Fiche Kyste à l'ovaire

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la cause la plus fréquente d’infertilité chez la femme, liée à l’absence d’ovulation
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Ovaires polykystiques

Beaucoup de femmes de savent pas qu’elles souffrent du syndrome des ovaires polykystiques jusqu’à ce qu’elles essaient de tomber enceintes, mais sans succès.

Les termes « ovaires polykystiques » se réfèrent à de multiples kystes (poches remplies de fluide) qui se développent dans un ou même les deux ovaires. Beaucoup de femmes présentant des ovaires polykystiques sont asymptomatiques ; cependant, les kystes ne sont pas non plus toujours nécessaires pour établir le diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques.

Une femme qui présente deux des caractéristiques suivantes peut être affectée du syndrome des ovaires polykystiques :
- L’absence chronique d’ovulation, qui entraine l’irrégularité menstruelle ;
- Un taux élevé d’androgènes, qui n’est pas associable à d’autres causes ou conditions ;
- La présence de kystes dans un ou dans les deux ovaires.

Les femmes chez lesquelles on diagnostique un ovaire polykystique peuvent présenter des symptômes caractéristiques, mais ne pas avoir de kyste dans leurs ovaires. De la même manière, certaines femmes qui ont des kystes dans les ovaires ne présentent pas les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques.

De plus, beaucoup de femmes ignorent être affectées du syndrome des ovaires polykystiques jusqu’à ce qu’elles parlent à leur gynécologue de :
- Infertilité : l’impossibilité de tomber enceinte avant 30 ans, après 12 mois de rapports non protégés ou encore l’incapacité de porter à terme la grossesse ;
- Des irrégularités menstruelles et d’ovulation, telles que l’absence de menstruations (aménorrhée), des altérations des rythmes des menstruations, des cycles douloureux et des pertes de sang sans ovulation ;
- La croissance excessive de poils : plus de 70% des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques manifestent un hirsutisme, en général sur le visage, la poitrine et l’abdomen ;
- Une grave acné.

On ne connait pas les causes exactes du syndrome des ovaires polykystiques. Cependant, une certaine hérédité du syndrome est présente, et il pourrait même exister une composante génétique même si, comme les symptômes peuvent varier d'une génération à l'autre, il existe sûrement d'autres facteurs importants.

Il est donc évident que le syndrome des ovaires polykystiques est le résultat d’une combinaison de facteurs, parmi lesquels des altérations génétiques et des caractéristiques environnementales.

En savoir plus sur les Ovaires polykystiques

La première étape pour le diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques est d’exclure la présence d’autres dysfonctions qui peuvent provoquer les mêmes symptômes. Certaines de ces conditions comprennent :
- Des glandes surrénales qui produisent des hormones en excès (hyperplasie surrénale) ;
- Le corps qui produit trop de cortisol (syndrome de Cushing) ;
- Des problèmes de fonctionnalité de la glande thyroïdienne ;
- L’hypophyse qui produit de la prolactine en excès (hyperprolactinémie).

Une fois que ces dysfonctions sont exclues, le médecin effectue l’anamnèse familiale, afin d’évaluer l’état de santé des proches parents, car les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques sont souvent présents chez plusieurs membres d’une même famille.

Une prise de sang est ensuite effectuée afin de déterminer les taux d’hormones dans le sang, et en particulier des androgènes.

Etant donné que le syndrome des ovaires polykystiques comprend une grande variété de symptômes, les médecins peuvent prescrire différents médicaments afin de résoudre les problèmes.

Avant toute chose, le changement du style de vie est important pour le traitement du syndrome des ovaires polykystiques : il faut donc que la patiente suive un régime hypocalorique, qu’elle perde du poids et qu’elle pratique une activité physique plus importante.

Il est aussi important qu’elle évalue l’importance de sa fertilité au moment de choisir la stratégie thérapeutique, car certains des traitements les plus fréquents empêchent une éventuelle conception ; il est donc essentiel que la patiente prenne conscience des alternatives qui existent avant de choisir un traitement.

Certains traitements permettent de réduire les symptômes induits par les taux élevés d’androgènes, et comprennent :
- Les contraceptifs oraux ;
- Les médicaments qui augmentent la sensibilité à l’insuline ;
- Des anti-androgènes ;
- L'eflornithine : ce médicament en crème est utilisé pour ralentir la croissance des poils, en particulier sur le visage;
- Des rétinoïdes, agents antibactériens et antibiotiques contre l’acné.

Même si le syndrome des ovaires polykystiques est une des principales causes de la stérilité chez la femme, certains cas ne sont pas irréversibles et peuvent être traités. La patiente qui présente des ovaires polykystiques peut donc tomber enceinte, parfois naturellement, ou dans d’autres cas en étant aidée.

Sources : International Diabetes Federation

Kyste à l'ovaire sur le forum

Forum
21/11/2017 à 22:11

Un membre a réagi à la discussion Les symptômes de l'endométriose

Voir sa réponse
Forum
20/11/2017 à 11:53

Un membre a réagi à la discussion Soigner le prolapsus génital

Voir sa réponse
Voir le forum Kyste à l'ovaire

Enquêtes Kyste à l'ovaire

  • Je partage mon expérience
  • J'échange avec d'autres patients
  • J'obtiens des informations

La communauté Kyste à l'ovaire

  • 85 membres

  • 3 traitements

    • LUTERAN 10MG CPR,COMPRIME
      6 évaluations
    • ANDROCUR 50MG CPR,COMPRIME
      3 évaluations
  • 85 membres

  • 85 membres

Rejoignez les 150 000 patients

inscrits sur la plateforme

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme