Rhumatisme psoriasique

Le psoriasis est une maladie de la peau qui se manifeste par des plaques rouges et épaisses. Dans certains cas, il peut s’accompagner de symptômes articulaires : on parle alors de rhumatisme psoriasique.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le rhumatisme psoriasique est un rhumatisme inflammatoire chronique, appartenant au groupe des spondylarthropathies. Il touche de 0.1 à 1% de la population, avec une répartition identique pour les hommes et les femmes et survient en général entre 30 et 50 ans. Il peut toucher les articulations périphériques (dans 70% des cas) mais également la colonne vertébrale (forme axiale) ou les enthèses (insertion des tendons).
Les hommes souffrent plus fréquemment des articulations axiales tandis que les articulations des membres sont plus souvent touchées chez les femmes.

Dans 64 à 87% des cas, le rhumatisme psoriasique est précédé d'une atteinte cutanée. L'inverse n'est observé que dans 6 à 18% des cas. Dans 8 à 30% des cas, les deux atteintes sont simultanées.

Le rhumatisme psoriasique se manifeste par des douleurs articulaires survenant la nuit et le matin, et non calmées au repos. Les patients ressentent également des raideurs matinales et la maladie évolue par poussées, de manière très lente.
Le rhumatisme psoriasique peut devenir très handicapant dans 10 à 20% des cas. On constate alors des lésions de la structure articulaire.

La suspection de diagnostic découle généralement de la description des douleurs par le patient, de la présence d’un psoriasis cutané ainsi que d’un examen clinique de la peau et des articulations par le médecin.

Les signes inflammatoires sont décelés par une prise de sang (vitesse de sédimentation et Protéine C réactive augmentées). La recherche de l’antigène HLA B27 est un critère important dans les formes axiales.
Enfin, un examen radiologique peut révéler des signes évocateurs du rhumatisme psoriasique (différenciant de la spondylarthrite).

C’est l’association de ces différents examens par un rhumatologue qui permettra d’établir un diagnostic fiable et certain.

En savoir plus sur le rhumatisme psoriasique

Il existe plusieurs types de traitement pour le rhumatisme psoriasique : pour traiter la douleur liée à l’inflammation, pour lutter contre l’enraidissement, mais également pour limiter l’évolution de la maladie avec des traitements de fond.

En première intention, les antalgiques, les corticoïdes et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) permettent de lutter contre la douleur, les raideurs matinales et la mobilité des articulations. Ils peuvent être complétés par des infiltrations ou des interventions chirurgicales lorsque certaines articulations restent douloureuses.

Si ces premiers traitements sont insuffisants, les Anti TNF Alfa peuvent être utilisés en seconde intention. L’arrivée des biothérapies a permis d’améliorer l'évolution des atteintes articulaires et la qualité de vie des patients atteints de formes sévères de rhumatisme psoriasique. Ces traitements sont prescrits en hôpital et leur coût est élevé. Enfin, les traitements non-médicamenteux tels que la rééducation fonctionnelle ou la kinésithérapie ont une place importante.

Dans la plupart des cas, la prise en charge de cette maladie fait intervenir plusieurs spécialistes dont notamment les rhumatologues, médecins généralistes, dermatologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes et médecins rééducateurs fonctionnels.

Article rédigé par Antoine SCHUSTER, Pharmacien chez Carenity

Sources : Associations Pour le Lutte Contre le Psoriasis (APLCP)

Dernière mise à jour : 21/01/2019

avatar Antoine Schuster

Auteur : Antoine Schuster, Pharmacien

Pharmacien diplômé de la Faculté de pharmacie d’Auvergne avec un master spécialisé en Marketing & Management de l’ESSEC, Antoine Schuster a travaillé chez Carenity en tant que Community Manager pendant plus d’un an... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Psoriasis