Comment un couple survit à travers la maladie mentale ?

/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

3 réponses

68 lectures

Sujet de la discussion


Posté le

Je suis en couple avec mon amoureux depuis presque 2 ans et nous sommes fiancé depuis 4 mois. J'ai 21 ans et lui 24 ans. Le mariage est pour cet automne mais il m'arrive de me demander si c'est encore une bonne idée...

Je l'aime ! Il a de très belles qualités qui font de lui une bonne personne et un bon amoureux. Mais ce n'est pas facile de vivre avec lui au quotidien à cause de ses maladies (TDAH, trouble de personnalité limite et Gilles de la Tourette). Il prend sa médication mais cela n'a plus tellement d'effet et il ne peut pas augmenter sa dose étant donné qu'il prend les doses les plus fortes. Son médecin lui a dit qu'il devait apprendre à se contrôler mais malgré ses efforts, ce n'est pas une grande réussite !

Bref, ses maladies ne m'ont jamais fait peur ! Cela fait partie de lui et je l'aime comme il est ! Cela le rend spécial et unique ! Par contre il me demande énormément de temps et d'énergie que je n'ai pas toujours !

Je crois être une personne assez patiente et compréhensive. Je m'efforce de me mettre à sa place et de l'aider du mieux que je peux dans notre quotidien. Cependant, entre les études à temps plein, le travail à temps partiel, l'appartement et avoir à le gérer... ça commence à en faire beaucoup ! 

le problème au final c'est son manque d'empathie et d'autonomie. Il n'arrive pas à voir au delà de sa propre perspective. Et c'est très lourd pour moi avoir à lui dire toujours quoi faire, devoir toujours tout reformuler, qu'il me demande toujours mon approbation pour tout et qu'il soit incapable de se mettre à ma place quelque fois ...

En plus, j'ignore si c'est le stress, la fatigue, la température ou si je n'ai tout simplement plus de patience, mais c'est temps-ci on ne fait que se disputer ! Et à chaque fois qu'on se dispute (même si c'est une petite dispute sans importance) il se met à avoir terriblement peur que je le quitte. J'ai beau lui expliquer que ce n'est pas parce qu'on se dispute que je vais le quitter, à chaque petite querelle, il recommence à avoir peur. Et cela nous empêche de bien communiquer et de régler se qu'il y a à régler.

Je ne cherche pas de formule magique ou de recette miracle ! Je ne cherche pas non plus à le changer. Tout se que je veux ce sont des trucs, des astuces, des outils pour m'aider à l'aider ! Des conseils qui pourront améliorer notre quotidien et rendre notre train de vie moins penible! 

Début de la discussion - 20/12/2019

Comment un couple survit à travers la maladie mentale ?

Posté le

@kittycharly@Yacine7@Claudia91@brokenbitch;;@anipeps@BorderlinePower@Gribouille35@Alix13540@Floflo31@Moogly7@sinbad01@HARRYBAURE@marina1‍ ‍ @drinou83‍ bonjour à vous !

La question est assez personnelle mais peut-être avez-vous des conseils à donner à @Sellybelly‍ pour l'aider à mieux vivre au quotidien face à la maladie de son compagnon ?

P‍assez de belles fêtes,

Louise 

Comment un couple survit à travers la maladie mentale ?
1


Posté le
Bon conseiller

@Sellybelly‍  bonjour,

Ton compagnon, dans les pathologies qu'il a, en a déjà une qui se traite et se "guérit", il s'agit du trouble borderline. Et ce que tu décris de sa peur que tu le quittes est liée à celle-ci étant donné qu'il s'agit d'une pathologie dite ""abandonnique" il a donc peur que tu l'abandonnes.

Je suis en couple depuis 8 ans. J'étais borderline (et je le mets bien au passé), et aujourd'hui je suis en passe de me faire dépisté le TDAH.

Mon mari a toujours été à mes côtés, mais il a un tempérament où les choses glissent sur lui.  Ce n'est pas que mes pétages de plomb ne lui faisait rien, mais en tout cas il savait que ça passait, donc il attendait juste que ça passe.

Pour ce qui est du trouble borderline (si vraiment il y a trouble borderline, car le tdah avec impulsivité a exactement les mêmes symptomes que le borderline), s'il est suivi par quelqu'un de compétent (et ces praticiens sont rare), pourra venir à disparaitre au niveau de la symtomatologie. Pour le TDA, étant donné qu'on est sur une particularité neuro-cognitive (et donc pas une pathologie), c'est plus compliqué, mais par contre il peut apprendre à vivre avec, il existe aujourd'hui des thérapies, des méthodes, qui permettent au TDA de vivre mieux et d'être moins impacté par ce problème. 

Ma psychiatre pense fortement que je suis tdah, clairement je n'ai pas besoin de médicament pour réguler ni le tdah, et mon trouble bordeline s'est amélioré quand on a diminué et supprimé les traitements (avec accompagnement bien sûr). A côté de cela, j'ai appris à me connaitre , identifier ce qui déclenchait mes crises, et un excellent travail psychothérapique m'a clairement remise dans le droit chemin. Pour le tda je suis passée à la méditation (outil reconnu extrêmement efficace pour les tdah), et j'attends le retour de mon bilan pour voir si je fais de le remédiation cognitive, neuro feedback, ou autre.

Vous êtes jeune, il est normal qu'a son âge il n'arrive pas encore à tout juguler de ses problématiques; Le syndrome Gilles de le tourette, que je connais, est bien plus complexe. Ce syndrome tu ne peux pas envisager qu'il "guérisse", par contre vous pouvez trouver les situations qui accentuent les moments où il sort plus de gros mots etc...il me semble que les situations de stress majeur l'apparition du syndrome si je ne me trompe pas....Mais ce point il faut que tu apprennes à faire avec.

Pour les 2 autres points, tu peux l'accompagner, l'inciter à changer de thérapeute, l'accompagner dans ses démarches. Mon mari a toujours été soutenant. Il m'a poussé à travailler, m'a toujours soutenu dans mes projets, m'a poussé à changé de psychiatre et de centre de soin, à mettre de la distance avec mes parents. C'est aussi grâce à lui qu'aujourd'hui je vis normalement, avec un enfant, un travail, plus aucun médicament et une stabilité psychique. Car il a toujours été présent. 

Les personnes souffrant de trouble borderline ont besoin d'un accompagnement avec un psychologue ou psychiatre qui connait très bien le trouble, et ce sont des personnes qui ont besoin de "coups de pieds aux fesses"...bien sûr elles te diront que non, mais elles ont besoin d'être secouée. Les thérapies douces, ou on va pleurer avec le patient semble leur faire du bien, mais des fois aggrave le problème sur le long terme. Ma psychiatre, face à ce trouble , me voyait jusqu'à 2 fois par semaine, et à remplacer les médocs par sa présence...aujourd'hui je la vois tous les 2 mois, et n'est plus besoin d'elle.....par contre clairement elle m'a bousculé, poussée dans les retranchements, poussé à prendre de la distance avec mes parents, et mon conjoint lui, appuyait ce qu'elle elle faisait...

Résultat nous sommes mariés depuis 6 ans, en couple depuis 8, et notre couple va bien, car je vais bien. 

En mon sens si ton conjoint accepte de se faire prendre en charge peut etre différemment, d'explorer d'autres pistes, qu'il montre son investissement dans les soins, et qu'il a vraiment envie de s'en sortir, il ne pourrait à la sortie ne lui rester que le syndrome de la tourette de visible. Le tdah on apprend à le gérer, le trouble borderline lui on peut en devenir résilient (j'ai écrit un témoignage sur ce site si tu veux aller le lire).

Par contre il faut que tu saches que cela ne se fera pas en un claquement de doigt, que cela peut prendre des années. On dit, communément, que le trouble borderline, a pour habitude de s'améliorer vers 30 ans....mais a condition aussi que le suivi soit adapté en face. Clairement s'il est suivi en cmp par exemple, ça risque de s'éterniser.....

Si tu as des questions plus précise n'hésite pas. Et surtout ne rentre pas dans son jeu, un borderline se victimise souvent, a toi de lui rappeler qu'il a des choses bien dans sa vie, et qu'il est acteur de ce qu'il se passe pour lui. Les borderlines testent aussi beaucoup la solidité de l'autre en face, pour être sûr de ne pas être abandonné, il faut que tu tiennes bon, quand il verra que quoi qu'il fasse tu es toujours là, il sera aussi plus apaisée et il pourra avancer....

Comment un couple survit à travers la maladie mentale ?

Posté le
Je tiens d'abord à vous remercier. Si j'ai recours à ce site c'est parce que je veux aider et soutenir mon amoureux même si je ne sais pas exactement comment faire. Votre message m'a grandement aidé et je vous en suis très reconnaissante. Pour se qui en est du syndromes de la Tourette de mon copain, je sais que cela ne se guéri pas. Je sais pas contre qu'il y a des méthodes pour diminuer les tics moteurs et verbaux mais je désir pas qu'il en ait recours puisque ses tics ne me dérange aucunement. Au début de notre relation je trouvais même cela "adorable" ! Ça lui a prit du temps pour comprendre qu'il n'avais pas à avoir honte de ses tics ni de devoir se contrôler devant moi ... J'ai dû, moi aussi, éloigner mon copain de sa famille. Comme vous dites, il est le genre de personne qu'on doit pousser dans le cul pour qu'il bouge ! Cela m'a prit presque 1 an pour lui faire comprendre que le lieu familiale dans lequel il vivait était malsain ! Ce n'est pas pour mal faire, ses parents faisaient de leur mieux pour l'aider avec ses maladies mais rendu à un certain âge (22, 23, 24 ans) subir autant de restriction et de contrôle nuit à la personne plus qu'autre chose ... Bref, je crois que c'est en partie à cause de cela aussi s'il n'arrive pas à se gérer lui même étant donné que ses parents ne lui ont jamais donné la chance de prendre ses décision et de se débrouiller par lui même ! Pour se qui en ait de la méditation, je pratique la méditation pleine conscience depuis quelque années déjà, même avant de rencontrer mon amoureux. De nombreuses fois je lui ait parlé des biens faits de la meditation mais chaque fois il ne semblait pas intéressé... mais comme vous dites il a peut être besoin que je le pousse un peu ! Par contre, il a un psychiatre qu'il voit seulement 1 fois par année pour renouveler ses médicaments, il ne fait pas de thérapie... il est peut être là le problème ! Il a déjà eu des suivit avec des intervenants mais il n'en fait plus à présent. J'ai commencé à lui mettre peu à peu l'idée dans la tête et il semble plutôt optimiste. Je vous en redonnerai des nouvelles Merci encore ! Joyeuses fêtes !