«
»

Top

BPCO : "Avec le temps, j'ai acquis la conviction que je devais vivre avec la maladie."

Publié le 20 avr. 2022 • Par Baptiste Eudes

Antonio17, membre de la communauté Carenity en Italie, souffre de BPCO. Il nous raconte son histoire avec la maladie, de son diagnostic au traitement qu'il reçoit. 

Découvrez vite son histoire !

BPCO :

Bonjour Antonio17, vous avez accepté de témoigner pour Carenity et nous vous en remercions.

Tout d'abord, pourriez-vous vous présenter ?

Je m'appelle Antonio, j'ai 68 ans et après 45 ans de travail, j'ai atteint l'âge limite pour une retraite bien méritée. Jusqu'à l'âge de 35 ans, j'étais un homme très actif, je faisais toutes sortes de sports, j'allais à la salle de gym, je jouais au football à cinq, je faisais de longues promenades et j'ai aussi suivi des cours de natation. 

Quand les premiers symptômes de la BPCO sont-ils apparus ?

Les années ont passé et j'ai atteint l'âge de 40 ans, mais quelque chose a changé dans mon corps. Tout a commencé par des symptômes inconfortables dans ma poitrine. J'avais l'impression que quelque chose pesait sur moi. C'est alors que mon calvaire a commencé. J'ai commencé à tousser de plus en plus et parfois même à être essoufflée, je ne pouvais plus courir autant qu'avant et j'ai commencé à ressentir de fortes douleurs dans le dos comme si quelqu'un me plantait un couteau entre les côtes. 

C'était longtemps avant le diagnostic ?

Malheureusement, j'étais têtu et je ne voulais pas céder immédiatement. En accord avec mon médecin, j'ai commencé à prendre de la Ventoline au besoin, mais il m'a conseillé de consulter un spécialiste. Cela a duré un an, avec des hauts et des bas. 

Pouvez-vous nous parler de l'expérience du diagnostic ? 

J'ai continué comme ça pendant un an, avec des hauts et des bas, jusqu'au jour où, toujours grâce aux toux sèches plus fortes et plus fréquentes, j'ai senti que mon souffle me quittait vraiment et j'ai commencé à respirer comme un chien avec des respirations plus courtes et plus fréquentes. C'est alors que j'ai pris la décision de me rendre aux urgences, même si je savais que j'y passerais toute la journée avant qu'ils ne puissent m'examiner. Un médecin a ouvert la porte. En voyant mon visage et en me voyant respirer avec difficulté, il a immédiatement compris mon problème et a immédiatement appelé ses collègues qui m'ont allongé sur un divan et ont mesuré mon oxygénation et se sont rendu compte que j'étais en dessous de la limite de sécurité, j'étais entré en hyperventilation. Ils m'ont mis une aiguille dans l'aine reliée à un tube à oxygène et m'ont dit de rester calme et tranquille pendant quelques heures et ils m'ont rassuré en me disant que j'étais arrivé à temps avant de graves conséquences. J'ai été hospitalisé pendant 15 jours et on m'a fait passer toutes sortes de tests jusqu'au jour où le médecin-chef m'a dit que je souffrais d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Comment avez-vous réagi à cette annonce ?

Au début, j'étais inquiet, mais au fil du temps, j'ai acquis la conviction que je devais malheureusement vivre avec cette maladie, en réalisant que je ne pourrais plus faire ce que je faisais avant, et j'ai donc commencé à prendre mes médicaments et à m'appuyer sur mon pneumologue qui voulait me voir tous les mois pendant un an pour un contrôle. 

Quels sont vos traitements ?

J'ai continué avec des sprays et d'autres types de médicaments, mais parfois, juste quand j'étais en crise, avec une injection intramusculaire de 15 ml de suspension de cortisone. Avec le temps, j'ai décidé de me faire soigner à l'institut spécialisé de pneumologie Maugeri de Tradate, où j'ai commencé à prendre des sprays spéciaux, Spiriva Respimat et Symbicort, et un comprimé de 5 mg de Deltacortene, jusqu'au jour où le personnel médical m'a proposé un traitement spécial. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce traitement ? 

Ils m'ont dit que des études récentes avaient montré que l'état inflammatoire de mes poumons était dû à la progression des éosinophiles dans mon sang et qu'avec un traitement adapté, je pouvais améliorer ma maladie. J'ai dû suivre un traitement monoclonal sous le contrôle de l'anesthésiste et ils ont dû me faire une petite ponction sous la peau du bras, d'abord tous les mois, puis la prolonger dans le temps. J'ai donc accepté, sans savoir dans quoi je m'engageais, car je pouvais aussi avoir des rejets ou des symptômes indésirables. Heureusement, tout s'est bien passé. 

Comment vous sentez-vous aujourd'hui ?

C'est la huitième ponction que je fais, j'ai commencé en décembre 2020, mais j'ai remarqué que je n'ai plus ces symptômes de manque d'air et d'essoufflement, même lorsque je porte des poids lourds, contrairement à avant où je devais m'arrêter dans les escaliers. Je suis très content de mon état de santé. Bien sûr, je ne pourrai plus faire de grandes courses, mais je suis dans la protection civile et quand je dois faire des services très spéciaux comme chercher des personnes au milieu des bois, je suis toujours prêt à faire 20 km en une seule journée comme cela s'est passé il y a une semaine. 

Un dernier mot ?

J'espère que mon témoignage sera utile à tous ceux qui souffrent de BPCO.


Un grand merci à Antonio17 pour avoir partagé son histoire sur Carenity !

Ce témoignage vous a-t-il été utile ?  
 
Cliquez sur j'aime et partagez vos réflexions et vos questions avec la communauté dans les commentaires ci-dessous !   
 
Prenez soin de vous !   



28
avatar Baptiste Eudes

Auteur : Baptiste Eudes, Rédacteur Santé

Baptiste est spécialisé dans la gestion des communautés de patients en ligne. Il a une appétence particulière pour les domaines du sport-santé et du digital. Domaines dans lesquels il a désormais 7 ans d’expérience.... >> En savoir plus

6 commentaires


Hookette • Membre Ambassadeur
le 20/04/2022

Merci pour le témoignage - Une pensée à mes ami(e)s de Carenity France -


Jujujuju
le 21/04/2022

Merci pour ce témoignage

Je ne savais pas ce qu’était la BPCO


Nelka54
le 21/04/2022

Merci de votre témoignage. Cela nous est utile


murcia
le 21/04/2022

J'ai aussi une BPCO depuis 7 ans mais je ne prends aucun médicament à part des puf puf d'Innovair quand à court de souffle. J'ai appris aujourd'hui que prendre de la NAC (N-Acétyl-L-Cystéine 600 mg/jour) pouvait grandement améliorer l'état des poumons. Il se trouve que j'en prends depuis quelques mois mais pas tous les jours, mais je vais le faire à partir d'aujourd'hui. Ce NAC est précurseur du glutathion indispensable dans le cas de nombreuses maladies dont la BPCO.

Merci cogiito.com, Monsieur Philippe Jandrok, qui m'a appris énormément de choses sur la santé et notamment le covid.



murcia
le 21/04/2022

Oublié de dire que j'ai eu 85 ans le 2.3, que je n'ai jamais accepté les tests PCR, jamais accepté les injections EXPERIMENTALES et jamais porté la muselière et que je ne le ferai jamais. Je vis dans une séniorie de 150 personnes, je suis la seule. Beaucoup sont décédés après les 2ème injections (10 un mois après). Et je n'ai jamais eu le covid. Mais je prends de la vitamine D3-K2-MK7, du zinc et de la vit. C depuis deux ans.

Vous aimerez aussi

Discussions les plus commentées

Fiche maladie