«
»

Top

Coronavirus et obésité

Publié le 23 avr. 2020 • Mis à jour le 8 janv. 2021 • Par Camille Dauvergne

L’obésité est une maladie chronique évolutive qui touche plus de 8 millions de personnes en France, soit environ 17% de la population. L’obésité est un facteur de risque majeur pour de nombreuses pathologies comme les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2. L’obésité a également des conséquences psychologiques et sociales comme la mauvaise estime de soi, la stigmatisation, la dépression.

Dans le cadre de l’épidémie liée au coronavirus, le Haut Comité de Santé Publique précise que les patients obèses ont un risque de développer une forme grave de COVID-19 supérieur à la population générale.

Qu’en pense le comité scientifique de Carenity ? Faisons le point sur le lien entre obésité et formes graves de la COVID.

Coronavirus et obésité

Quel est le lien entre risque de complications au COVID-19 et obésité ?

Le Dr Nicolas Veyrie, chirurgien bariatrique, explique que le risque de complications est davantage lié aux comorbidités (pathologies associées à la maladie) de l'obésité qu’un lien direct entre obésité et complications du coronavirus. 

Le risque est particulièrement important lorsque ces comorbidités ne sont pas prises en charge par des mesures hygiéno-diététiques voire médicamenteuses, autrement dit qu’elles ne sont pas stabilisées et suivies régulièrement par une équipe médicale.

Le Dr Veyrie souligne également que “la question de savoir si l’obésité est en elle-même un facteur d’aggravation de la COVID-19 se pose, au vue des problèmes d’immuno-régulation souvent rencontrés chez les personnes obèses et de la proportion de patients obèses en réanimation pour des complications de la COVID-19”.

Il a été très vite mis en évidence dans la littérature que les patients diabétiques avaient 50 % de risque en plus d’être infectés par la COVID-19 par rapport à la population normale.

editor_meta_bo_img_c8fcec76da1cddbc8a85a90850d9c425.jpg

Figure1. Données concernant la ventilation mécanique recueillies à l’unité de soins intensifs du CHU de Lyon entre le 27 février et le 8 avril (n=291) 

Source: Caussy C et al. Obesity 2020

Légende: BMI: Body Mass index

 L’histogramme de droite (B) nous montre que plus l’IMC est élevé plus il y a de risque d’avoir recours à la ventilation mécanique. Dans cette étude, 81,8% des personnes ayant eu recours à l’assistance ventilatoire avaient un IMC ≥ 35 kg/m²

L’histogramme de gauche (A) nous permet de voir que les patients avec un IMC ≥ 30 kg/m² ont plus souvent recours à la ventilation mécanique.

Le lien entre le risque de forme grave et l’IMC dépend de l’âge des patients et serait notamment plus important pour les personnes âgées de plus de 40 ans.

De plus, chez les personnes avec un IMC > 25, on observe une augmentation du risque de contracter une forme sévère de la COVID-19 d’environ 1,5 à 2 fois.

Le Dr Raccah explique que le surrisque d’une forme bénigne ou sévère de la COVID-19 chez les personnes souffrant d’obésité peut s’expliquer une altération des fonctions ventilatoires ainsi que des fonctions cardiaques.

De plus, de nombreuses cellules immunitaires sont présentes dans la masse grasse corporelle. Chez une personne obèse, la réponse immunitaire vis à vis des bactéries ou virus comme le Sars-Cov-2 va être très importante ce qui peut entraîner des lésions. Ces lésions peuvent être à l’origine de nombreuses complications, au niveau pulmonaire par exemple.

Une hypothèse est également en cours d’étude quant au fait que la masse graisseuse puisse être un réservoir pour le virus et donc une durée de contamination qui peut être plus longue chez cette catégorie de patients.

Comment me protéger du risque d’infection au coronavirus ?

La première chose selon Anne-Sophie Joly, présidente du Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO), est de prendre conscience de ce risque lorsque l’on est atteint d’obésité. Cela vous permettra en premier lieu de consulter un spécialiste, qui vous proposera un suivi médical adapté en fonction de votre bilan; ou bien votre médecin traitant si vous êtes déjà suivi.

Compte tenu des risques de formes graves d’infection à Covid-19 chez les personnes en situation d’obésité, il est primordial de respecter les mesures restrictives en vigueur et les gestes barrières, d’éviter la prise d’anti-inflammatoires, et de consulter son médecin traitant pour la prise en charge de son obésité. Les consultations peuvent se faire par téléphone ou en téléconsultation.

Le Docteur Raccah tient également à rappeler l’importance d’un suivi pluridisciplinaire lors de la période post-COVID.

De plus, si votre IMC est supérieur à 30kg/m2 et que vous ne pouvez pas recourir totalement au télétravail, ni bénéficier de mesures de protection renforcées, vous pouvez demander à votre médecin traitant, ou à défaut à un autre médecin, d’évaluer la possibilité de vous placer en activité partielle voire en arrêt de travail.

Puis-je continuer à utiliser des anti-inflammatoires en auto-prescription pour soulager mes douleurs articulaires ? 

En cas de surpoids ou d’obésité, une pression supplémentaire est exercée sur les articulations. C’est pour cette raison que les personnes obèses présentent très souvent des problèmes ostéo-articulaires comme l'arthrose du genou.

La gestion des douleurs articulaires peut nécessiter la prise d’anti-inflammatoires comme l’Ibuprofène ou le Kétoprofène, etc. Cependant, la prise d’Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) serait à l’origine d’effets indésirables graves chez les patients atteints de COVID-19. Cependant ces médicaments peuvent être à l’origine d’effets indésirables graves chez des patients atteints par la COVID-19 (cas suspectés ou avérés). Le traitement de la fièvre ou de douleurs liées à la COVID-19 ou à d’autres viroses respiratoires est possible grâce au paracétamol. Il est important de rappeler que les doses maximum de paracétamol sont de 60 mg/kg/j chez les enfants et de 3 g/j chez les adultes. 

Attention cependant pour les patients sous traitement chronique par corticoïdes ou d’autres immunosuppresseurs ne doivent pas interrompre leur traitement sans avis médical.

En cas de doute, parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin.

Pourquoi mon opération bariatrique a-t-elle été annulée ?

Une étude menée par Carenity, a permis de constater que 45,6% soit près de 50% des 1228 personnes ayant répondu au questionnaire, ont eu une annulation ou un report d’une consultation ou d’une intervention chirurgicales prévues longtemps à l’avance.

La chirurgie bariatrique n’est pas considérée comme une urgence vitale (ie. mettant en jeu le pronostic vital immédiatement) pour les patients qui en bénéficient. C’est pourquoi des interventions ont pu être annulées ou reportées pendant les différentes périodes de confinement. Après la chirurgie, les défenses immunitaires sont fortement affaiblies, ce qui présenterait un risque considérable de complications en cas d’infection au SARS-CoV-2 (coronavirus).

Pour pallier cette diminution, si vous avez récemment bénéficié d’une chirurgie bariatrique, l’AFERO (Association française d’étude et de recherche sur l’obésité) recommande de prendre régulièrement les suppléments en vitamines et minéraux qui vous ont été prescrits afin de ne pas fragiliser votre système immunitaire. 

A tout moment, si vous ressentez des douleurs abdominales après une chirurgie de l’obésité, n’hésitez pas à vous rendre aux urgences.Toutes les précautions sont prises pour limiter les risques de contamination à la COVID-19. Cette recommandation s’applique pour tous les états de santé.

J’ai peur que le confinement aggrave mon obésité, comment éviter cela ?

Lors du premier confinement, des modifications de la prise en charge des patients atteints par des maladies chroniques ont été observées. Une étude menée par Carenity, a eu pour but d’évaluer en vie réelle l’impact de l'épidémie de COVID-19 sur les patients atteints de maladies chroniques. Le Dr Astruc commente les résultats avec 39,5% des patients répondants qui ont moins consulté leur médecin.

Il est très important de garder un bon suivi médical lors de ces périodes. N’hésitez pas à faire part de vos questions à vos médecins référents. Des solutions de téléconsultations peuvent être mises en place en fonction des demandes, n’hésitez pas à vous renseigner. 

Le confinement peut être à l’origine d’une baisse d’activité, de stress voire d’anxiété, de changement d’habitudes et de rythme… De nombreuses initiatives sont mises en place pour essayer de diminuer les conséquences liées aux changements de vie en fonction des restrictions en vigueur. Les associations de patients sont des organismes d’accompagnement qui font tout leur possible pour répondre aux mieux aux questions des patients et les accompagner tout au long de cette pandémie.

La présidente de CNAO souligne la difficulté pour les patients obèses de gérer leurs addictions (au sucre par exemple) et leurs émotions dans le contexte actuel. Elle rappelle qu’il est primordial de se détendre pour éviter l’ingestion d’aliments liée au non contrôle de vos émotions, de pratiquer chaque jour des activités que vous aimez, de partager vos émotions avec vos proches et/ou votre médecin traitant et de continuer à pratiquer une activité physique à la maison !

Voici un exemple d’activité physique que vous pouvez réaliser facilement à la maison :

exercices_sportifs

Source : CNAO

De nombreux petits gestes peuvent permettre d’éviter la sédentarité, de renforcer la masse musculaire et d’améliorer la souplesse, comme par exemple:

  • Essayer de marcher le plus régulièrement possible (faire quelques pas toutes les 90 minutes, téléphoner en marchant …) 
  • Limiter les temps d’écran et si possible essayer de bouger les jambes, les bras ou de se déplacer lors des temps de publicité… 
  • Danser, monter et descendre les escaliers.
  • Les moments d'entretien de la maison peuvent également servir de moment d’exercice physique !
  • Effectuer des séances de yoga, d’étirements ou de renforcement musculaire. La web-application proposée par le Ministère des Sports propose gratuitement des séances d’activités physiques adaptées à pratiquer chez soi : www.goove.app

Comment adapter mon alimentation ? 

Avant d’aller faire vos courses, il est important de préparer une liste afin de ne pas s’éparpiller et être tenté dans les rayons.

Une alimentation variée est un point clé de la prise en charge de l’obésité. Il est important de favoriser les fruits et les légumes, un apport de protéines d’origines variées (les légumineuses sont une source de protéines intéressante) et d’adapter les quantités de féculents en fonction de vos besoins. 

Ne changez pas vos habitudes de rythme de repas. Gardez le même rythme (en général 3 repas par jour). Si vous souhaitez changer vos habitudes, changez-les de manière progressive. Enfin, évitez de consommer des plats préparés et essayez de cuisiner vous-même.

Voici des exemples de recettes :

Ecoutez votre corps en prenant en compte vos signaux de faim et de rassasiement avant et pendant les repas. Prenez le temps de bien mastiquer afin de permettre à votre corps de comprendre ce qu’il se passe et d’adapter les quantités à ses besoins. Il est important également de prendre le temps de manger et de ne pas faire autre chose en même temps.
Une astuce que vous devez sûrement connaître est de se nourrir dans une petite assiette plutôt qu’une grande afin d’adapter les quantités.

Ne débutez pas un régime strict pendant le confinement car cela pourrait augmenter les pulsions alimentaires.
Si vous avez des envies irrésistibles de manger répétées, essayez d’en identifier les raisons et d’agir sur les sources de tensions (stress lié au travail, manque de sommeil ou d’activité physique, etc).

Gardez le contact le plus possible avec votre entourage et n’hésitez pas à exprimer vos ressentis en en parlant ou même en les écrivant si vous ne souhaitez pas les partager.

Qui puis-je contacter pour des questions sur la situation actuelle ?

En cas de questions ou de difficultés, vous pouvez contacter les dispositifs de soutien et les associations de patients : 

  • Retrouvez toutes les informations utiles pour les personnes souffrant de surpoids, d’obésité et leur accompagnant (famille), sur le site du CNAO agréé par le ministère de la santé, l’interministériel et l’Europe. Vous trouverez un petit guide de Conseils aux personnes en situation d’obésité ou opérées d’une chirurgie bariatrique pendant la période de confinement, à télécharger sur la page d'accueil du CNAO.
  • Échangez avec les associations de patients souffrant d’obésité de votre département. Liste à consulter dans l’annuaire du site de la Ligue contre l’obésité. Et contactez si besoin le Centre d’aide et de soutien pour les personnes souffrant d’obésité.
  • Dispositifs de soutien psychologique en lien avec les troubles du comportement alimentaire (TCA) : Réseau TCA Francilien

Vous pouvez également trouver du soutien sur Carenity ! Il est important de s’entraider en particulier dans ce contexte difficile de pandémie du COVID-19. Rejoignez dès maintenant les discussions du moment !

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres choses à partager à la communauté ?
Bon courage à tous, prenez soin de vous !


avatar Camille Dauvergne

Auteur : Camille Dauvergne, Junior Community Manager France

Etudiante en 4ème année de pharmacie, Camille participe à la rédaction d’articles du Magazine Santé et à la mise à jour des fiches maladies et médicaments... >> En savoir plus

Qui a contribué : Clémence Arnaud, Assistante Marketing Digital

Clémence ARNAUD est actuellement stagiaire au sein de l'équipe marketing digital. Son rôle consiste à animer et modérer la communauté pour que les utilisateurs aient la meilleure expérience possible sur la... >> En savoir plus

2 commentaires


pomme123
le 25/04/2020

je suis personne à haut  risques , j'essaie d'équilibrer mon alimentation , je fais quelques exercices à la maison ,et petites marches  devant chez moi dans la rue ,il faut que j'apprenne à remarcher ,confiner un an avec mon compagnon alzheimer, et ensuite confinée en clinique pour mes fractures épaules , voila une semaine que j'essaie de relancer la machine mais c'est tres dur 


pomme123
le 25/04/2020

j'ai du baisser mes insulines pour des hypos 

Vous aimerez aussi

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article
Obésité et diabète : soyons acteur de notre maladie

Obésité

Obésité et diabète : soyons acteur de notre maladie

Voir le témoignage
Journée mondiale contre l’obésité : faisons le point sur les solutions chirurgicales

Obésité

Journée mondiale contre l’obésité : faisons le point sur les solutions chirurgicales

Lire l'article

Fiche maladie