Traitements médicamenteux et acromégalie

Dans le cas où l’adénome hypophysaire est inaccessible à la chirurgie ou si le patient présente des risques de complications, l’acromégalie peut être gérée par des traitements médicamenteux.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Les médicaments sont utilisés en association avec d’autres traitements comme la chirurgie ou la radiothérapie, notamment quand la tumeur n’a été retirée qu’en partie. Ces médicaments ont montré leur efficacité pour réduire le taux d’hormone de croissance et dans la plupart du cas, l’association avec la chirurgie permet d’obtenir une stabilisation de la maladie, voire même une guérison totale.    

Ceci étant, ces médicaments ne sont pas dénués d’effets secondaires. Certains entrainent par exemple une baisse de la vigilance rendant la conduite automobile dangereuse, d’autres provoquent des troubles intestinaux (douleurs abdominales, diarrhées…).

Deux types de médicaments pour les patients acromégales

En première intention, le médecin peut prescrire des analogues de la somatostatine.
Ils permettent de contrôler l’hypersécrétion d’hormones de croissance et de réduire la taille de la tumeur.
La normalisation du taux d’hormone de croissance est observée chez environ deux tiers des personnes traitées. Ils entrainent en outre une réduction du volume de l’adénome. Auparavant, les analogues de la somatostatine étaient administrés plusieurs fois par jour à travers des injections. Aujourd’hui, il existe des formes de traitement permettant de recourir à une injection mensuelle unique.
L’effet indésirable principal consiste en des troubles gastro-intestinaux. Il est également possible que des calculs biliaires surviennent.

En cas d’échec du traitement aux analogues de la somatostatine, les antagonistes de l’hormone de croissance peuvent être administrés, sous forme d’injections sous-cutanées quotidiennes. Ce traitement est très efficace pour normaliser les niveaux de IGF-1, mais ne diminue pas les niveaux d’hormones de croissance ou la taille de la tumeur. Les patients peuvent observer les effets indésirables suivants : maux de tête, fatigue, nausées, diarrhées.

Enfin, les dopaminergiques sont surtout utilisés en cas de production anormale de prolactine et permettent de diminuer légèrement la sécrétion de l’hormone de croissance. Ils sont prescrits au patient sous forme de comprimés.      

En parallèle de ces traitements améliorant le contrôle de la production d’hormones, des traitements spécifiques des complications inhérentes à l’acromégalie permettent une amélioration importante du pronostic vital des patients

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme