Cancer du côlon et amiante

L’amiante est souvent directement associé au cancer du poumon car l’exposition se fait par inhalation des fibres. Cependant, plusieurs études ont aussi prouvé son implication dans d’autres types de cancers, et notamment dans le cancer du côlon.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

L’amiante est un matériau d’origine minérale de forme fibreuse, qui a été utilisé dans le passé et commercialement exploité pour ses caractéristiques physico-chimiques particulièrement intéressantes.
En effet, l’amiante est un matériau qui résiste au feu et à la chaleur, aux agents chimiques et biologiques, et si flexible qu’il peut être filé ou tissé. C’est pour ces raisons que l’amiante est pratiquement indestructible. A la fin des années 60, on retrouve déjà plus de 3000 produits contenants de l’amiante qui sont commercialisés. Au même moment, l’amiante commence à être utilisé dans la construction, et cette utilisation va continuer jusqu’aux années 80. Ce n’est qu’en 1997 que la commercialisation fut interdite en France, en raison de la toxicité de l’amiante. Cependant, celui-ci est encore présent dans de nombreuses constructions et le risque de toxicité est toujours présent.

Le potentiel danger représenté par les matériaux à base d’amiante dépend de la possibilité que les fibres en suspension soient dispersées dans l’air et puisse alors être inhalées.
Ainsi l’amiante est responsable de l’apparition de nombreux cancers qui ont surtout touché les personnes travaillant dans l’industrie ou la construction, en contact direct avec le matériau.
Cependant, l’apparition d’un cancer n’est pas toujours liée à une longue exposition à l’amiante, et il a été prouvé qu’il est possible de contracter un cancer suite à de faibles expositions à celui-ci. Le risque d’exposition ne concerne donc pas seulement les employés qui travaillent à son contact direct, mais aussi toutes les personnes qui résident dans des bâtiments où l’amiante est présent sous forme de produits manufacturés.

L'amiante impliquée dans le cancer colorectal

En 2005, une première étude américaine effectuée par Mark Cullen, professeur de médecine et de santé publique à l’Université de Yale, démontre que l’apparition de cancers du côlon est plus élevée parmi les hommes qui sont exposés à l’amiante dans leur travail. Ces résultats, publiés dans la revue scientifique American Journal of Epidemiology du 1er novembre 2005, concernent l’étude d’environ 4000 travailleurs américains exposés au matériau cancérigène. Selon l’étude, ces personnes avaient 35% de risque en plus de développer un cancer colorectal, par rapport à un autre groupe de comparaison, composé de « grands fumeurs », non exposés à l’amiante. Ce risque atteignait 54% chez les travailleurs présentant des plaques pleurales.

En 2009, une étude française a à son tour prouvé le lien entre l’amiante et l’augmentation du risque de cancer colorectal. L’étude, dirigée par le Dr Sonia de la Provoté, a été effectuée sur 1 683 ouvriers normands, travaillant dans une usine de garniture de freins, exposés à l’amiante. L’étude a révélé que la probabilité de développer un cancer colorectal chez cette population, était nettement supérieure. Les médecins ont de plus prouvé que cette probabilité changeait suivant la période d’exposition journalière à l’amiante.