périodes où ils n’ont pas le moral et se sentent abattus. Parfois, le lupus et ses symptômes peuvent les empêcher de sortir et de faire les choses qu’ils souhaitent. Les éruptions cutanées provoquées par le lupus transforment le physique des malades et cela peut être source de déprime. Le stress peut aussi en résulter car les malades se soucient de l’image que les autres ont d’eux. Lorsque ces sentiments mènent à la dépression, on parle alors de dépression réactionnelle.

Gérer la dépression et le stress liés au lupus

L’acceptation de la maladie permet de traiter la dépression réactionnelle. De plus, si les symptômes qui ont causés cette dépression s’atténuent, celle-ci fait de même.

Néanmoins, la dépression clinique est, elle, plus intense et difficile à traiter. Ce type de dépression, qui est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau, peut aggraver les symptômes du lupus.

Certains signes avant-coureurs de la dépression clinique sont :
- Un sentiment de vide, de désespoir ou d'impuissance.
- Une perte d'intérêt pour les choses que les patients aimaient avant.
- Le sentiment que l’on ne peut plus aller de l’avant.
- L’impression d’être dans une situation d’échec et d’être mis de côté par les autres.

Ces humeurs et pensées sombres sont un signe que le malade a besoin d’un suivi psychologique. Celui-ci est déterminé par le médecin traitant qui peut recommander des séances de psychothérapie ou la prise d’antidépresseurs.

Les facteurs suivants peuvent aider le malade à garder un équilibre émotionnel :
- La pratique sportive régulière et une alimentation saine.
- Connaître ses limites à la fois émotionnellement et physiquement.
- S’accorder suffisamment de repos.
- Rejoindre un groupe de soutien.
- Faire de la méditation pour apprendre à gérer son stress.

Prendre soin de soi et se distraire sont ainsi essentiels pour faire face au lupus. Mais avant tout, il faut apprendre à connaître les signes avant-coureurs de la dépression, et ne pas hésiter à demander de l'aide quand on en a besoin.

Dernière mise à jour : 10/08/2017

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Lupus