/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Bonjour à tous,

Je vous écris ce soir car j'ai besoin d'aide dans ma réfléxion sur quoi faire de ma vie...

Je suis borderline depuis l'âge de 15ans je dirais mais n'est été diagnostiquée qu'à l'âge de 22ans, etant refractaire à la medecine dans un premier temps... Je n'ai pas acceptée d'être sous ttt tout de suite, ce qui m'a valu des périodes maniaques et dépresssives intenses... J'ai ensuite pris un ttt qui m'a permis de me stabiliser (risperdal, paroxetine, seresta).

Je travaille depuis l'âge de 20ans, je suis préparatrice en pharmacie. J'accumule les petits contrats et les plus longs contrats, selon l'ambiance de la pharmacie et ma capacité à "tenir", c'est-à-dire que j'envoies vite ballader et met fin au contrat quand ça ne va pas. Depuis 2015, en parallèle de mon travail je suis des études de psychologie. Je suis à l'heure actuelle en 3ème année mais je dois redoubler.

en janvier 2019 j'ai commencé un nouveau contrat qui devait durer trois mois renouvelable, mais j'ai en quelque sorte "décompensé", et me suis mise en arrêt début février. Je n'etait plus capable de rien. Insomnies, etat depressif, perte de concentration, de memoire... en mars n'en pouvant plus j'ai décidé de me prendre en main, j'ai vu un psychiatre (jusque là j'etais suivie par mon médecin traitant et une psychologue). Il a changé le risperdal par l'abilify et le seresta par l'alprazolam. Depuis je me sens mieux, bien que je n'arrive tjs pas à me concentrer, fatigue et insomnies. Qques effets secondaires mais rien de dramatique.

Je suis en arrêt jusque début mai. Aujourd'hui j'ai passé un entretien pour un cdi 35h dans une grosse pharmacie avec emploi du temps sur 3,5 jours. Mon mari, qui me soutient depuis 10 ans, s'oppose à cette reprise de travail, il prefererai que j'arrête de travailler et que je me consacre à finir mes études de psychologie. Je ne sais pas quoi faire... L'année dernière nous avons failli divorcer, je ne voudrais pas dépendre de lui pour mes études, s'il part ou même moi que vais-je faire?

Je ne sais pas si j'ai été claire, vous pouvez me demandez des précisions. Peut-être auriez-vous un avis ou une expérience qui va m'éclairer?

Céline

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Céline,

Je voulais savoir par quel type de psychiatre et quelle méthode tu es accompagnée, à quelle fréquence, et idem pour la psychologue? As tu pu identifier la cause et l'origine du trouble? Je te pose cette question car beaucoup de suivis sont inadaptés au trouble, alors qu'un suivi vraiment adapté avec des méthodes spécifiques portent ses fruits en 18 mois environ jusqu'a la résilience.....(a condition aussi que le patient s'engage vraiment dans le travail thérapeutique). Les plus efficace étant la thérapie des schémas de young, les TCC, les approches positives, et surtout à éviter massivement les approches psychanalytique de type freudienne.....qui ont tendance à aggraver le trouble....Le mieux est un suivi extrêmement rapproché, 2 fois par semaine, souvent avec ces méthodes là cumulé a un suivi rapproché en méthodes positives les progrès sont faramineux!

Par ailleurs ton mari t'autorise et t'offre la possibilité de te consacrer à tes études, j'ai envie de dire fonce!!! déjà en faisant ce que tu aimes ça devrait aussi t'apaiser. Par ailleurs il ne faut pas penser au pire! si au bout de 10 ans avec une borderline il est encore là c'est qu'il est solide! et ensuite même si ça arrivait, ce que tu peux faire pour éviter une grosse cata en amont c'est demander l'aah et l'invalidité.....au moins si séparation tu n'auras pas rien...

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Bonjour Anipeps,

je te remercie d'avoir pris le temps de me répondre.

Je vais chez mon médecin généraliste toutes les une à deux semaines, pour vider mon sac si j'ose dire, mais je vois bien qu'il est un peu dépassé par ma pathologie. Je vais le voir spécifiquement parce qu'il est facile d'accès et que je suis remboursée (ALD).

Je vois une psychologue une fois par mois, faute de moyen... c'est toujours un grand réconfort de la voir, elle m'apporte tjs des pistes de reflexion, mais c'est vrai que comme je le vois peu on parle des problèmes du moment sans forcément parler du trouble borderline...

Un psychiatre j'en ai vu plusieurs ces dernières années, mais je n'ai jamais trouvé un avec qui ça accrochait... Il n'y en a pas bcp dans ma région et ils sont bcp à pratiquer des dépassements d'honoraires. 

Celui que j'ai vu en urgence est rattaché au cmp de ma ville, mais il est débordé et n'est pas sûr de pouvoir me revoir, je l'appelle la semaine prochaine pour voir s'il continue mon suivi ou pas...

Mon médecin m'a effectivement parlé de la mdph, mais pas d'une rente d'invalidité... Il faut que je fasse le dossier.

Et oui, pour le moment je ne me sens pas de reprendre un boulot, et je me sens nulle pour ça.... Je me dis toujours "comment font les gens normaux pour vivre leur vie?".

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Je suis diagnostiqué Borderline homme et je confirme ton resenti quand tu précises comment réussissent à vivre au quotidien les personnes ordinaires. 

Cela est réellement impossible me concernant trop émotif trop sensible trop anxieux trop cérébral.etc......

Je pratique du benevolat de temps à autre pour ne pas couper complètement le lien social ainsi que des activités sportives seul .

je me rend utile grâce au bénévolat sans la moindre pression plus je dois prendre traitement médicamenteux et suivis psy depuis des années. 

Je suis reconnu comme souffrant de ce trouble par la MDPH Calvados depuis quelques mois. 

J"ai eu auparavant des tas de postes à responsabilités .

Ce trouble m'à à chaque fois joué des tours durant ces mêmes périodes .également amicalement et amoureusement parlant .

Conflits familiaux et j'en passe .

Le fait d'avoir un fils unique me permet de continuer à garder l espoir et l envie de me battre .

Je suis également très croyant .

Bien à vous. 

Childeric.

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

Childeric je me sens moins seule quand tu me dis que toi aussi tu te demande comment font les personnes normales...

Hier matin je devais commencer un nouveau poste, j'y suis allée toute la matinée, j'ai bien fait mon travail mais dans mon esprit j'étais totalement à coté de la plaque... L'après-midi je n'ai pas pû continuer , j'en ai parlé au patron qui m'a dit de réessayer dans qques jours (je ne lui ai pas dit que j'avais un trouble borderline, juste que je ne me sentais pas bien).

Ce matin il m'a appelé pour me dire qu'il avait refléchit et que finalement pour le moment il ne me veut plus dans son entreprise, peur que ca n'aille pas. Je suis dépitée, c'etait vraiment une entreprise sympa, c'est moi qui ait merdé...

Je ne peux pas aller contre mon ressenti, mais des fois est-ce qu'il ne faudrait pas faire avec?

Céline

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué‍ , @pseudo-masqué‍ , quand j'ai voulut reprendre une vie active et professionnelle j'ai commencé par une entreprise adaptée..l avantage c'est que du coup j'étais pas la seule à avoir un trouble psy dans l entreprise et même si ce sont des entreprises ordinaires mais avec des salariés handicapés, le rythme était dur mais y avait beaucoup plus de bienveillance et mon trouble n était plus un problème...le l postes proposés allaient du mi temps au temps plein selon ce qu on pouvait supporter en charge de travail...bref perdo ça m a vraiment permise de reprendre confiance en moi au niveau professionnel... Aujourd'hui depuis 3 ans et du coup 7 ans après le passage en EA je suis a mon compte en travailleur indépendant... Ce fut un véritable tremplin de pouvoir travailler dans une entreprise où ma différence n en était pas une..y avait des pathologies psy, physiques et on arrivait tous avec notre problème de santé, d ailleurs on savait pas ce qi avaient les uns ou les autres précisément, mais on avait tous en commun un parcours professionnel rendu difficile de part une pathologie....

Échanger entre borderlines
1

Membre Carenity
Posté le

Coucou .

Je tenais a te souhaiter bon courage et pleins de bonnes choses .

Nous sommes riches de notre immense sensibilité. 

Peut être est ce le prix à payer.

Bien à toi.

Childeric.

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Bonsoir, 

J'écris ce texte car je suis totalement désespérée de ma situation. Je suis navrée mais je n'ai pas eu le force de lire tous les autres témoignages- à part quelques uns ...- car je suis en situation de crise et j'ai désespérément besoin d'aide.

J'ai 24 ans et je suis borderline depuis à peu près mes 13 ans. J'ai été diagnostiquée il y a seulement deux ans et avant ça, j'avais limite l'impression de ne pas être prise au sérieux. On rejetait souvent mon mal être sur une crise d'adolescence, mais cette crise ne passait pas. On me traitait comme une hypocondriaque et j'ai commencé à fuir le milieu médical car je m'y sentais méprisée. 

Depuis mon diagnostique - après une tentative de suicide - je suis prise en charge par un psychiatre que je vois une fois tous les 3 mois et je suis sous traitement - tranxene + venlafaxine- mais je n'ai pas l'impression que ça m'aide. J'ai enchaîné les psychologues et ça c'est toujours mal passé- environ 5. J'ai l'impression que le corps médical ne sait pas quoi faire avec moi, comme si j'étais un cas désespéré. Je me sens seule, aliénée,  j'ai l'impression que....ma place n'est pas sur cette terre et que je suis arrivée ici par erreur. 

J'ai tout essayé,  sophrologie, hypnose, thérapie, yoga, méditation, reiki, je souffre toujours autant d'angoisse et de ce profond vide. Il y a des jours où j'ai juste envie de m'ouvrir de partout, de n'avoir jamais existé. Je n'en peux plus de vivre comme ça, d'avoir peur constamment, de vivre une journée "normale" et m'effondrer soudainement à la moindre contrariété. Mes émotions sont mon cauchemar, ma vie est un enfer et je ne sais plus quoi faire pour m'en sortir. J'ai si peur qu'on me laisse tomber, qu'on se lasse de moi car j'ai l'impression d'être un immense boulet inutile et que cette maladie fatigue tout mon entourage.

J'ai également des troubles alimentaire car je me trouve beaucoup trop grosse alors j'essaye désespérément de maigrir quitte à me laisser mourir de faim - je mange moins de 1000 kcal par jour. Je souffre d'insomnie ainsi que de cauchemar morbides qui réussissent parfois à me terroriser tellement que je suis incapable de sortir de chez moi.

J'ai l'impression que plus rien ne pourra m'aider et que je suis dans une impasse. Je ne comprends même plus pourquoi je devrais continuer d'essayer de vivre alors que je souffre quasiment constamment et ce, à cause de moi même. Si je suis encore ici c'est pour les quelques personnes qui me soutiennent et qui croient en moi, mais je commence à fatiguer de vivre pour les autres. Dans ces moments, plus rien n'a d'intérêt, tout est fade et froid et j'aimerais juste m'endormir et ne plus me réveiller pour ne plus devoir me battre contre moi-même encore une journée de plus. 

J'ai désespérément besoin d'aide, n'importe quoi, quelque chose qui me dise de me raccrocher encore à la vie mais j'ai tellement l'impression de m'ensevelir dans la noirceur.

Je vous en supplie, aidez moi 

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le

Je suis prêt à t apporter tout mon soutien .

Dialoguer échanger écouter te donner mes ressenties 

Contact Facebook

Legrand Auguste. 

Borderline homme depuis toujours 

Notre sensibilité est également notre force et qualité 

Bien à toi.

Échanger entre borderlines
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué‍ as-tu exploré la piste hormonale et neuro-cognitive? Je vois que tu as listé plusieurs approches que tu as testée mais je ne vois pas dedans celles réputées pour fonctionner sur ce trouble à savoir Thérapie des schémas de young, approches positives, TCC, emdr.

Je t'invite à ne pas trop penser diagnostic il y a énormément de diagnostic eronnes concernant le borderline. Une grosse partie ne le sont pas et relève de la neuro psy souvent non envisagé par les psychiatres (asperger, HP, tda etc...)