«
»

Top

Témoignage photo : le syndrome de KISS, d’une mère à son fils

Publié le 4 mars 2019 • Par Louise Bollecker

"C’est un syndrome très peu connu chez nous qui se règle en quelques manipulations ostéopathiques, si celui-ci est traité assez tôt."
Témoignage photo : le syndrome de KISS, d’une mère à son fils

 

Le témoignage d’Ornella
Le syndrome de KISS, d’une mère à son fils

 

témoignage syndrome kiss

Le 25 décembre 2017, j’ai donné naissance à ma deuxième merveille, mon tendre Abel. Dès la naissance, les complications ont commencé. Difficultés d’allaitement, régurgitations, coliques, pleurs intenses et incessants… rien d’anormal me direz-vous, avec un nouveau-né ! C’est exactement ce que le corps médical pensait également et pourtant mon instinct maternel me disait que quelque chose clochait.

« Le diagnostic du syndrome de KISS pour mon fils »

Après avoir envisagé et presqu’aussitôt écarté toute une série de diagnostics  (BABI, RGO, APLV…) et après avoir consulté un bon nombre d’ostéopathes tous plus qualifiés les uns que les autres, je suis tombée, par « hasard », sur un article parlant du syndrome de KISS (acronyme du nom allemand que je vous épargne). Et là, ce fut la révélation, mon fils présentait le tableau clinique complet !

C’est un syndrome très peu connu chez nous qui se règle en quelques manipulations ostéopathiques, si celui-ci est traité assez tôt. Après avoir pris mes renseignements, un seul ostéopathe connait et traite ce syndrome en Belgique, où je vis. Ni une ni deux, le rendez-vous est pris ! Le jour J, le diagnostic tombe, syndrome de KISS confirmé, première manipulation et une renaissance ! En contact avec des groupes de parents dont les enfants sont atteints du syndrome de KISS, je me renseigne de plus en plus et je vois que cela touche aussi les parents, souvent les mères. À ce moment, le doute s’installe. Et si tous mes petits maux, dont on n’a jamais trouvé les causes (et ce n’est pas faute d’avoir cherché !) étaient en fait liés ?

« Le diagnostic se confirme pour moi également »

À la séance suivante, j’évoque mes symptômes avec l’ostéopathe de mon fils, il m’ausculte et le diagnostic se confirme pour moi également. Je me sens tellement soulagée, pas seulement par la manipulation mais surtout d’avoir, après 32 ans, trouvé le coupable de tous ces maux. Non, je ne suis pas folle, douillette, faible ou encore hypocondriaque ! Mes migraines chroniques, ma scoliose, mes problèmes orthopédiques, mes raideurs, mes problèmes d’équilibre et ma fatigue chronique, ce n’est pas moi, c’est KISS ! Depuis ce diagnostic, très honnêtement, ma vie a changé. Vu mon diagnostic tardif, la guérison est inespérée pour moi mais mon rendez-vous trimestriel chez mon ostéopathe chéri me soulage énormément. Malheureusement, la manipulation ne tient généralement pas plus de deux mois. Après les raideurs reprennent, les migraines aussi, même si elles sont moins violentes qu’auparavant.

 

Ce témoignage s'inscrit dans le projet de fin d'études de Gaëlle Regnier, étudiante en photographie à l’école de photographie et de techniques visuelles Agnès Varda, à Bruxelles. Elle a choisi comme thème de ce reportage photo la douleur chronique afin de mettre en lumière les patients et leur combat. 

 

Autres témoignages

Claire : continuer à travailler avec une polyarthrite déformante
Alain : le marché du travail exclut les malades chroniques
Delphine : des années d’errance diagnostique face au syndrome d’Ehlers-Danlos de type hypermobile
Marie : le syndrome du côlon irritable empêche de vivre
Virginie : garder espoir malgré les effets secondaires des traitements contre la polyarthrite rhumatoïde
Quentin : la rectocolite hémorragique et le voyage
Emmanuelle : si le syndrome d'Ehlers-Danlos pouvait parler
Natacha : se réveiller avec la fibromyalgie et la polyarthrite

Carenity

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

2 commentaires


Hookette
le 29/03/2019

Beau témoignage


Béatrix
le 09/04/2019

Ca fait du bien de lire ce genre de témoignage qui redonne confiance à la médecine et qui ouvre un chemin vers la guérison. Bravo pour ce partage d'expérience et merci.

Vous aimerez aussi

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (2/2)

Neuroblastome

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (2/2)

Lire l'article
Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Neuroblastome

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Lire l'article
Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

Neuroblastome

Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

Lire l'article
#LaMinuteMaladie : le neuroblastome

Maladies de l'enfant
Neuroblastome

#LaMinuteMaladie : le neuroblastome

Lire l'article

Fiches maladies