«
»

Top

Maladies intestinales et coronavirus

5 mai 2020 • 3 commentaires

Plus de 150 000 patients sont atteints de Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) en France. Et ce chiffre est en constante augmentation ! Ces maladies regroupent notamment la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH). Les patients sont, le plus souvent, diagnostiqués entre les âges de 20 et 30 ans. S’il n’existe pas de traitement curatif à l’heure actuelle, plusieurs traitements symptomatiques efficaces sont disponibles. Certains d’entre eux entraînent cependant une immunodépression, ce qui inquiète les patients en cette période d’épidémie de coronavirus !

Quel est le risque de complications graves ? Faut-il arrêter provisoirement les traitements immunosuppresseurs ? Quelles précautions prendre ? On répond à vos questions !

Maladies intestinales et coronavirus

Ma maladie intestinale m’expose-t-elle à un risque plus important de complications au Covid-19 ?

Selon le Dr William Berrebi, gastro-entérologue, le risque de complications au Covid-19 n’est pas induit par la maladie en soi, qu’il s’agisse de Crohn ou de la RCH, mais plutôt par les traitements pris pour atténuer la maladie.

Si vous prenez de la mésalazine (Fivasa, Pentasa) et que votre maladie est stable et contrôlée, il n’y a priori pas de risque particulier de complications.

Si vous êtes sous corticothérapie avec un dosage supérieur à 20 mg (Cortancyl, Solupred), sous immunosuppresseur (Imurel, Metoject) ou sous biothérapie (Remicade, Humira) alors, il existe un risque important de complications en cas d’infection au Covid-19 puisque ces traitements affaiblissent vos défenses immunitaires. Vous êtes donc plus fragile face à une infection. Il est ainsi extrêmement important de respecter rigoureusement les gestes barrières ainsi que le confinement en cas de prise de traitements immunosuppresseurs.

Dois-je arrêter mon traitement immunosuppresseur pour éviter une forme grave du Covid-19 ?

Il ne faut en aucun cas arrêter ou modifier son traitement chronique, qu’il soit immunosuppresseur ou non, sans l’avis de son médecin traitant. Cela entraînerait un risque de décompensation de votre maladie chronique intestinale et de survenue de complications propres à la maladie. Et cela ne vous protégera pas davantage face au coronavirus.

Chez certains patients testés Covid-19 positifs, il est possible d’arrêter temporairement la corticothérapie / immunosuppresseur / biothérapie pour diminuer le risque de complications graves, mais uniquement sur avis médical. Les décisions doivent être prises au cas par cas avec le médecin.

Sans symptôme du Covid-19, continuez votre traitement chronique de manière habituelle et votre suivi médical (rendez-vous médicaux et analyses biologiques) pour maintenir votre maladie chronique stable.

En cas de symptômes évocateurs du Covid-19 (toux, fièvre, essoufflement, courbatures…) contactez votre médecin généraliste et/ou votre spécialiste qui vous indiqueront la procédure à suivre. S’il s’agit d’une urgence vitale, comme une détresse respiratoire sévère, appelez directement le 15.

Je prends un traitement préventif par mésalazine en suppositoires, est-ce risqué dans le contexte actuel ?

Un traitement préventif ou même curatif par mésalazine ne présente pas de risque particulier face au Covid-19. Continuez à prendre votre traitement de manière habituelle.

J’ai subi une stomie définitive, suis-je plus à risque de complications ?

La stomie en elle-même ne représente pas un facteur de risque de complications au Covid-19, surtout si elle a eu lieu il y a un certain temps et que vous vous portez bien. Mais encore une fois, les corticoïdes, immunosuppresseurs ou biothérapies peuvent, eux, augmenter ce risque.

Pour toute question quant à votre prise en charge n’hésitez pas à joindre votre médecin par téléphone ou en téléconsultation.

Comment distinguer les signes digestifs du Covid-19 d’une réactivation de ma maladie intestinale ?

Le SARS-coV-2 peut provoquer des troubles digestifs tels que des diarrhées, vomissements et douleurs abdominales, qui peuvent être confondus avec les symptômes d’une maladie de Crohn ou d’une RCH. Si ces symptômes digestifs sont isolés, cela ne veut pas dire qu’il ne s’agit pas du coronavirus. Le Dr Berrebi souligne qu’un patient sur six atteint du coronavirus et admis à l’hôpital, présente des symptômes digestifs isolés plusieurs jours avant la survenue d’autres symptômes tels que la fièvre et les difficultés respiratoires.

En cas de symptômes digestifs isolés, n’hésitez pas à prendre votre température régulièrement et à contacter votre médecin traitant qui examinera votre état général.

Qu’est-ce qui explique les symptômes digestifs du Covid-19 ?

Les symptômes digestifs observés dans le Covid-19 peuvent s’expliquer par différents mécanismes :

  • une toxicité directe du SARS-coV-2 (coronavirus) sur le tube digestif car il y a, à ce niveau, les mêmes récepteurs qu’au niveau des poumons
  • une réaction auto-immune avec libération de cytokines (molécules pro-inflammatoires) dans le tube digestif, due à l’infection
  • un déséquilibre du microbiote intestinal induit par l’infection également

Comment envisager la reprise du travail lors du déconfinement ?

Il est préférable de demander l’avis de son médecin traitant quant à la reprise du travail, notamment si vous êtes sous traitement immunosuppresseur ou biothérapie. Si le risque est trop grand, votre médecin peut instaurer ou allonger votre arrêt maladie.

Si vous envisagez de retourner travailler, il est absolument indispensable de respecter la distanciation sociale (minimum 1 mètre de distance avec les autres), porter un masque FFP2, et vous nettoyer les mains très régulièrement avec du gel hydroalcoolique.

Je ressens beaucoup de stress, cela peut-il aggraver la maladie de Crohn / RCH ?

Le stress peut jouer un rôle sur l’évolution de votre maladie de Crohn ou de votre RCH.

Il est important de vous détendre en pratiquant au quotidien une ou plusieurs activités que vous appréciez. Continuez à pratiquer une activité physique quotidienne, même modérée, cela peut contribuer à réduire le stress. Vous pouvez également essayer des techniques de relaxation telles que la méditation ou le yoga qui peuvent vous aider à réguler votre respiration et à améliorer votre résistance au stress.

L’afa Crohn RCH France propose des vidéos sur son site pour vous aider à rester zen et actif pendant le confinement ! Vous trouverez des séances de sophrologie, d’activité physique, d’hypnose ou encore des recettes de cuisine.

Comment trouver du soutien sur Carenity ?

Carenity compte aujourd’hui des milliers de patients et proches de patients concernés par les maladies intestinales. Sur la plateforme, vous pouvez trouver le soutien des autres membres de la communauté. Il est important de s’entraider en particulier dans ce contexte difficile de pandémie du Covid-19. Rejoignez dès maintenant les discussions du moment !

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres conseils à partager à la communauté ? 

Bon courage à tous, prenez soin de vous !

avatar Camille Dauvergne

Auteur : Camille Dauvergne, Junior Community Manager France

Etudiante en 4ème année de pharmacie, Camille participe à la rédaction d’articles du Magazine Santé et à la mise à jour des fiches maladies et médicaments... >> En savoir plus

Commentaires

Vivichronique
le 08/05/2020

merci beaucoup pour cette article 

Linacuneo
le 08/05/2020

MERCI OUI JE SUIS INQUIETE VU SOIGNEE PAR REMICADE POUR LA MALADIE DE CROHN DE PLUS CONFINEE AVEC MON AMI DE 78 ET DEMI PAS DU TOUT FACILE A VIVRE LA FEMME EST LA BONNE ON NE DIT JAMAIS S IL TE PLAIT  C EST FAIS CI FAIS CA DONNES MOI CI DONNES MOI CA ET SI ON SE REBELLE TOUTES LES (JOLIES )CHOSES QUI PEUVENT PLEUVOIR DES COUPS NON CAR UNE FOIS IL L AVAIT FAIT M AVAIS JETEE AU SOL JE L AI MORDU TRES FORT AU GENOU IL EN A ENCORE LA MARQUE MAIS DEPUIS JAMAIS PLUS DE COUPS MAIS LES MOTS MECHANTS CELA DETRUIT AUSSI MAIS JE SUIS FORTE ET J ATTEND LE DECONFINEMENT ET QUE JE PUISSE RENTRER CHEZ MOI POUR QU IL SE DEBROUILLE TOUT SEUL POUR TOUT CAR MEME PAS SA SOEUR LUI FERA LES COURSES ELLE A 69 ANS MOI PRESQUE 68  ELLE A PEUR DE TOUT ET FAIT FAIRE SES COUSES PAR QUELQU UN ET ELLE N A AUCUNE MALADIE ET  DE PLUS LUI PAS TROP PROCHE SEULEMENT QUAND IL A BESOIN   JE LUI FAIS LES COURSES  LA PHARMACIE LE PAIN C EST MA FILLE QUI ME L AMENE  APRES SON TRAVAIL AVEC DES PERSONNES AGEES JE LA RECOMPENSE POUR CELA EN PETITS PLATS  OU COURSES QUAND JE PREND LES BOUTEILLES D EUX ET QU ELLE ME RAMENE DU MAGASIN OU D UN PETIT BILLET QU ELLE NE VEUT PAS MAIS QUE JE TROUVE NORMALVOILA MA VIE DE CONFINEE MALADE EN FORME A PEU PRES JE BOUGE BEAUCOUP IL Y A UNE COUR UN ESCLIER ENORME POUR MONTER ET DESCENDRE CE QUI FAIT DU BIEN PAS POUR LES GENOUX MAIS POUR LA SANTE DE PLUS J AI ADOPTE UNE PETITE MINOUCHE QUI MAINTENANT A UN PEU PLUS D UN AN ABANDONNEE TROUVEE DANS LA CAVE OU ELLE SQUATTAIT ELLE ADORE SE BALADER EN BAS JE LUI METS SON HARNAIS ET AVEC ELLE JE MARCHE VITE D UN BOUT A L AUTRE DE LA COUR AVEC UNE BAGUETTE FLEXIBLE AGREMENTEE DE CORDELETTE AU BOUT JE MARCHE RAPIDEMENT A FAIRE JUSQU A2000 PAS J AI UN PODOMETRE AU COU C EST BON N EST CE PAS DE PLUS JE PREND  L AIR CAR IL Y A DEUX ARBRES ET DES PLANTESPAS TOXIQUES POUR MA FIFILLE DE TOUTES FACONS JE LUI AI PLANTE DU BLE ELLE A DEUX TOUFFES EN BAS ET TROIS DANS LA MAISON A DIFFERENTS ENDROITS OU ELLE AIME ETRE C EST MON( OBLIGATION ) DE ME LEVER  ET DE BOUGER AVEC LES OISEAUX A QUI JE DONNE QUELQUES GRAINS ET DU PAIN VIVEMENT  QUE L ON SORTE DU CONFINEMENT MERCI DE VOTRE CONTENU JE VOUS LIS QUE DE TEMPS EN TEMPS CAR JE NE VEUX PAS M APESNTIR SUR MA MALADIE QUI ME FATIGUE MORALEMENT ET PHYSIQUEMENT 

SAW1967
le 11/05/2020

Elle est belle la jeune femme de l'image, vous les trouvez ou vos modèles? On a pas ça ici

Blagues a part , c'est toujours aussi bien expliqué , félicitation @Camille Dauvergne

Vous aimerez aussi

L’angoisse du déconfinement

L’angoisse du déconfinement

Lire l'article
Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Lire l'article
En savoir plus sur le Méthotrexate

En savoir plus sur le Méthotrexate

Lire l'article
Coronavirus et VIH

SIDA-VIH

Coronavirus et VIH

Lire l'article