Polyarthrite rhumatoïde et fatigue

La fatigue est quelque chose de subjectif et personnel. C'est un sentiment de lassitude physique et mentale qui peut être sévère et accablant pour certaines personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Il y a une différence entre la fatigue aigüe (à court terme) et la fatigue chronique (à long terme).

La plupart des gens se sentent fatigués après une longue journée au travail, mais récupèrent après une bonne nuit de sommeil. Les personnes atteintes d'une maladie comme la polyarthrite rhumatoïde doivent gérer la fatigue quotidiennement et ce indépendamment de leurs activités. En effet, la fatigue est l'un des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, les autres étant notamment la douleur, la raideur et la perte de mobilité articulaire.

Il y a plusieurs causes qui peuvent contribuer à la sensation de fatigue.

Sans aucun doute, le processus de la maladie (inflammation chronique des articulations et d'autres tissus) en est la cause principale. Il est possible qu’il y ait une relation entre la fatigue et l'activité de la maladie. L’activité de la maladie étant mesurée par le nombre d'articulations enflées et douloureuses et par le niveau des marqueurs sanguins tels que la vitesse de sédimentation ou la protéine C réactive. Les cytokines, molécules envoyées par les cellules immunitaires sont les principales responsables de l’activité de la maladie et par voie de conséquence, de la fatigue ressentie.

Un certain nombre d'autres facteurs participent au développement de la fatigue :

- Les douleurs épuisent les malades et les plongent dans un état de fatigue intense. La douleur peut ainsi réveiller les malades la nuit et perturber leur sommeil.
- Certains médicaments utilisés pour soigner l'arthrite peuvent aussi aggraver la fatigue. Les antidouleurs peuvent, eux, provoquer de la somnolence et interférer avec la concentration. Les médicaments anti-inflammatoires peuvent également perturber la capacité de concentration.
- La perte de masse et de tonus musculaire, provoquée à la fois en raison de l'inactivité de certains patients (car perte de mobilité, difficultés à se déplacer) et en raison de l'inflammation, se traduit pour le patient par la nécessité de fournir des efforts supplémentaires pour certaines activités.

Ce qui semblait facile avant le déclenchement de la polyarthrite rhumatoïde semble alors difficile. C'est ce qu'on appelle la réduction de la capacité fonctionnelle:

- L'anémie est également une cause fréquente de fatigue. Les gens atteints de polyarthrite rhumatoïde sont plus sensibles à l'anémie, qui est une condition où la concentration en hémoglobine des globules rouge est réduite, et le sang est donc incapable de transporter suffisamment d'oxygène.
- La fatigue est également plus importante dans les premiers stades de la maladie, et est associée à des niveaux plus élevés d'inflammation. Quand l'inflammation est contrôlée, et que les patients s'adaptent mieux à leur maladie, la fatigue devient moins importante.
- Enfin, la chronicité de la polyarthrite rhumatoïde peut favoriser la dépression. Or deux des symptômes principaux de la dépression sont la fatigue physique et la fatigue mentale.

Il n'existe pas de critère objectif permettant de comparer directement la fatigue d'une personne à l'autre. Il existe un certain nombre de questionnaires qui donnent aux malades la possibilité d'exprimer l’intensité de leurs symptômes et leur variété. Les questionnaires sont utiles pour mesurer l'ampleur de la fatigue chez une personne en particulier et fournissent une trace permettant de mesurer l'effet du traitement.

Traiter la fatigue liée à la PR

Comme on peut s'y attendre, le contrôle de l'activité de la maladie se traduira par une amélioration de la douleur, de la raideur et de la fatigue et donc par une augmentation du bien-être général.

Le traitement médicamenteux comprend des analgésiques, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM).
Les antidouleurs comme le paracétamol et les AINS aident sans aucun doute à contrôler les symptômes. Les ARMM comme le méthotrexate ont un effet plus profond sur le processus de la maladie et ont le potentiel de réduire la plupart des substances chimiques libérées par l'inflammation.

Les biothérapies sont aussi disponibles depuis une dizaine d’années et elles apportent une réponse plus adaptée. Ces médicaments sont des anticorps spécifiques conçus et fabriqués pour inhiber le processus immunitaire à l’origine de l’inflammation. Les biothérapies font ainsi partie de la classe des immunosuppresseurs car elles bloquent le facteur TNF-α. Mais 30% des patients ne sont pas réactifs à ce traitement.

Les corticostéroïdes (stéroïdes ou cortisone) donnés à fortes doses ont également un effet semblable aux médicaments anti-TNF. Mais il y a une limite à la quantité de stéroïdes qu’un patient peut prendre en raison des complications possibles. C’est pourquoi les corticostéroïdes sont le plus souvent prescrits lors de poussées inflammatoires et donc à court terme.

Les personnes déprimées, même si c’est en réaction à leur maladie, peuvent profiter de la prise de médicaments anti-dépresseurs.

D'autres traitements non médicamenteux existent pour palier à la fatigue.

Un régime alimentaire bien équilibré fournira toutes les vitamines dont le patient a besoin et l’aidera à contrôler son poids. Si les apports fournis par l’alimentation sont insuffisants, le médecin peut recommander la prise de compléments alimentaires et de vitamines (vitamine D, acide folique, calcium).

S’accorder suffisamment de repos mais aussi faire de l’exercice pour stimuler et renforcer ses muscles est également primordial.

Si certaines articulations provoquent une gêne importante, le port d’attelles (habituellement faite par un ergothérapeute) peut prévenir ou du moins atténuer la douleur et donc restreindre les perturbations du sommeil. Veiller à avoir des conditions optimales pour dormir est aussi nécessaire.

Sources : Inserm

Dernière mise à jour : 10/02/2017

avatar Équipe éditoriale de Carenity

Auteur : Équipe éditoriale de Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Polyarthrite rhumatoïde