Vivre avec la maladie de Parkinson

La vie avec la maladie de Parkinson impose d’importants changements pour le patient et son entourage. Toutefois, un nouveau rythme et une adaptation à la maladie permettent de mieux l’appréhender.

Les neurologues s’accordent à dire que le respect du traitement prescrit est primordial. Du fait du caractère évolutif de la maladie de Parkinson, un ajustement de traitement sera établi avec le temps et le patient devra, en relation avec son neurologue, évaluer son état et ses capacités en conséquence. L’objectif de cette prise en charge est le maintien le plus longtemps possible du patient dans son environnement habituel.

Cette prise en charge passe par un suivi régulier avec son médecin traitant ou son spécialiste. Elle passe aussi par un dépistage des infections urinaires qui peuvent aggraver la maladie temporairement. Enfin, il faut prescrire des séances régulières de kinésithérapie pour assouplir les membres ainsi que des séances d’orthophonie pour entretenir l’articulation de la parole.

La maladie de Parkinson au quotidien

La maladie de Parkinson impose de grands changements d’habitudes dans le quotidien. Les tâches les plus simples peuvent devenir les plus pénibles. Ainsi, se nourrir, se déplacer, se coucher, se laver les dents, conduire, s’habiller peuvent demander des efforts tant sur le plan intellectuel que sur le plan physique. Les traitements ne sont pas sans influence sur la vigilance, alors pour effectuer certaines de ces actions, l’avis et les conseils du neurologue seront indispensables.

La prise de médicaments atténue les symptômes mais d’autres mesures liées au mode de vie ont aussi leur importance :
- le maintien d’une activité physique est très important. L’exercice physique augmente la mobilité, la coordination des mouvements et surtout l’équilibre.
- un régime particulier pauvre en protéines est parfois suggéré à certains patients pour limiter les interactions avec la lévodopa. Une alimentation limitant la constipation est aussi recommandée.
- un rythme de vie régulier est particulièrement recommandé aux patients. Le respect du sommeil, des repas, des temps de repos quotidiens et des activités atténueront l’évolution de la maladie. Cela facilitera de plus l’autoévaluation du patient de sa maladie.
- le respect des horaires de prises du traitement devient indispensable, dès les complications de motricité.

Pour la famille et l’entourage, la maladie va provoquer aussi des changements de leur mode de vie. Le patient parkinsonien va avoir peu à peu des difficultés pour se déplacer : il faut peut-être prévoir des aménagements particulier pour la maison et éventuellement des soins à domicile.