Traitement du glaucome

Différents traitements sont possibles pour les patients atteints d'un glaucome. Ainsi, on retrouve des médicaments qui visent à réduire la pression oculaire et prévenir les lésions, mais également le traitement chirurgicaux ou au laser. Le plus important est avant tout de traiter la maladie de façon précoce pour minimiser ou prévenir la perte de vue.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le traitement médical constitue la première et principale approche thérapeutique à disposition pour le traitement du glaucome, autant dans ses formes à pression élevée que dans celles à pression basse. Les différents médicaments à disposition, utilisés seuls ou en combinaison dans les cas les plus complexes et moins contrôlables, agissent de deux manières principales :

- Ils réduisent la production d’humeur aqueuse :
Les Antagonistes adrénergiques
Les Agonistes adrénergiques
Les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique locaux et systémiques


- Ils favorisent l’évacuation de l’humeur aqueuse :
Les prostaglandines et prostamides
Les agonistes cholinergiques


L’objectif du traitement médical est d’abaisser la pression intraoculaire à un taux qui n’endommage pas le nerf optique. Il faut alors, dans chaque œil glaucomateux, déterminer la pression limite pour laquelle s’arrête la perte de fibres nerveuses. Cet objectif doit être atteint avec la plus petite quantité de médicaments possibles, afin de réduire l’impact des effets secondaires chez le patient.

Chirurgies du Glaucome et autres traitements possibles

Parmis les traitements chirurgicaux du glaucome, on retrouve :

- La trabeculectomie qui est l’intervention chirurgicale antiglaucomateuse la plus fréquente, mais aussi la plus efficace pour abaisser la pression intraoculaire. Cette technique consiste à créer une nouvelle voie d’évacuation de l’humeur aqueuse, afin que celle-ci puisse évacuer plus facilement l’intérieur de l’œil et se diriger vers les espaces sous-conjonctivaux.
Dans quelques cas, surtout chez les patients jeunes et dans des cas de glaucomes particuliers, la trabeculectomie peut échouer car l’œil réagit avec une cicatrisation excessive à l’intervention chirurgicale, en fermant alors les nouvelles voies d’évacuation crées : pour éviter ce genre de complications, on utilise avant et après l’opération des médicaments qui bloquent les processus de cicatrisation excessifs (les antimétabolites).

- La sclérectomie profonde et la viscocanalostomie
Ces deux interventions chirurgicales sont des formes de chirurgie antiglaucomateuses qui ne sont pas pénétrantes, c’est-à-dire, à la différence de la trabeculectomie, qu'il ne se créé pas d’ouverture directe du globe oculaire vers l’extérieur. Ces techniques sont indiquées dans la forme de glaucome en phase initiale et garantissent un résultat final moins efficace par rapport à la trabeculectomie.

- Les implants de drainage qui sont des dispositifs constitués d'une sonde de drainage et d’un plateau qui sont employés lorsque les yeux ne peuvent pas être soumis à une chirurgie fistulante (trabeculectomie) ou dans les cas où l’on peut raisonnablement prévoir que la chirurgie classique pourrait échouer (glaucome néovasculaire, etc). Le fonctionnement est simple : la sonde est insérée à l’intérieur de l’œil et draine l’humeur aqueuse vers le plateau de filtration de manière calibrée, abaissant ainsi la pression intraoculaire.

Enfin, les traitements au laser du glaucome existent également :

- L'iridotomie au laser consiste à créer une voie de communication artificielle à travers l’iris, entre les deux cavités présentes dans la partie antérieure de l’œil : de cette manière, l’humeur aqueuse peut tourner artificiellement et être évacuée en cas de blocage pupillaire. La technique est simple et consiste à effectuer des trous dans la partie périphérique de l’iris au moyen d’impulsions de laser mécanique (YAG).

- La trabeculoplastie au laser constitue une stratégie thérapeutique viable supplémentaire, qui peut être utilisée dans les cas où le seul traitement médical ne suffit pas à abaisser la pression intraoculaire. Ce traitement au laser correspond au dernier recours possible avant de devoir effectuer une chirurgie. Ce type de laser peut ainsi soigner les formes de glaucomes primaires, secondaires pigmentaires et pseudoexfoliatif.

- La Cyclophotocoagulation au laser onsiste à « brûler » et inactiver de manière définitive les corps ciliaires, c’est-à-dire les structures qui produisent l’humeur aqueuse. Ce résultat est obtenu au moyen d’impulsions laser de l’extérieur ou de l’intérieur de l’œil, à proximité du limbe schlero-cornéen, où se situent à l’intérieur les corps ciliaires mêmes.

Ainsi, cette technique permet l’arrêt de la production d’humeur aqueuse et la diminution de la pression intraoculaire. Cette technique est préconisée pour tous les glaucomes qui n’ont répondu à aucune des autres thérapies standard à disposition, mais aussi aux cas de glaucomes terminaux qui causent de graves douleurs (glaucome néovasculaire). Les effets secondaires sont caractérisés par une inflammation et une diminution de la vision qui suivent le traitement. C’est pour cette raison que cette technique n’est pas préconisée pour les patients qui possèdent encore une acuité visuelle utile.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 191 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme