Arthrose et infiltrations

Les infiltrations agissent directement dans les articulations affectées d’arthrose, ce qui permet de réduire le dosage administré des médicaments. Deux principaux types d'infiltrations sont utilisées: ceux à base de cortisoniques et ceux à base d’acide hyaluronique.

En plus des médicaments qui s’administrent par voie orale et des traitements non-médicamenteux, des infiltrations directement dans les articulations affectées d’arthrose peuvent aussi être utilisées. Les infiltrations ont pour objectif de focaliser l’action des médicaments administrés par voie systémique et permettent ainsi d’en réduire le dosage. 
 
De plus, comme elles agissent directement sur l’articulation, elles évitent d’exposer tout l’organisme à l’action des médicaments. 
 
Pour effectuer les infiltrations, divers médicaments peuvent être utilisés : les plus utilisés sont les cortisoniques et l’acide hyaluronique, qui sont injectés directement au niveau de la capsule articulaire avec une seringue.
 

Les différents types d'infiltrations contre l'arthrose

Les infiltrations à base de cortisoniques sont très utilisées pour traiter les problèmes rhumatismaux tels que l’arthrite rhumatoïde. Dans le cas de l’arthrose, les résultats sont cependant moins bons et le médecin choisit en général d’adopter ce traitement pour les patients qui ne répondent pas bien à d’autres traitements antalgiques et anti-inflammatoires. Ces traitements doivent être utilisés avec précaution : il est généralement recommandé de ne pas effectuer plus de 3-4 injections articulaires par an.
 
Les infiltrations à base d’acide hyaluronique, qui sont de plus en plus fréquentes, n’agissent pas seulement sur la douleur mais aussi sur le processus dégénératif de l’arthrose en le ralentissant : l’acide hyaluronique est en effet un composant naturel du liquide synovial et s’il est injecté avec une certaine fréquence, il est en mesure de stimuler la réparation du cartilage. 
 
L’acide hyaluronique est produit synthétiquement, son utilisation ne comporte donc pas de risque d’infection ou de rejet. Il existe deux types d’acide hyaluronique, avec un poids moléculaire élevé ou faible, qui peuvent être utilisés à divers moments de l’évolution de l’arthrose. Pour renforcer la capacité de l’acide hyaluronique à « nourrir » le cartilage, des formules avec un principe actif ajouté, la chondroïtine (composant naturel du cartilage humain) ont été récemment réalisées. 
 
Une alternative de dernière génération, avec des caractéristiques similaires à celles de l’acide hyaluronique, est le gel de polynucleotides. Les infiltrations peuvent en effet reporter l’évolution de la maladie dégénérative durant un temps indéterminé, retardant ainsi la nécessité de recourir à des interventions chirurgicales lourdes (arthroplastie).