«
»

Top

Spondylarthrite ankylosante : les complications oculaires, cardiaques, respiratoires et gastro-intestinales, tout savoir !

Publié le 29 avr. 2022 • Par Candice Salomé

La spondylarthrite ankylosante (SPA) est une pathologie appartenant au groupe des spondylarthropathies qui partagent des points communs. La SPA est la forme la plus typique mais aussi la plus sévère des spondylarthropathies. Elle touche le squelette axial mais peut aussi toucher les articulations périphériques ou les enthèses (zone d'insertion des tendons, ligaments et capsules articulaires dans l'os). 

Mais d’autres complications peuvent survenir comme des complications oculaires, cardiaques, respiratoires et gastro-intestinales. 

Mais alors, qu’est-ce que la spondylarthrite ankylosante et quelles en sont ses causes ? Pour quelles raisons certaines complications peuvent apparaître ? Comment les traiter ? 

On vous dit tout dans notre article ! 

Spondylarthrite ankylosante : les complications oculaires, cardiaques, respiratoires et gastro-intestinales, tout savoir !

Qu’est-ce que la spondylarthrite ankylosante et quelles en sont ses causes ? 

La spondylarthrite ankylosante est une arthrite de la colonne vertébrale. Le terme “ankylosante” signifie qu’il existe une raideur. De fait, la spondylarthrite ankylosante est un type d’arthrite qui rend la colonne vertébrale raide et douloureuse

En dehors des douleurs au niveau de la colonne vertébrale, la spondylarthrite ankylosante entraîne aussi gonflement, raideur et douleur au niveau des grosses articulations, des orteils et des doigts. 

La spondylarthrite ankylosante est 3 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme et elle apparaît généralement entre 20 et 40 ans

Les causes de la spondylarthrite ankylosante restent, à l'heure actuelle, inconnues. Néanmoins, la maladie tend à apparaître lorsqu’il y a une prédisposition familiale. La génétique y est, en partie, pour quelque chose. 

En effet, cette pathologie est 10 à 20 fois plus fréquente chez les personnes dont les parents ou les membres de la fratrie en sont atteints. 

>> Pour en savoir plus sur la spondylarthrite ankylosante, son diagnostic et ses traitements,
découvrez vite notre fiche maladie dédiée <<
 

Quelles sont les complications liées à la spondylarthrite ankylosante ?

La spondylarthrite ankylosante peut comporter des manifestations extra-articulaires comme l’uvéite (inflammation à l'intérieur de l'œil), l’insuffisance aortique, l’atteinte intestinale ou autres attentes systémiques dont la fréquence et la sévérité sont variables d’un patient à un autre. 

L’atteinte oculaire 

L’uvéite constitue l’atteinte extra-articulaire la plus fréquente de la spondylarthrite ankylosante. Elle se retrouve dans 20 à 30% des cas au cours de l’évolution de la maladie. Dans 90% de ces cas, l’uvéite est antérieure, aiguë et unilatérale

Les signes cliniques sont un œil rouge, douloureux, hypersensible à la lumière et larmoyant entraînant une diminution de l’acuité visuelle. 

Sous traitement, l’évolution est favorable en 2 à 3 mois et ne laisse aucune séquelle

Néanmoins, les épisodes peuvent se répéter. Si le traitement a été inadéquat, des complications graves peuvent s’installer comme des synéchies (adhérences inflammatoires entre la face postérieure de l'iris et la capsule antérieure du cristallin), une cataracte, un glaucome voire, dans de plus rares cas, une cécité

Les uvéites représentent une urgence thérapeutique à laquelle une corticothérapie locale doit être associée à un collyre dilatant la pupille afin d’éviter la constitution de synéchies. 

Lorsque l’uvéite est globale (appelée antéropostérieure) et ne répond pas au traitement local, des injections sous-conjonctivales et parfois des cures courtes de corticoïdes par voie générale sont envisagées. 

L’atteinte cardiaque 

Les atteintes cardiaques surviennent généralement tardivement au cours de l’évolution de la maladie. Les lésions cardiaques sont dominées par les troubles de conduction (variation anormale du rythme des battements du cœur), les valvulopathies (mauvais fonctionnement de la valve cardiaque), surtout l’insuffisance aortique et les cardiomyopathies

De nombreuses études ont rapporté que les patients touchés par une spondylarthrite ankylosante présentent une surmortalité d’origine cardiovasculaire estimée entre 20 et 40% supérieure à la population générale. De plus, le risque d’infarctus est multiplié par 3. 

L’inflammation chronique, l’élévation de la CRP, la diminution du cholestérol-HDL et le TNFα, ainsi que la prise d’AINS, sont les facteurs majeurs de l’augmentation du risque cardiovasculaire au cours de la spondylarthrite ankylosante. 

Afin de limiter les risques de maladies cardiovasculaires, des recommandations ont été mises en place. 

La gestion de ces complications nécessite un contrôle adéquat de la spondylarthrite ankylosante. La prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) doit être prudente et les corticoïdes doivent être utilisées à la dose la plus faible possible. L’évaluation du risque de maladies cardiaques est à réaliser de façon annuelle

L’atteinte pleuropulmonaire

Une autre des complications de la spondylarthrite ankylosante sont les atteintes respiratoires. Dans la littérature existante à ce sujet, leur incidence varie de 0 à plus de 30%. 

En effet, la rigidité thoracique secondaire à l’atteinte des articulations costo-vertébrales perturbe la mécanique ventilatoire pariétale avec une apparition d’un syndrome restrictif aux épreuves fonctionnelles respiratoires. 

Des lésions pleuropulmonaires ont également été décrites. Les plus fréquentes sont la fibrose du lobe pulmonaire supérieur ainsi que les infiltrations interstitielles et l’épaississement pleural

Néanmoins, ces manifestations étant souvent asymptomatiques et les radiographies thoraciques ne pouvant détecter les lésions pulmonaires précoces, l’atteinte pleuropulmonaire a longtemps été considérée comme une manifestation rare et tardive de la spondylarthrite ankylosante. 

De ce fait, les cliniciens doivent respecter de façon rigoureuse les recommandations concernant le dépistage et la prévention des atteintes pleuropulmonaires, notamment en cas de lésions pulmonaires préexistantes. 

Les atteintes gastro-intestinales 

Des liens entre spondylarthrite ankylosante et inflammation du tube digestif ont été mis en avant au travers de diverses études. En effet, chez les patients touchés par la spondylarthrite ankylosante, une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) apparaît au cours de l’évolution de la maladie dans 2 à 18% des cas, avec un délai qui peut atteindre 20 ans, que ce soit la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique


 Cet article vous a-t-il été utile ?      
     
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !      
        
Prenez soin de vous !    


35

6 commentaires


Nielle
le 30/04/2022

Bonjour madame cet article m'effraie un peu car ma fille a une spondylarthrite ankylosante et tous ces symptômes que vous medecrivez m'inquiète, elle est suivie par un rhumathologue et je lui ai pourtant dit plusieurs fois à ce rhumatolgue que ma fille fumait et qu'il devait lui interdire mais il ne le fait pas car moi elle ne m'écoute pas que pourrais je faire faire pour quelle arrête de fumer car cela m'angoisse terriblement et moi qui fait de la fibromyalgie cela ne m'arrange pas merci pour l'article il est tres bien expliqué pour le coeur j'ai aussi peur,mais que faire.merci pour tout.


Alain1950
le 05/05/2022

Bonjour

Cela fait 30 ans maintenant que je suis atteint de SPA et je connais bien tous les problèmes décrits, d'abord les uveites très bien pris en charge par mon ophtalmo qui me prend toujours en urgence, problèmes cardiaques qui m'ont valu la pose d'un pacemaker il y a 5 ans et un Stent plus récemment, et bien sur des problèmes intestinaux récurrents. Je suis sous Humira depuis 5 ans à raison d'une injection tous les 15j et cela a largement arrangé mon quotidien.

Alain


MickeyRat
le 05/05/2022

L'unique raison pour laquelle le cannabis médicale est interdit, c'est que c'est bien plus efficace que les médicaments du marché, et qu'étant un produit naturel, inventé par la nature, big pharma ne peut pas déposer de brevet dessus et donc faire beaucoup d'argent avec!

C'est d'ailleurs les industries pharmaceutique et chimique qui sont à l'origine de la diabolisation et de l'interdiction de cette plante dans les années 30,aux États Unis d'abord (cherchez Harry Anslinger...), puis dans le reste du monde... On a tous sous les yeux la puissance de big pharma, en cette période de Covid, pour arriver à ses fins! Et bien apparemment, ce n'est pas nouveau.

Tous ceux qui ont essayé le cannabis pour des maladies auto immunes vous diront qu'il n'y a pas plus efficace, et sans effet secondaire. Le THC à également une grande valeur médicinale, mais il ne faut pas le fumer. C'est moins efficace, et mauvais pour la santé. Il faut soit le vaporiser, soit l'ingerer.

Il y a un livre très intéressant et très complet à ce sujet que je vous recommande à tous. Il est en téléchargement PDF gratuit en plus! Il s'appelle "Canabis en médecine". Allez voir en bas de la page 111... Vous y lirez l'explication scientifique de son efficacité sur les maladies auto immunes. En gros il limite la production de TNF@ mais sans les supprimer comme le font les bio thérapies! Vous comprenez maintenant pourquoi Big Pharma n'est pas pressé que le cannabis médical soit autorisé ??? 😁🤷‍♂️


Titia87
le 06/05/2022

Bonjour @MickeyRat,

Atteinte de SPA, je n'ai pas essayé le cannabis médical, mais ce qui est sûr, c'est que les produits naturels sont beaucoup plus efficaces que les différents traitements chimiques.

J'ai été sous Humira pendant plusieurs années, ça a soulagé les douleurs, c'est vrai, mais je n'étais pas en forme pour autant.

Donc je me suis vraiment remise au sport (muscu, cardio), changé mon alimentation (plus d'aliments inflammatoires) et j'ai arrêté tous les traitements chimiques pour passer au naturel (silicium, omega3, vitamines....) . Je revis !!

C'est vraiment dommage que les rhumato ne parlent pas des solutions plus naturelles qui n'enrichissent pas les Big Pharma !!


Nielle
le 06/05/2022

Titia87 bonjour pouvez vous m'en dire plus sur votre traitement car je suis très intéressée car ma fille souffre de SPA et elle souffre même avec humira et anti inflammatoires qui lui détruisent l'estomac je vous remercie

Vous aimerez aussi

Interdire le cannabis thérapeutique, un refus de soins ?

Spondylarthrite ankylosante

Interdire le cannabis thérapeutique, un refus de soins ?

Lire l'article
Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

Spondylarthrite ankylosante

Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

Lire l'article
Voir le témoignage
Voir le témoignage

Discussions les plus commentées

Fiche maladie