/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

Pour ceux et celles qui sont suivi(e)s par une psychologue, avez-vous le sentiment que la thérapie vous aide au quotidien ? Voyez-vous de l'amélioration ? Ou pas vraiment ?

J'ai la chance d'avoir enfin pu trouver une personne avec qui je me sente à l'aise et qui a une écoute active et "s'implique" dans ce que je lui dis. Mais je pense que le travail à faire sera long et fastidieux en ce qui me concerne :-(

j'aimerai avoir vos témoignages et avis svp....

A+

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

Bonsoir à toutes à et tous.
Si je décide d'écrire ce post, c'est parce que enfin je suis sur de l'affirmation que je porte aux troubles de celle qui partage ma vie.
Voilà 4 ans que je suis en (couple) avec une femme, une femme que j'ai connu qui ne cherchait qu'à passer des moments intimes sans attache, sans sentiments, bref que du sexe...
Les jours, les semaines et les mois on fait leur chemin et au bout de huit mois elle m'a annoncé qu'elle m'aime.
Avec le recul je suis sur qu'elle était sincère.
Cet amour si ... passionnant, fusionnel, indescriptible était comme une bouffée d'oxygène que nous respirions pleins poumons, voir trop... deux ans ainsi, deux ans avec une femme au cœur d'ange, mi femme mi enfant, une femme sur tous les fronts, toujours souriante, agréable, une maman exemplaire pour ses enfants, une femme qui a su me donner la force et la confiance de récupérer la garde de ma fille que j'élève seul aujourd'hui pour notre plus grand bonheur (à ma fille et moi).
Cependant durant deux ans notre relation devait rester cachée car elle disait souvent (c'est pour se protéger des autres, j'ai pas envie d'entendre des trucs sur toi) etc...
Elle disait aussi qu'elle me ferai un jour souffrir, que j'allais devenir fou, qu'il faudra pas lui en vouloir, qu'un jour je l'abandonnerai comme tous les gens qui l'ont aimé que je devais me protéger... la liste serai tellement longue...
Au bout de deux ans j'ai décidé de la mettre gentiment au pied du mur et de plus avoir envie de se cacher, chose qu'elle a accepter et là........ l'enfer... mi ange, mi démon voir même souvent démon.
Environ 6 ou 7 séparations où elle affirmait que c'était totalement fini etc...
J'ai pensé qu'elle était bi polaire, névrosé, parano, etc mais ça concordait pas car très intelligente, pas dépensière, et surtout elle sait ce qu'elle est.
Il y a 1 moi environ elle m'a dit " plus jeune j'étais borderline" encore un ultime petit mot comme tant d'autres qu'elle m'a laissé glisser....et comme à chaque petite phrase qu'elle laissait échapper sur sa personne je n'ai su trouver les mots pour répondre de peur de voir ce tyran qui sommeille se réveiller.
Nombreuses fois nous avons parlé par SMS et nous savons tous les deux (qu'on sait le soucis, qu'on sait pourquoi on en est là, qu'on sait qu'un avenir sera impossible) mais n'osons pas le dire... pourquoi? Pourquoi les mots ne sortent pas?
Pourquoi est t'elle devenue ainsi? Je ne publierai pas cela en privée car j'ai mes raisons personnelles la concernant.
Mon texte serai tellement long et vous affirmerai que j'ai raison...
Au jours d'aujourd'hui et comme apres chaque rupture nous nous voyons que pour des moments intimes (à sa demande) mais en agissant ainsi je m'aperçois que je nourris ce schéma de vie pour elle et je ne veux plus de ça pour elle car je l'enfonce plutôt qu'autre chose.
Lorsqu'on se sépare on se manque, elle a une peur immense de l'abandon et elle sait très bien qu'on restera jamais amis (à ma demande).
Au jour d'aujourd'hui je me sent misérable dans le sens de garder tout ça pour moi.
J'aimerai lui dire le fond de mes pensées, lui dire que je l'aime comme elle est mais qu'il est vrais qu'elle a besoin d'aide et qu'elle est pas folle.
Comme lui dire?
À quel moment lui dire?
Lui dire en face ou par écrits?

Une chose que je n'ai pas précisé : lorsqu'on essai d'entamer ce sujet elle me dit : tu sais très bien comment sa va finir...

Elle aimerait retomber amoureuse (car sous cet état elle se sent aimé, et vivante aux yeux de quelqu'un) c'est ce que je pense.
Je ne veux pas me dire un jour : si j'avais su, et j'ai pas non plus envie de me dire " j'aurais pas du".
Que faire?
Et cette femme même si je n'ose plus lui dire, je l'aime de tout mon cœur.

Et je ne parlerai quasi pas de ce regard mi femme mi enfant lors de nos relations intimes

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

message pv sur facebook Aurore LS

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

bonsoir à toutes et à tous. 

On attivait à 10 jours sans nouvelles et hier, alors qu'elle avait pas ses filles, petit SMS gentil le voici : 

Un petit coucou, en espérant que tu ailles bien. Bonne soirée

elle attendait que ça que je réponde sans doute... elle revient gentille comme si de rien étais et prend la température de savoir si je vais bien ou pas... elle n'en sera rien car cette foi ci j'ai vraiment décidé de pas répondre même si elle fera des avances sexuelles comme toujours, elle me Dégoûte  plutôt qu'autre chose et même dans ces moments là. 

Personne ne mérite de souffrir et encore moins personne ne mérite qu'on lui rejette sa souffrance dessus comme ils savent très bien le faire. 

Depuis que j'ai enfin compris après avoir échangé avec des conjoint(es) de borderline je m'aperçois de plus en plus qu'ils ont quasi toutes et tous les mêmes mots, même comportement...

le fait d'avoir discuté n'a fait que confirmer qu'elle continuera à me faire souffrir tout le temps. 

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

J'ai 53 ans et je suis borderline. 

Dès mes tous premiers mois de vie j'ai subit des maltraitances physiques et du plus loin que je me souvienne, également psychologiques.

J'ai été suivi par 8 psychiatres tout au long du calvaire qu'est ma vie.

Aujourd'hui je n'ai plus aucun espoir. Le psychiatre qui me suit actuellement, m'a dit qu'il fallait du temps. A 53 ans, je n'ai plus de temps. Un passé  et un présent désert : pas d'enfant, pas d'amis, pas de conjoint depuis 10 ans, un travail alimentaire.

Si, et je dis bien si, la thérapie est bénéfique (j'en doute réellement), dans 5 ou 6 ans au mieux, que me restera-t-il à vivre : rien.

Il est trop tard pour moi, mais? vous tous qui avez malgré toutes les souffrances, réussit à construire, ne perdez pas espoir. Mettez surtout toutes les chance de votre côté en faisant appel à des psychiatres spécialisés dans ce trouble.

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué je suis également atteinte de ce trouble depuis environ 4 ans, dû au décès de mon père à mes 18 nos qui m’a fait un choc terrible. 

Jai 24 ans, je suis en couple et j’ai beaucoup de mal à gérer tout ça. Crise d’angoisse, peur de l’abandon, dès que mon conjoint refuse de me voir pour faire autre chose je le prends comme un abandon, par exemple. 

Je stresse énormément au travail, je suis dans le commerce et dès qu’on me demande de faire quelque chose en un temps imparti, j’ai systématiquement l’impression que je n’arriverai pas à gérer, que je suis incapable, donc je stresse, panique et me décourage. 

J’avais abandonné le traitement médicamenteux, or depuis une semaine je suis de nouveau sous traitement et en arrête maladie pour la semaine parce que je n’avais plus goût à rien, pas même sortir... 

Je fume de la drogue le soir, cela m’aide à me relaxer et à dormir, depuis mtn 5 ans. Quelle mauvaise alternative me direz vous...

Je ne sais plus quoi faire pour aller « mieux » faire face à cette maladie, ne plus constamment ressentir cette peur de l’abandon et ce manque de confiance en moi... 

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

 Bonsoir tout le monde, 

Je viens vous donner de mes nouvelles.  J'ai été hospitalisé depuis le mois de mai de l'année dernière et je suis sortie le 13 janvier 2019 il y a eu des hauts et des bas. Je suis sortie de l'hôpital mais j'ai le moral dans les chaussettes j'ai envie de mourir je ne vois pas le bout du tunnel je me sens seul je suis borderline depuis ma plus tendre enfance je fais des séjour en hôpital psychiatrique depuis plusieurs années.

Si vous avez des questions n'hésitez pas je suis là merci de me lire.

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

Bonjour, ma fille est bordeline. C'est très difficile ma relation avec elle. Et nouvellement avec ma famille en plus. Déjà deux crises depuis les fêtes. Cette été disait que son père l'avait probablement violer étant jeune et maintenant c'est moi qui l'aurait agressé étant enfant..... Je suis décourager car c'est des accusations très grave. Je coupe les ponts pour le moment car très difficile pour moi. Mais mon autre fille qui est complètement dépassé par se qu'elle m'a dit garde le contact avec elle et mappel pour me dire comment elle va. Pour ma fille qui a cette maladie, pour elle c'est nous les fucké pas elle. Donc comment aider qqun qui pour elle a pas de problème!!!!!!! 

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué Je vous conseil d'utiliser le service légal afin de faire parvenir une lettre de mise en demeure à votre fille. Le contenu de la lettre doit lui expliquer les conséquences réelles possibles d'accuser quelqu'un à tord d'un crime. Si vous n'avez rien à vous reprocher, ne vous laissez pas faire comme cela. C'est mon conseil.

Trouble de la personnalité borderline
Membre Carenity
Posté le

Bonjour à tous,
Je suis diagnostiqué TPL depuis 15 ans environ. Toujours en thérapie. Malheureusement plombé par un autre problème de santé grave, qui passe prioritaire depuis 2 ans.
J'essaie de rencontrer d'autres personnes touchées par ce trouble pour en discuter.

Pour réagir à vos posts
@Chanelle > Je peux vous expliquer comment fonctionnent les crises Borderline au besoin, je ne saurais pas trop quoi vous dire sur les accusations sans fondement. Je suis dans la situation inverse: j'ai coupé les ponts avec mes parents. On est loin de votre situation... Me concernant je leur reproche de ne jamais avoir été capable de m'accepter tel que je suis.

@Mylène > Comment vas-tu actuellement? Est-ce que tu as un traitement, est-ce que tu es suivie par une psy?

@Alyssia91 > Il y a des thérapies qui peuvent aider, mais je préfère ne pas parler de ce que je n'ai pas encore réussi à dépasser moi-même... L'angoisse et la peur de l'abandon continuent de me hanter.

@Lunachloe > Je comprends bien ta frustration. Quand j'ai passé la barre des 40, j'ai pigé que je ne serais pas parmi les heureux gagnants qui voient le trouble guérir au cours de leur 30ène! Mais depuis j'ai un peu + creusé cette histoire, on nous 'mens' un peu. Ce qu'il appellent une 'guérison' est en réalité la disparition de quelques uns de critères qui définissent le trouble.
Il existe un mot, + adapté: le rétablissement. C'est le parcours d'une personne qui accepte qu'il n'y aura pas de 'guérison'  et reconstruit sa vie autour de la maladie, avec l'aide d'un thérapeute. Le but étant de retrouver une vie 'qui vaille la peine' d'être vécue. C'est ce que je vise pour moi...

@Floflo > N'hésites pas à lui dire tout ce que tu penses de bien d'elle en sa présence! :) En te lisant, j'ai l'impression que vous souffrez tous les deux de la peur d'être abandonnés. Tu me corriges si je me trompe. Difficile de trouver un équilibre, dès que l'un doute, l'autre commence aussi à se poser des questions. Toutes ces questions fragilisent beaucoup la relation. Mais ce qui vous rapproche c'est cet amour hors du commun que vous avez l'un pour l'autre.

@Gwadabidjan > Je suis suivi par une psychiatre spécialisée depuis printemps 2018. Je lui en ai déjà fais voir de toutes les couleurs!!! Cela fais la deuxième fois qu'elle me rattrape en train de dynamiter notre lien. J'avais besoin de cela, d'une personne qui sache me dire qu'elle ne m'abandonnera pas, peu importe ce qui se passe. On avance pas aussi vite que je le souhaiterais, mais selon elle, on avance bien. Elle est secondée par un infirmier spécialisé en addictions qui se défend plutôt bien aussi.