Apnée du sommeil et acromégalie

Les patients atteints d’acromégalie développent des problèmes respiratoires en raison de changements anatomiques induits par la maladie. Parmi ces troubles, l’apnée du sommeil est le plus fréquent.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

L’apnée du sommeil ou, plus précisément, le syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS) se caractérise par la survenue d’obstructions fréquentes des conduits respiratoires durant le sommeil. Ces obstructions sont responsables d’interruptions (apnées) ou de réductions (hypopnées) de la respiration.      

Ces « pauses » de respiration peuvent durer de 10 à 30 secondes, voire plus, et se répéter une centaine de fois par nuit.  Durant ces pauses, le cerveau va réagir en réveillant le patient afin qu’il puisse reprendre sa respiration. Ces « micro-éveils » vont conduire à un sommeil saccadé et de mauvaise qualité. Ce sommeil très agité va à court terme entrainer une somnolence importante durant la journée, des problèmes de concentration, des maux de tête et une fatigue persistante. Sur du long terme, l’apnée du sommeil peut entrainer une augmentation du risque d’hypertension artérielle, une insuffisance coronaire et des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

L’apnée du sommeil dans l’acromégalie

Le syndrome d’apnée du sommeil est une des plus fréquentes complications de l’acromégalie : 60% à 80% des patients acromégales (en majorité des hommes) en sont atteints. Certains ont parfois un traitement depuis plusieurs années contre ce syndrome alors même que le diagnostic de l’acromégalie n’a pas été posé. Cette prévalence importante de l’apnée du sommeil chez les patients acromégales est due à la production excessive d’hormone de croissance (GH) qui entraine notamment une croissance osseuse irréversible de la mâchoire inférieure, un épaississement et un allongement du voile du palais, une  augmentation anormale du volume de la langue (macroglossie) ce qui provoque alors une obstruction des voies aériennes supérieures. Il faut enfin noter que des facteurs non spécifiques comme l’obésité ou l’hypothyroïdie peuvent aussi faciliter l’apparition du syndrome d’apnées du sommeil chez le patient acromégale.

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire