«
»

Top

Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

3 déc. 2018 • 31 commentaires

Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

Manger de la nourriture biologique permettrait de faire baisser les risques de contracter un cancer. Pourtant, cette étude française publiée fin octobre illustre la difficulté d'établir une relation de cause à effet précise.

Des études récentes sur le bio

Auparavant, une seule étude d'ampleur avait cherché à mesurer l'effet de la nourriture bio sur le cancer : la Million Women Study, avec 600 000 femmes britanniques suivies en 2014. Elle n'avait trouvé aucune différence entre les consommatrices de bio et les non-consommatrices sur le risque général de cancer, mais avait vu un risque réduit pour un cancer particulier : le lymphome non hodgkinien. Une étude française (Sorbonne, Inra, Inserm...) de la fin octobre 2018 se frotte à nouveau au sujet. Publiée dans la revue américaine Jama, elle se fonde sur l'observation de 69 000 participants, en majorité des femmes.

Moins de pesticides, moins de cancers ?

L'hypothèse est que les consommateurs de bio ingèrent moins de pesticides synthétiques par les fruits, légumes ou céréales, et réduisent ainsi leur risque, certains pesticides étant soupçonnés d'être cancérigènes. Après leur recrutement, les volontaires de l'étude NutriNet-Santé ont rempli un questionnaire (revenus, activité physique, fumeur ou non, indice de 
masse corporelle...) et déclaré les aliments bio consommés dans les 24 heures précédentes. L'étude a réparti les participants en quatre groupes, selon leur consommation de bio. Puis le nombre de cancers dans chaque groupe a été compté, sur quatre ans et demi en moyenne. Dans le quart de personnes ayant déclaré manger le plus de bio, le risque de cancer était 25% inférieur à celui dans le quart qui n'en mangeait jamais. En absolu, l'augmentation est seulement de 0,6 point, soit six malades supplémentaires pour 1.000 personnes.

L'étude ne trouve de corrélation statistiquement significative que pour le cancer du sein pour les femmes ménopausées, et les lymphomes, notamment le lymphome non hodgkinien.  Les auteurs ont pris soin de corriger leurs résultats pour tenir compte du fait que les mangeurs de bio étaient, en moyenne, plus riches, moins obèses, moins fumeurs. Mais d'autres facteurs invisibles, environnementaux ou liés au mode de vie, jouent aussi peut-être un rôle. C'est le problème typique de ces études.

Les consommateurs de bio, en meilleure santé globale ?

"Les gens qui mangent bio délibérément, au point de le déclarer, sont probablement différents des autres par bien d'autres aspects", a expliqué à l'AFP Nigel Brockton, directeur de la recherche de l'Institut américain de recherche contre le cancer (AICR). Il recommande, plutôt qu'un type d'aliment particulier, un ensemble de pratiques pour réduire les risques de cancer : poids normal, activité physique, régime sain, pas trop de viande rouge... 

"Le régime alimentaire est une chose complexe", dit-il. "Nous ne ferions jamais de préconisation fondée sur une seule étude, même si elle est statistiquement significative". Un autre problème mentionné est le fait que la plupart des gens seraient bien incapables de dire précisément combien de nourriture bio ils mangent. "L'étude a 3% de chance d'avoir trouvé quelque chose d'important, et 97% de propager des résultats absurdes et ridicules", conclut Nigel Brockton qui salue néanmoins l'avancée inéluctable de la recherche médicale.

Comme pour la viande rouge ou la cigarette, il faudra de nombreuses études allant dans le même sens pour pouvoir conclure sur la nourriture bio. En attendant, l'American Cancer Society continue de préconiser de manger des fruits et légumes, bio ou pas.

 

Et vous, comment votre alimentation vous permet-elle d'aller mieux ?
Avez-vous changé votre régime depuis votre diagnostic ?

AFP

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

Commentaires

Etiennou
le 04/12/2018

@Louise, bonjour. Je ne consomme pas forcément du bio mais je mange beaucoup de fruits et légumes. Plus ça va et moins je mange de viande, écœurée par ces barbares qui tuent les bêtes. Je n'avais rien contre la viande mais ils ont réussi à m'en dégoûter. On nous recommande de manger 5 fruits et légumes mais ce n'est pas possible pour les personnes qui ont 3 enfants et qui gagnent 1600€. C'est donc ces pauvres gens qui risquent le plus d'avoir un cancer. Il faut que les légumes et les fruits soient moins chers. Dans les écoles, il devrait distribuer un fruit le matin, un deuxieme après déjeuner et un troisième au goûter . Déjà 3 fruits par jour et ça ne coûterait pas bien cher à la collectivité. 

Cordialement

Marie-France / Etiennou

fadada
le 04/12/2018

Bio , rien n'est bio quand vous voyez comment la terre est polluée et même l'air Il faut pas nous prendre pour des débiles , Une bonne cause pour augmenter les fruits et les légumes et tout e reste

sempiternelle
le 08/12/2018

Des que je peux, surtout pour les fruits et légumes,, je mange bio  le goût est meilleur !  Des fois non à cause du prix ! 

leparigo
le 10/12/2018

Manger Bio n'évite pas le cancer si vous fumez, vivez dans un milieu pollué, centre d'une importante agglomération, atelier, usine, ou près d'un élevage de 300et plus de bêtes à cornes. Manger bio entretien votre système immunitaire et permet  à l'organisme de luter plus facilement et longtemps.

A la question "mon alimentation me permet de vivre mieux ? " La réponse est cent fois OUI !!! puisque je me soigne par une nourriture spécifique dédiée à mon cerveau de parkinsonien. Le résultat est probant et constant depuis 3 années.

Un petit scoop presque hors sujet !  autrefois les revendeurs de fruits et légumes se contentaient en France d'une marge de 80 à 100% = acheté chez le grossiste 1 franc = vendu 2 francs. Aujourd'hui acheté chez le même grossiste 300 à 400% ( MIN) acheté 50 cts d' euros = vendu 2 euros, 1 euros = 3 à 4 euros pou nous le consommateur.  La vie est belle ! 

le 11/12/2018

Bonjour, ce soir émission sur la 5 sur l'alimentation bio et autres. Encore une émission qui pourrait nous éclairer sur notre vision des choses....

Vous aimerez aussi

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (2/2)

Adamantinome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'ovaire
Cancer de la peau
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer endocrinien
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Corticosurrénalome
Leucémie
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Maladie d'Ollier
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Pseudomyxome péritonéal
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur sécrétrice de cathécolamines
Tumeur stromale gastro-intestinale
Tumeurs du coeur

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (2/2)

Lire l'article
Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Adamantinome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'ovaire
Cancer de la peau
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer endocrinien
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Corticosurrénalome
Leucémie
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Maladie d'Ollier
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Pseudomyxome péritonéal
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur sécrétrice de cathécolamines
Tumeur stromale gastro-intestinale
Tumeurs du coeur

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Lire l'article
Des protéines pour guérir du cancer

Adamantinome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'ovaire
Cancer de la peau
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer endocrinien
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Corticosurrénalome
Leucémie
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Maladie d'Ollier
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Pseudomyxome péritonéal
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Des protéines pour guérir du cancer

Lire l'article
Tabac, alcool, malbouffe, obésité: 40% des cancers sont évitables

Adamantinome
Cancer
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'ovaire
Cancer de la peau
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du testicule
Cancer endocrinien
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Corticosurrénalome
Leucémie
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Maladie d'Ollier
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Pseudomyxome péritonéal
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Tabac, alcool, malbouffe, obésité: 40% des cancers sont évitables

Lire l'article