Lupus et travail

Les personnes atteintes de lupus, surtout peu de temps après avoir été diagnostiquées, se demandent souvent si leur maladie aura une incidence sur leur capacité à travailler.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Beaucoup de personnes atteintes de lupus sont en mesure de continuer à travailler, même si elles peuvent avoir besoin de faire des changements dans leur environnement de travail. Heures de travail flexibles, travail partagé et télétravail peuvent aider le patient à continuer à travailler. Il peut être utile de commencer à prendre les dispositions peu de temps après le diagnostic du lupus.

Si l’on travaille dans un bureau, les changements peuvent inclure :
- La modification de sa « position » de travail pour soulager les facteurs de stress physiques.
- La mise en place de protections contre la lumière sur les ampoules fluorescentes et de filtres anti-reflets sur les écrans d'ordinateur.
- L’utilisation de claviers d’ordinateurs et de chaises de bureau ergonomiques.
- Le fait d’avoir un canapé à disposition pour s’accorder des périodes de repos.

Si le malade a une profession qui implique de travailler à l’extérieur, les changements peuvent être les suivants :
- Réaliser les tâches qui sont les moins exigeantes physiquement.
- Avoir des périodes de repos plus fréquentes.
- Éviter d’être exposé au soleil aux alentours de midi.

Parler de son lupus au travail ?

Il est compréhensible que le malade ne veuille pas que tous ses collègues soient au courant de sa maladie. Il est compréhensible de craindre que le fait de mentionner à son employeur le diagnostic de son lupus puisse remettre en question l’efficacité au travail, ou puisse en quelque sorte diminuer la « valeur » que l’on a en tant qu'employé.

Le fait d’indiquer sa maladie à son employeur dépend beaucoup de chaque individu. Pour certaines personnes le lupus n’influe pas trop sur le travail, et les patients peuvent poursuivre une activité professionnelle normale.

Pour d’autres néanmoins, les répercussions sur le travail sont importantes et il peut être nécessaire de mentionner sa maladie, en particulier pour des raisons de sécurité et de santé.

Il faut aussi savoir que parfois, les exigences physiques et/ou mentales du travail peuvent devenir trop lourdes à gérer en plus des nombreux changements physiques et changements émotionnels que le lupus peut causer. Dans ce cas il est possible de bénéficier d’une réorientation professionnelle, ou de passer à un horaire à temps partiel par exemple.

Il existe ainsi des aides mises en place par l’Etat qui reconnaissent le statut d’invalidité provoqué par la maladie du lupus et qui proposent une prise en charge adaptée.

Sources : Lupus Réunion

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 150 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme