Complications cardiovasculaires et acromégalie

Les hormones de croissance et l’IGF-1 jouent un rôle régulateur essentiel dans le développement du cœur, ainsi que dans l’entretien de sa structure. Le vieillissement et l’exposition prolongée à un taux excessif de ces hormones sont les principaux éléments déclencheurs de problèmes cardiaques chez les patients acromégales.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

L’hypersécrétion prolongée d’hormone de croissance provoque de multiples complications dont les plus dangereuses sont les complications cardiovasculaires. Ces problèmes cardiovasculaires sont à l’origine de 60% des décès chez les personnes acromégales.    

L’hypertension artérielle est la première complication cardiovasculaire dans l’acromégalie. On l’observe chez 20 à 50% des patients acromégales. Or, la prise en charge de l’hypertension artérielle est importante car cette dernière peut conduire à des accidents vasculaires cérébraux (AVC), à une insuffisance cardiaque ou à une insuffisance rénale en cas d’atteinte des reins.

Les autres troubles cardiovasculaires et acromégalie

Les patients acromégales souffrent pour 90% d’entre eux d’une hypertrophie cardiaque (cardiomégalie) qui peut conduire à des anomalies de la contractilité cardiaque, à des problèmes sur les valves cardiaques ou encore des troubles du rythme ou de la conduction cardiaque. Ces risques cardiovasculaires peuvent aussi se déclarer en présence d’autres facteurs de risque (diabète, apnée du sommeil, hypertension artérielle).

Un traitement efficace de la maladie entraine une amélioration de ce risque cardiovasculaire en particulier chez les patients les plus jeunes. Certaines lésions sont irréversibles dans quelques cas.

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire