Coxarthrose

L’arthrose de la hanche ou coxarthrose est une maladie dégénérative invalidante de la hanche. La hanche devient alors douloureuse et perd sa capacité à bouger en devenant rigide.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

La Hanche ou articulation coxo-fémorale est une articulation qui permet de joindre la cuisse au bassin. Elle met en jeu l’os iliaque et le fémur. La cause la plus fréquente de douleur et de rigidité de la hanche est la coxarthrose. La destruction du cartilage à lieu au niveau de l’articulation coxo-fémorale, située entre le bassin et le fémur et reliant la tête du fémur avec le cotyle (cavité osseuse du bassin où vient se loger la tête du fémur). 
 
On distingue deux formes d’arthrose de la hanche
- L’arthrose de hanche primitive est une forme dite « idiopathique » c’est-à-dire sans cause apparente et survenant généralement à partir de 60 ans. Des facteurs génétiques ont été cependant mis en évidence comme facteurs favorisants. 
- L’arthrose de hanche secondaire est liée à une malformation, une pathologie,  ou une autre cause initiale qui va induire la maladie. Généralement, cette arthrose survient de manière plus précoce que l’arthrose primaire. Par exemple, des séquelles de fracture du col du fémur ou du bassin peuvent entraîner une arthrose de la hanche suite à différentes complications, de même qu’une malformation congénitale de la hanche. 
 
La douleur est le premier signal d’une coxarthrose : on parle de « coxalgie ». La douleur est généralement présente au niveau du pli de l’aine et irradie vers l’avant ou vers l’intérieur de la cuisse. Elle peut aussi être présente dans la fesse et irradier l’arrière de la cuisse, ou bien entraîner une douleur au genou ou encore une douleur isolée au niveau de l’arrière de la cuisse. La douleur augmente lors d’un effort. 
 
L’autre symptôme retrouvé est la gêne fonctionnelle limitant certains mouvements, cette gêne dépendant surtout de la douleur. Les articulations manquent alors de souplesse et l’amplitude de certains mouvements s’en trouve réduite. 
 
D’autres symptômes peuvent être observés comme des craquements, des pseudo-blocages ; mais également une amyotrophie de la cuisse et des fessiers dans certains cas. 
 
Dans les stades les plus avancés, la destruction du cartilage peut générer le raccourcissement significatif du membre intéressé, jusqu’à plus d’un centimètre.
 
A terme, une prothèse totale de hanche peut être implantée à la place de la tête du fémur et du bassin. Les résultats de cette opération sont excellents et on observe de très bons résultats après des séances de rééducation. 
 

En savoir plus sur la coxarthrose

Le traitement de la coxarthrose vise à atteindre trois objectifs:
- Réduire la douleur, et par conséquent la limitation fonctionnelle liée à la douleur 
- Récupérer le mouvement normal de la 
- Eviter la progression de la maladie
 
Le traitement de la coxarthrose s’effectue en fonction de la gravité des symptômes et repose sur la prescription de votre médecin. Votre médecin est la personne la plus qualifiée pour vous conseiller et vous prescrire des traitements en fonction de votre situation, qu’ils soient médicamenteux, non-médicamenteux ou chirurgicaux.
 
Il est intéressant de perdre du poids si vous êtes en surpoids car cela permet de soulager grandement la douleur. Egalement pratiquer une activité physique adaptée, accompagné ou non par un professionnel compétent, est très bénéfique car contrairement aux idées reçues, des exercices adaptés permettent d’entretenir la souplesse des articulations, de diminuer la douleur et la gêne fonctionnelle en plus des bienfaits psychologiques et physiologiques classiquement décrits. 
 
Au niveau des traitements médicamenteux on retrouve les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antalgiques mais également les anti-arthrosiques d’action lente (AASAL) qui sont des traitements symptomatiques qui ont pour but à long terme de diminuer l’intensité des douleurs. D’autres traitements existent également. 
 
A côté des traitements médicamenteux, on retrouve également des dispositifs médicaux comme les cannes ou les semelles orthopédiques qui vont avoir des effets bénéfiques pour soulager les douleurs. 
 
Plusieurs traitements chirurgicaux peuvent être envisagés comme la chirurgie correctrice qui peut permettre de corriger certains défauts des os responsables d’une morphologie anormale d’une articulation. A terme, une prothèse totale de hanche peut être implantée à la place de la tête du fémur et du bassin. Les résultats de cette opération sont excellents et on observe de très bons résultats après des séances de rééducation. 
 

Article rédigé par Jérémy Trocherie de l'équipe Carenity

Sources : Clinique de l'arthrose, Société Française de Rhumatologie, Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale, Gonarthrose.fr

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire