XLH : tout savoir

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

L’hypophosphatémie liée à l’X (XLH)

Qu'est-ce que l’hypophosphatémie liée à l’X (XLH) ?

Définition

L’hypophosphatémie liée à l’X (ou XLH) est une maladie héréditaire, c’est-à-dire qu’elle peut être transmise aux enfants. Dans cette maladie, l’organisme gaspille le phosphore, élément indispensable à de nombreuses fonctions, notamment à la bonne formation des os et des dents.

  • L’hypophosphatémie est la concentration anormalement basse du phosphate dans le sang. Le phosphate est la forme sous laquelle le phosphore baigne dans le sang.
  • “Liée à l’X” signifie que la maladie provient de la mutation d’un gène localisé sur le chromosome X. Le gène muté est responsable du bon usage du phosphore par les os et les dents ; à cause de la mutation, le phosphore est gaspillé par l’organisme (de là sa faible concentration dans le sang). 

L’XLH est aussi appelée : rachitisme vitamino-résistant hypophosphatémique. Le rachitisme est une manifestation principale de la maladie, et « vitamino-résistant » signifie que les vitamines, notamment la vitamine D, sont inefficaces pour la traiter. 

Toutes les 100 000 naissances, environ 4 quatre enfants développeront l’XLH. Les premiers symptômes apparaissent généralement vers l’âge d’un à deux ans

Symptômes de l’XLH 

Tous les symptômes découlent du fait que l’organisme gaspille le phosphore. De façon générale, on observe un rachitisme, c’est-à-dire un défaut de formation des os. Les symptômes précis diffèrent entre l’enfance, période où l’organisme croît, et l’âge adulte.

Dans l’enfance, l’XLH se manifeste tout d’abord par un retard de croissance, une malformation des jambes (souvent très arquées) et une démarche anormale ; un peu plus tard, des abcès dentaires peuvent se déclarer. 

À l’âge adulte, les patients non traités sont généralement petits (leur croissance ayant été entravée par la maladie), peuvent souffrir de douleurs osseuses, de raideurs, avoir les os fragiles et les dents et gencives dans un état médiocre

Hormis les problèmes osseux et dentaires, l’XLH se caractérise par une faiblesse musculaire. Le métabolisme du phosphore et celui du calcium sont liés. Or, le calcium est un élément central dans la bonne santé des muscles. La perturbation de l’utilisation du phosphore dans l’XLH entraîne une perturbation de celle du calcium, provoquant la faiblesse musculaire. 

Causes et facteurs de risque de l’XLH 

Mutation

L’XLH est due à la mutation d’un gène localisé sur le chromosome X, gène responsable du bon usage du phosphore par l’organisme. Cette mutation peut être héritée des parents ou bien apparaître spontanément

Différentes mutations peuvent affecter le gène en question, engendrant des XLH de sévérité variée. Ainsi, chez certaines personnes, la maladie est modérée voire passe inaperçue. 

Transmission

Le chromosome X est un chromosome sexuel présent aussi bien chez les filles (XX) que chez les garçons (XY). Si l’autre chromosome X de la fille possède le gène non muté (cas très probable), la maladie se déclare quand même, mais sous une forme plutôt moins sévère que chez les garçons. 

Une fille reçoit un chromosome X de sa mère (parmi la paire XX) et le chromosome X de son père (parmi la paire XY). Par conséquent, si son père a l’XLH, elle l’aura aussi. Si sa mère l’a, elle a un risque sur deux de l’avoir (sauf si la mère porte la mutation sur ses deux chromosomes X, ce qui est rarissime). 

Un garçon reçoit un chromosome X de sa mère et le chromosome Y de son père. Par conséquent, si ses parents ont l’XLH, il ne peut l’hériter de son père mais a une chance sur deux de l’hériter de sa mère

Diagnostic de l’XLH 

L’XLH étant rare, et ses manifestations variées étant communes à d’autres pathologies, le diagnostic peut être difficile à poser. 

Le diagnostic d’XLH doit être évoqué lorsque les symptômes décrits ci-dessus sont constatés soit à l’observation, soit à la radiographie. Des examens complémentaires serviront à le valider en confirmant l’atteinte et en éliminant d’autres causes de rachitisme, comme la carence en vitamine D : examen clinique complet, radiographie, dosage du phosphate dans le sang et dans l’urine (le phosphore étant anormalement éliminé par l’organisme malade, on le retrouve en petite quantité dans le sang et en grande quantité dans l’urine), autres examens sanguins et urinaires, et analyse génétique du gène responsable. 

Lorsqu’un malade est diagnostiqué, les membres de sa famille peuvent passer des examens pour s’assurer qu’ils ne sont pas touchés eux aussi par cette maladie héréditaire. Il arrive alors que des formes modérées de XLH soient découvertes, chez des enfants ou des adultes qui n’ont jamais déclaré aucun symptôme important de toute leur vie. 

Traitement de l’XLH 

Médicaments

Il consiste principalement à apporter à l’organisme ce dont il manque : du phosphore. Le phosphore est pris par voie orale plusieurs fois par jour, et parfois même pendant la nuit. L’objectif est de maintenir une concentration suffisante de phosphate dans le sang en dépit du fait que l’organisme en gaspille une partie. 

La prise de phosphore s’accompagne toujours de la prise de vitamine D (calcitriol ou alfacalcidiol). La vitamine D rend l’utilisation du phosphore plus efficace (la carence en vitamine D est une autre source de rachitisme). 

Pour des formes sévères ou réfractaires d’XLH, on adjoint le burosumab (CRYSVITA®) au traitement par phosphore et vitamine D. Le burosumab est un anticorps monoclonal qui réduit le gaspillage du phosphore en agissant au niveau du rein

Bien que le métabolisme du calcium soit aussi perturbé par l’XLH, en conséquence aux perturbations qui touchent le phosphore, un traitement efficace à base de phosphore et de vitamine D suffit à le rétablir. C’est pourquoi la supplémentation des patients en calcium n’est pas recommandée.

Modalités

Plus le traitement est débuté tôt, meilleurs sont les résultats. Généralement, le traitement dure jusqu’à la fin de la croissance. Il n’est pas systématiquement poursuivi chez l’adulte car une insuffisance rénale risque d’apparaître avec le temps. 

Des examens réguliers de la concentration sanguine de phosphate, de vitamine D et d’autres substances sur lesquelles le traitement se répercute permettent d’ajuster la dose de médicaments et le nombre de prises quotidiennes, notamment dans la première année de traitement. 

Vivre avec une hypophosphatémie liée à l’X 

Les patients ayant une XLH sont plus susceptibles de développer certaines complications

  • Infections des dents et des gencives : il faut adopter les mesures d’hygiène standard et consulter régulièrement un dentiste. 
  • Obésité : le métabolisme des sucres et des graisses semble perturbé dans l’XLH. D’autre part, les patients évitent parfois de faire du sport à cause des complications osseuses et de la faiblesse musculaire de l’XLH. Cela peut conduire à un surpoids voire à une obésité. Les mesures d’alimentation à adopter sont celles que tout un chacun doit suivre. Une activité physique adaptée est encouragée.
  • Troubles liés aux oreilles : si les os des oreilles sont altérés par l’XLH, des troubles de l’audition et de l’équilibre peuvent apparaître. Ils se traitent de la même façon que pour des personnes n’ayant pas l’XLH. 

Publié le 26 août 2022

avatar Antoine Seignez

Auteur : Antoine Seignez, Pharmacien chef de projet data science

Antoine est titulaire d’un doctorat en pharmacie et d’un doctorat en sciences de la vie, spécialité immunologie. Il a suivi ses études à l’université de Bourgogne. Plusieurs de ses travaux ont fait l’objet de... >> En savoir plus

Fiches maladies

XLH sur le forum

Voir le forum XLH