Traitements locaux du psoriasis

Pour la plupart des personnes atteintes de psoriasis léger, la thérapie commence avec les applications locales (traitements topiques). Il s'agit de médicaments comme les crèmes, les lotions, les mousses, sprays et pommades qui sont appliqués sur la peau et le cuir chevelu.

Face à la diversité des solutions proposées, cela peut prendre un certain temps pour trouver le traitement qui fonctionne le mieux.

Les corticostéroïdes ou les stéroïdes sont les médicaments les plus couramment prescrits pour le psoriasis. Ils sont souvent utilisés pour traiter les cas légers à modérés de psoriasis. Ils agissent en réduisant l'inflammation et en ralentissant la croissance et l'accumulation de cellules de la peau.

Les corticostéroïdes topiques existent sous différentes formes et certains sont plus actifs et ont une action plus « agressive » que d’autres selon les parties du corps ciblées. Les stéroïdes plus puissants peuvent être nécessaires pour traiter les zones où le psoriasis est plus résistant comme c’est parfois le cas sur les coudes ou les genoux. Des formules plus « douces » sont adaptées pour les zones de peau plus sensibles comme le visage ou l'aine. Les conseils d'utilisations varient selon le médicament. En général, les traitements locaux nécessitent une application une ou deux fois par jour. Le médecin peut de plus recommander un traitement par occlusion. Cela signifie qu’après l'application de la crème à base de corticostéroïdes, le malade couvre la zone traitée avec un film plastique pour augmenter l'effet de pénétration.

Les corticostéroïdes peuvent causer des effets secondaires, tels que l'amincissement de la peau, des changements dans la couleur de la peau, des ecchymoses et la dilatation des vaisseaux sanguins. Le traitement par occlusion peut augmenter ces effets secondaires. Si les corticostéroïdes sont utilisés sur une partie trop importante de l'organisme, il est possible que le malade développe des problèmes plus graves pour la santé.

Bien que les corticostéroïdes peuvent très bien fonctionner dans un premier temps, le psoriasis peut y devenir résistant au fil du temps. Les corticostéroïdes topiques sont maintenant souvent utilisés en combinaison avec des analogues de la vitamine D tels que le calcipotriol (Daivonex®) ou les rétinoïdes topiques tels que tazarotène (Zorac ®). Dans certains cas, les corticostéroïdes peuvent être injectés au lieu d'être appliqués à la surface de la peau.

Analogues de la vitamine D
Le daivonex ® (calcipotriol) est une forme de vitamine D qui est vendu sous forme de crème, pommade, ou d'une solution. Il traite le psoriasis en ralentissant la croissance des cellules de la peau, et il est plus sûr que les stéroïdes pour une utilisation à long terme. Comme le Daivonex peut irriter la peau, il ne doit être utilisé qu’en petites quantités. Il faut veiller à ne pas l'appliquer sur la peau saine entourant les plaques psoriasiques. Le médecin recommande en général de l’appliquer à raison de deux fois par jour. Le daivonex peut être utilisé avec un corticostéroïde. Il faut aussi être prudent avec les médicaments que l’on utilise en parallèle du daivonex, pour éviter les contre-indications. Certains médicaments topiques, comme l'acide salicylique, peuvent empêcher le daivonex de fonctionner.

Zorac ® (tazarotène) et autres rétinoïdes
Ce sont des gels ou des crèmes dérivés de la vitamine A. Il existe des rétinoïdes à action plus ou moins « intense » pour traiter les différents types de psoriasis selon leur localisation, y compris le cuir chevelu et les ongles. Le Zorac est souvent combiné avec un traitement aux stéroïdes. Il est déconseillé pour les femmes enceintes ou pour celles qui souhaitent le devenir de suivre un traitement avec des rétinoïdes topiques.

L’anthraline ou dithranol est un médicament efficace contre le psoriasis qui a été utilisé pendant près d'un siècle. Il a été initialement dérivé de l'écorce de l'arbre araroba. L’anthraline fonctionne en affectant la croissance des cellules de la peau dans les plaques de psoriasis. Elle réduit également l'inflammation. Les avantages de l’anthraline sont que cela fonctionne bien, en particulier pour traiter les plaques psoriasiques coriaces, et ce produit ne provoque pas d'effets secondaires graves. Les inconvénients sont qu'il peut irriter la peau et tâcher vêtements, draps, et même la peau. En raison de ces inconvénients mais aussi du temps que ce traitement met pour prendre effet, il n’est que rarement utilisé en France.

Le goudron de houille est un traitement topique du psoriasis depuis le XIXe siècle. Il est vendu sous différentes formes, à la fois avec et sans ordonnance, avec une concentration allant de 0,5% à 5%. Les shampoings au goudron sont souvent utiles dans le traitement du psoriasis du cuir chevelu. Cependant, le goudron de houille a la réputation, justifiée, d'être salissant et malodorant. Il peut aussi tâcher les vêtements et irriter la peau. Toutefois, les produits de goudron de houille qui sont sur le marché aujourd'hui sont beaucoup plus faciles à utiliser que par le passé. Certaines études ont montré que les produits chimiques dans le goudron de houille sont cancéreux, mais cela n'est vrai qu’à des doses très élevées. Son utilisation reste sûre tant que le patient suit bien les instructions de votre médecin données par son médecin.

L'acide salicylique est utilisé pour enlever les squames qui apparaissent sur les plaques de psoriasis. Il est vendu sous forme de lotions, gels, savons et shampoings. L'acide salicylique est particulièrement utile en combinaison avec d'autres traitements topiques. En supprimant les squames (croûtes de peau morte), l'acide salicylique permet à ces autres médicaments de mieux pénétrer les lésions.

Hydratants et lotions en vente libre
Ils peuvent garder la peau humide et aider à contrôler les poussées dans les cas de psoriasis légers. En général, les lotions plus « graisseuses », qui gardent l'humidité dans la peau, sont plus efficaces et diminuent les démangeaisons dues au psoriasis.

Inhibiteurs de la calcineurine
Le tacrolimus et le pimécrolimus peuvent également être utilisés pour traiter le psoriasis. Ils sont généralement bien tolérés mais leur efficacité est plus limitée. Il semble également qu’ils comporteraient un facteur de risque pour le cancer de la peau et le lymphome.

Limites des traitements topiques du psoriasis

Le traitement du psoriasis avec des onguents et des crèmes est une science imprécise. Le patient peut constater que l'approche choisie fonctionne pendant un certain temps, puis cesse de fonctionner. Une autre crème qui n'a jamais fait effet auparavant peut soudainement commencer à marcher.

Comme beaucoup de ces traitements locaux peuvent irriter la peau et devenir moins efficaces au fil du temps, le médecin peut suggérer de passer en revue les différents types de crèmes. Les traitements topiques sont aussi fréquemment utilisés en combinaison les uns des autres et aussi en parallèle avec la photothérapie ou avec la prise de médicaments par voie orale.

L'utilisation des traitements locaux contre le psoriasis peut être compliquée. Par exemple, le goudron de houille ne sent souvent pas bon, la plupart des crèmes et des onguents peuvent être gras, et un certain nombre peut tâcher les vêtements ou la peau. Les traitements du cuir chevelu peuvent exiger de dormir dans un bonnet de douche. Il est donc très important de s’assurer de bien suivre les indications pour prendre les médicaments et être conscient de leurs effets secondaires potentiels avant de commencer à les utiliser.

Si le patient n’apprécie pas un traitement car il provoque des effets secondaires ou parce qu’il trouve son utilisation difficile – il doit avant toute chose en parler à son médecin et discuter d’un remplacement possible. De plus, si le malade n’utilise pas son médicament régulièrement, le psoriasis peut s'aggraver.