Diabète, troubles métaboliques et acromégalie

Un excès d’hormones de croissance peut causer une résistance à l’insuline et altérer la capacité de l’insuline à supprimer la production de glucose et stimuler son utilisation. Mais d’autres troubles métaboliques peuvent aussi être induits par les hormones de croissance.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Le diabète est une maladie qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie). Il est défini par un taux de sucre dans le sang (glycémie) supérieur à 1,26 g/L à jeun, à deux reprises.   

La prévalence du diabète chez les patients atteints d’acromégalie se situe entre 20 et 56%. Cette prévalence s’explique par le fait que l’excès de l’hormone de croissance (GH) augmente le taux de glucose dans le sang et exerce un effet lipolytique pouvant aboutir à un diabète.
 
Le suivi d’un éventuel diabète chez les patients acromégales doit être étroitement effectué par les professionnels de santé en raison de la prévalence de cette complication et des risques encourus en cas de diabète mal soigné.
En effet, un diabète mal pris en charge peut amener à des complications graves (troubles de la vision, cécité, maladies rénales, infarctus….)

Autres troubles métaboliques et acromégalie

L’acromégalie est également associée à des anomalies du métabolisme des lipides (dyslipidémie). Les patients atteints d’acromégalie active affichent un taux de cholestérol plus bas et des triglycérides plus élevés que la population témoin dans la même tranche d’âge.

Également, 30 à 40% des patients acromégales présentent une élévation du taux de prolactine (PRL). La PRL est une hormone qui stimule principalement la production de lait maternel après une naissance chez les personnes saines. Cette production excessive de prolactine est due à la compression de l’hypophyse par la tumeur. Les symptômes de l’hyperprolactinémie sont : perte de cheveux, maux de tête, problèmes visuels, infertilité, troubles sexuels. Chez les femmes, elle peut s’accompagner  d’un galactorrhée.

Enfin, l’action excessive de l’hormone de croissance sur les cellules de la peau peut occasionner des problèmes cutanées comme par exemple une hypersudation, une pilosité excessive sur tout ou une partie du corps, un psoriasis ou encore un acanthosis nigricans (anomalie cutanée caractérisée notamment par une hyperpigmentation et un épaississement de la peau).

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme