Activités quotidiennes et maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson peut affecter de nombreux aspects de la vie quotidienne du patient. Cependant, avec une planification minutieuse et une activité modérée, les effets de la maladie de Parkinson peuvent devenir beaucoup moins stressants et intrusifs.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

La maladie de Parkinson, qui affecte principalement les personnes âgées mais peut survenir à tout âge, est le résultat de la dégénérescence progressive des cellules nerveuses dans la partie du mésencéphale qui contrôle les mouvements du corps.

Les premiers signes de la maladie de Parkinson sont parfois à peine perceptibles : une sensation de faiblesse ou une raideur dans un membre, un léger tremblement de la main au repos. Puis, avec l’évolution de la maladie, les symptômes vont aller en s’accentuant : tremblements répétés et importants, détérioration de l'équilibre et de la coordination, dépression, troubles cognitifs... Face à de tels symptômes, il est important que le malade s’adapte pour que son quotidien en soit affecté le moins possible.

Face aux symptômes de la maladie de Parkinson, quelques adaptations générales sont donc nécessaires.
S’accorder des périodes de repos est la première mesure importante à établir.

En effet, il est possible de conserver son énergie en se consacrant aux activités essentielles et en repoussant parfois les tâches trop exigeantes lorsque l’on se sent fatigué. Économiser son énergie et prendre soin de soi est primordial pour que le patient se sente le mieux possible.

Plusieurs moyens sont possibles pour réduire la fatigue, fortement liée aux symptômes de la maladie, qui va en s’accentuant au fil de l’évolution de la maladie :
- Simplifier les tâches à réaliser et se fixer des objectifs réalistes.
- Planifier ses activités (tâches ménagères, exercice et loisirs) à l'avance. Il est préférable de les espacer tout au long de la journée et de pas planifier trop de choses à faire en une seule journée.
- Si nécessaire, se reposer avant et après les activités.
- Ne pas planifier des activités juste après un repas. Il vaut mieux se reposer 20 à 30 minutes après chaque repas.
- De même, il ne faut pas hésiter à demander de l'aide à son entourage pour répartir les tâches.
- Éviter les activités physiques intenses, notamment quand cela requiert de tirer, pousser ou soulever des poids lourds (effort de traction, tension des muscles).

Les activités de tous les jours et Parkinson

Une activité aussi intuitive que le fait de s’habiller peut revêtir un caractère très complexe et se révéler être un vrai casse-tête quand on a la maladie de Parkinson.

Pour y remédier, des adaptations simples sont possibles :
- S'habiller tout en restant assis dans un fauteuil qui a des accoudoirs - cela aide à garder son équilibre.
- Porter des vêtements qui sont lâches et ont des ceintures élastiques.
- Porter des vêtements avec de grands boutons plats ou des boutons pressions (plus faciles), des fermetures éclair, ou des fermetures Velcro.
- Porter des chaussures sans lacets ou avec des lacets élastiques pour pouvoir se glisser dans les chaussures sans avoir besoin de délier les lacets.
- Utiliser des outils d’aide à l’habillement comme par exemple un chausse-pied à long manche.

Pour ce qui est de la toilette, des risques accrus de chute et d’accidents peuvent émerger avec l’augmentation des tremblements et la perte de la coordination et de l’équilibre.
C’est pourquoi l’utilisation d’une chaise de douche, d’un tuyau à main pour la douche et le bain, d’un tapis antidérapant pour la sortie du bain (ou de la douche) peuvent faciliter la toilette.
L’accès doit ainsi plus simple pour que le patient n’éprouve pas de difficultés à aller se laver.

Sources : INSERM