Conduire avec un glaucome

Avoir un glaucome peut réduire le champs visuels, ce qui entraîne un risque très élévée d’être victime d’un accident de la route. C'est la raison pour laquelle il faut faire des contrôles réguliers avec l'ophtalmologue.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Glaucome et conduite peuvent ne pas faire bon ménage.
En 2012, une équipe universitaire (Université Thoku de Sendai) a publié les résultats d’une étude menée à partir de deux groupes. Le premier était composé de conducteurs n’ayant pas de problèmes particuliers de vue. Le second groupe était constitué de patients touchés par un glaucome à un stade avancé. Après divers tests menés sur un simulateur de conduite, le groupe des conducteurs souffrants d’un glaucome à un stade avancé a été celui qui a été victime d’un plus grand nombre de collisions.

Les chances d’être victime d’un accident de la route sont donc plus importantes lorsque l’on souffre d’un glaucome très évolué.

Le glaucome gêne généralement la vision périphérique des patients. La vision centrale, elle, est longtemps conservée. Une personne atteinte d’un glaucome peut donc avoir une acuité visuelle de 10/10° jusqu’à un stade avancé de la maladie.
Cependant, un patient concerné par cette pathologie peut perdre une partie de sa vision périphérique. Ainsi, la lecture de panneaux situés devant lui ne lui posera pas de problème. Par contre, il peut avoir de réelles difficultés à percevoir des véhicules ou des piétons situés sur les côtés.

En ce qui concerne la vision des couleurs, élément primordial pour la conduite automobile, cette dernière est très généralement épargnée sauf dans certains cas de glaucome.

En d’autres termes, la grande majorité des patients peut toujours conduire même avec un glaucome. Cependant, il y a un pré-requis : la maladie doit être diagnostiquée et correctement traitée.

Glaucome et handicaps visuels pour la conduite

Cette pathologie ne provoquant pas de symptômes, le patient souffrant d’un handicap visuel important (maladresses, difficultés à s’orienter, difficultés à manœuvrer un véhicule…) est généralement atteint d’un glaucome à un stade avancé.
C’est pourquoi, si un patient souffre de problèmes de vision centrale et/ou périphérique, il lui est vivement recommandé d’en parler à son ophtalmologiste. Ce dernier pourra éventuellement lui faire passer des examens visant à vérifier son aptitude à conduire.

De la même manière, le patient doit rapidement, et de sa propre initiative, se soumettre à un contrôle médical exercé par un médecin de ville qui transmettra un avis aux services préfectoraux. Le préfet s’appuiera sur cet avis pour prendre une décision quant à l’aptitude du patient à conduire un véhicule.

Point important : durant une consultation ophtalmologique, le médecin peut appliquer un collyre visant à dilater la pupille. Les effets de ce collyre rendent impossible la conduite d’un véhicule pendant plusieurs heures.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel