Le Sas des Borderlines, échangeons !

/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

28 réponses

273 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Suite à des années d'errance médicale et d'incompréhensions face à l'inefficacité des traitements AD et neuroleptiques, le verdict est tombé : 

J'ai un trouble de la personnalité borderline/ état limite.

Comment vivez-vous de votre côté ce trouble?

Comment avez-vous accueilli le diagnostic?

Quelles sont vos parades aux potentielles crises (extérieures et/ou intérieures) ?

Avez-vous, vous aussi, dû attendre trop longtemps avant la bonne gestion de ce trouble?

Comment gerez-vous la situation auprès de vos proches? Vous sentez-vous soutenu(e.s)?

Etes-vous sociable.s ou comme moi, asociale par évitement de probables secousses émotionnelles ?

J'aimerais échanger avec vous car il se fait seul ici, là où je suis. 

Alors, si vous le voulez bien, parlez-moi un peu de vous. Et si on est plein, parlons tous ensemble !

Merci d'avance :-)

Début de la discussion - 19/11/2021

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Bonjour à tous , je suis également borderline à des états limite et j’ai du mal à vivre avec c’est très compliqué sa freine dans la vie personnelle comme professionnel c’est une horreur 

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Pour ma part ce sont des consommations à risques et des dépressions très dark à la limite du suicide je suis suivie par un psychiatre ainsi qun psychologue mais sa peut prendre énormément de temps je n’accepte pas de vivre avec

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Bonsoir,

alors j’ai absolument pas la fois de répondre  n’y la tête pour le faire mais je vais essayer d’y répondre au maximum parce que aider quelqu’un c’est très important à mon sens.

alors je le vis ben très mal en fin de compte, j’ai perdu beaucoup (tout ?) mes amis à cause de ma façon d’agir et d’être, je me suis coupé des gens sans le vouloir, j’essuie pas mal d’incompréhension de la part de ma famille et c’est dur à vivre honnêtement personnellement mes journées sont soit très chargé ou à l’inverse vide de tout sens mon hygiène de vie varie de tout à rien mon alimentation est instable enfaite je perçois ça comme une irrégularité total sur tout les points et professionnellement c’est très dur de maintenir un certain niveau d’exigence et d’attente sur la durée. pour moi c’est Chaotique 

-je l’es accueilli avec joua et bonne humeur oui oui… parce que je me suis battu pour montré aux personnels médical que j’étais pas comme il le pensais bipolaire et j’ai eu gain de cause donc pour moi ça a été un faux bon apaisement 

-l’es parade se résume à Fumer 2x plus mangé tout est n’importe quoi écouter de la musique et une parade qui est automatique c’est que dès que je fais face à une crise ou à un moment de tension je me sens très fatigué et ça me pousse à dormir pour éviter le problème et arrêter de souffrir 

-oui je l’es toujours pas atteint au bout de 3 ans :/

- soutenu quand la crise est flagrante et incompris quand c’est des crises moins visibles 

Je suis un mec sociable et aussi asocial j’aime voir mes amis mais pas trop parce que pour moi c’est dur de suivre la cadence les moments de tension ou quoi et je déteste les soirées qui sont pour moi synonyme obligatoirement de bad

voila j’espère t’avoir répondu comme tu l’attendais j’aurai pu développer mais il faut que j’essaye de dormir. En tout cas si tu as d’autres questions tu peux m’envoyer un mp je ferai en sorte de te répondre rapidement :)

bonne nuit 

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Merci pour vos réponses @Lili7789‍ et  @raisspire‍ 

Je me retrouve dans vos commentaires et si j'ai mis du temps à répondre c'est que j'étais en plein turbulence émotionnelle...

Est-ce-que pour vous aussi, les fêtes de fin d'année sont une épreuve désagréable ou au contraire, ça vous fait un peu sortir du mal être que cause ce satané trouble de la personnalité borderline?

Autre question concernant les addictions, en particulier celle de la nourriture: vous auriez une astuce pour éviter de se réfugier dedans? C'est pour une amie (qui est moi lol)

En vous espérant en meilleure forme que ma carcasse abîmée 😊

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Coucou @parisse75‍ très content de pas se sentir seul et de voir que d’autre personne on les mêmes difficultés ça aide vraiment pour parler et aller mieux.

Oui les fête de fin d’année c’est assez compliqué déjà que je ne supporte pas fêter mon anniversaire ça se limite au strict minimum avec mes parents et un repas je veux rien de plus ça me rappelle mon passé sinon.

et pour Noël et le nouvel an c’est délicat car mon traumatisme et d’origine familiale donc bon ça dépend des personnes qu’il y a.

pour la nourriture j’ai trouvé 2 astuces.

la première c’est de boire ne serait-ce que 1 ou 2 verre d’eau ou de jus de fruit et ça me « remplit l’estomac » en partie.

la deuxième c’est plutôt de détourner l’ennuie ou le stress en trouvant autre chose moi c’est jouer à animal crossing par exemple c’est bête mais ça m’évite de penser à manger. Si tu aime lire, dessiner, regarder des série ça peut être une belle alternative.

mais malheureusement il n’y a pas de miracle dans le sens où les crise de boulimie tout comme l’anxiété, les insomnies, les idées parasites ne pourront disparaître ou s’apaiser qu’avec un suivi et un traitement accompagné d’une thérapie cognitive comportementale, moi je vais beaucoup mieux grâce à ça mais je continue (comme maintenant ahah) à manger 6 gauffres sucrée.

et j’avais une question, est ce que tu as des insomnies fréquentes ou pas ?

J’espère que tu vas bien et je suis toujours là pour te répondre :)

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

Pour te répondre @raisspire‍ oui j'ai des phases d'insomnie selon le niveau de stress de certaines périodes. C'est souvent dû à des moments de sociabilisation ( même positifs à la base).

En gros je vais anticiper le moment+être submergée sur le moment et feindre que tout va bien +revivre ce moment après coup en jugeant chacun de mes gestes et paroles durant justement les phases d'insomnies qui s'ensuivent.

La seule technique naturelle que j'ai trouvée est l'évitement, conscient ou pas, de ces situations au fil des années. Sauf que ça me pénalise d'une autre manière, ça fait culpabiliser et éloigne du monde.

J'ai l'impression que les traumatismes familiaux sont un "trait" commun des personnalités borderline. Qu'en penses-tu?

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

J’ai l’impression que c’est moi qui est écrit c’est fou à quelle point c’est trait pour trait la même chose tout ce que tu décris je fait exactement la même chose.

oui le traumatisme familial est très fréquent chez les borderline mais il peut y avoir d’autre traumatisme de type sexuel viol, ou problème familiaux rejet c’est ce qui revient le plus.

édit : pour ma part mon traumatisme et lié à l’abandon que j’ai subit par ma grand mère qui est partie avec un mec à l’autre bout de la France et qui m’a rabaissé, elle m’a couvé toute mon enfance pour me détruire au début de mon adolescence et je n’est pas supporter le contraste d’autant plus que nous étions extrêmement proche tout les deux. 

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

 Je trouve que les après-midi ou soirée entre amis sont des moments très positifs mais qui génère chez une source de stress et de culpabilité assez importante ça me fatigue beaucoup mais d’un autre côté j’ai ensuite de grosses insomnies. Mais il me faut pas beaucoup pour stresser il y a à peine 2 ans j’étais terrorisé à l’idée de faire un plein dans une station d’essence avec la peur d’être jugé par les passants…

ce qui me stress par contre toujours c’est de marcher dans la galerie marchandes des grandes surfaces et de croiser le regarde de plein de personnes c’est juste insupportable pour moi du coup mes jambes s’engourdie avec le stress et je marche bizarrement et du coup ça me stress encore plus ahah

Le Sas des Borderlines, échangeons !


Posté le

@raisspire‍ Incroyable ce que tu m'as décrit pour le problème de démarche en public car j'ai vécu la même chose!

Je crois d'ailleurs que ça a été un des 1ers symptômes du couac qui allait s'ensuivre.

Trop étrange. Le fait d'avoir l'impression d'être bizarre faisait qu'au final je marchais bizarrement. Et ça ne pouvait qu'empirer puisque pour fuir le regard des gens : il fallait bien continuer à marcher !! (ça a commencé à l'adolescence, et toi?)

J'en rigole heureusement car à présent je n'hésite pas à m'arrêter dans la rue pour reprendre une bonne inspiration, tant pis si on le remarque. Car, bien que le regard des gens (ou l'idée négative que je mets dans le regard des gens) me fasse mal, je préfère ça à revivre les crises passées violentes qui m'ont menée à des TS, à des délires ou à de "simples" mises en danger. Et puis, porter un masque chirurgical dehors, certes, fait manquer d'air en cas de stress MAIS camoufle donc aide aussi à destresser ! Loool

Bon, je tiens ce discours car aujourd'hui ça n'allait pas trop mal. Je sais qu'il y aura un autre creux de la vague et là, il faudra tenir le coup et se persuader qu'on est convaincue qu'il faut tenir le coup hahah

À ce qu'il paraît le trouble borderline s'estompe avec le temps donc faut être patient. Je m'accroche à ça et semble voir des petites améliorations au fil des années.

Pour revenir à ce que tu m'as confié au sujet de ton histoire familiale, ça a dû être terrible qu'un proche que tu aimes change si radicalement et soit devenu l'acteur de ta souffrance. Je crois entrevoir, de par mon propre parcours, l'incompréhension et la détresse que cela a pu générer.

Parvenir à accepter que ceux qui sont censés nous protéger et nous aimer nous rejettent du jour au lendemain ou nous blessent de telle ou telle manière est d'une difficulté monstre. Comment croire par la suite les autres personnes qui arriveront dans nos vies? Et comment se faire soi-même confiance, puisque l'on pensait les proches loyaux et aimants et que l'on s'était trompé ?

Quand on est ado ou jeune adulte(âge à peu près auquel les troubles de la personnalité borderline sont bien visibles et à leur apogée il me semble) on n'a pas encore les clés pour résoudre au calme ces questions. En plus, souvent on est encore embourbé dans les schémas familiaux toxiques. En réalité, ça relève du miracle que les TS n'aboutissent pas. Et ça ajoute de la peine sur la peine, de la colère sur la colère et rallonge le temps de stabilisation de ce foutu trouble.

Un vrai sudoku niveau 10.000 ! 

Discussions les plus commentées