Borderline et tentatives de suicides

/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

11 réponses

128 lectures

Sujet de la discussion


Posté le

Bonjour, 

Je suis nouvelle sur le forum. 

Alors voilà, j'ai été diagnostiquée borderline en février 2018. 

J'ai été hospitalisée 16 fois depuis début 2016 en psychiatrie dans plusieurs hôpitaux et cliniques. 

J'ai réalisé 5 tentatives de suicides dont 2 qui m'ont amené en réanimation étant tombée dans le coma et 2 en déchocage pour revenir à moi même par stimulations sensorielles et avaler du charbon en solution... Oui j'ai ressuscité à chaque fois et je viens à me dire après analyses que mes techniques pour mettre fin à mes jours sont mal étudiées. Mais....

Il se trouve qu'il y a quelques jours, je me suis de nouveau scarifiée le poignet gauche, 3 entailles entre 9 et 5cm.

Je commences à sombrer totalement, l'espoir n'est plus là mais envie de disparaitre est bien là. J'ai des idées noires en tête, de nouveaux plans d'actions qui s'établissent et dans tout ça personne de mon entourage ne veux que je consulte mon psychiatre que je ne vois plus en raison des mesures de confinement depuis ma sortie de l'hôpital psychiatrique le 25 février 2020. Ma généraliste que j'ai vu la semaine dernière m'a alerté que si ça n'allait vraiment pas, qu'il ne fallait pas que j'hésite à me rendre aux urgences mais au vue de la crise sanitaire j'ai vraiment pas envie de déranger le personnel soignant avec mon comportement suicidaire. 

Je ne tiens plus, je me scarifie pour apaiser ma tempête intérieure. Je ne dors plus la nuit, je ne mange plus qu'un demi repas par jour, j'ai perdu 14 kg depuis fin février, je suis très fatiguée et très instable. 

J'ai de mauvais souvenirs de mes allers et retours à l'hôpital entre la chambre d'isolement et les contentions mais aussi des agressions sexuelles provoquées par le même connard, 2 fois par jours pendant 3 jours sur une même hospi. Je peux vous dire qu'en plus d'être borderline, je suis maintenant atteinte de trauma. J'ai des flash back et cauchemars à répétition... 

Je ne sais plus quoi faire, écouter mon entourage qui me dit que l'hôpital est nocif pour moi et que je dois me reconstruire dans la vraie vie ou alors écouter ma généraliste et m'écouter et me dire que je pourrais enfin me sentir "en sécurité" dans un service psy. 

Je ne sais pas quoi faire, hôpital ou disparaître carrément sans embêter personne ... 

J'ai besoin d'aide, de conseils, d'orientation, d'avis, de soutiens et c'est pour cela que c'est la première fois que je m'inscris sur un forum dédié. 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout, en espérant avoir des réponses qui me permettront de prendre les bonnes décisions. 

Début de la discussion - 13/04/2020

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonjour @Filleduvent‍ ,

D'abord je voulais te dire que tu as beaucoup de courage de venir témoigner ici, et demander de l'aide.

Il n'est pas facile de vivre avec le trouble borderline. Je n'ai moi-même jamais été hospitalisée, mais quand j'étais au plus mal et que j'en ai fait la demande, on m'a refusé sous pretexte que je n'avais pas d'antécédants hospitaliers...

Bref, chaque histoire est différente, mais le sentiment de mal-être et de vide est le même. 

Je ne saurais trop te conseiller d'aller aux urgences psy. Tu ne peux pas rester comme ça à te faire du mal. Ce n'est pas parce qu'on est en pleine pandemie que les autres affections n'éxistent plus. Tu as besoin d'aide, tu as besoin. de soins, d'être écouter.

Je te conseille aussi de porter plainte pour les agressions sexuelles que tu as subis. Non seulement pour toi, pour punir l'agresseur, pour que cela n'arrive pas à d'autres. Tu vas avoir besoin de te reconstruire, et cela passe par la reconnaissance de ce qui t'es arrivé.

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonsoir @kittycharly‍ 

Merci sincèrement pour ta réponse. Quand j'ai vu que je n'avais pas de réponse sur mon post j'étais désespérée mais là tu me réconforte. 

Comment as-tu surmonté les crises ou les états de mal être profonds sans être hospitalisée ? Tu as pu quand même avoir un psychiatre et/ou un psychologue ? Tu es toujours suivie ? 

Tu as été diagnostiqué Borderline il y a combien de temps ? Parce que tu me donne l'impression d'avoir du recul sur la maladie. 

Effectivement, et ce, parce que nous sommes tous différents même si on a une même pathologie mais elle a plusieurs nuances ! Pour ma part, je suis très impulsive et l'autodestruction rime avec ma personnalité. Et le trop plein d'émotions me fait exploser ... Je suis très hypersensible. Comment tu fais pour gérer tes émotions ? Tu as des techniques de désamorçage en cas de crise ? Ton mal être s'exprime comment ?

Je me suis encore fait du mal, ne dors toujours pas la nuit et ne mange plus, je suis vraiment épuisée.

Je sais que je ne peux pas rester comme ça. Ma psychologue qui me suit depuis 1 ans à répondu à mon appel et je la vois jeudi en visio. Normalement depuis les mesures du confinement elle a fermé son cabinet mais là elle m'a dit que ce serait nécessaire ! Je mets tout mes espoirs sur l'entretien qu'on aura ... 

Pour les agressions que j'ai subie par le patient en secteur fermé, j'ai portée plainte moins d'une semaine après et j'ai été transférée tout de suite aux urgences pour être prise en charge dans un autre service et éviter les represailles. Quand le confinement sera fini j'ai rendez vous dans une unité médico judiciaire pour continuer l'enquête. Je me sens tellement coupable de ne pas avoir su dire NON. C'est de ma faute tout ça ... Je n'ai fait que rajouter un traumatisme à ceux déjà existants. 

En tout cas MERCI. 

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonjour @Filleduvent‍ 

Quand j'ai voulu être hospitalisée, on m'a refusé, mais on m'a orienté vers un cmp. Moins d'une semaine après je voyais un psychiatre, et on a mis en place un traitement. C'est cela qui m'a permis de m'en sortir dans un premier temps, puis les séances avec la psychologue.

Depuis l'âge de mes 15 ans (j'en ai maintenant 34), mon généraliste pensait que j'étais bipolaire. A l'époque je ne voulais pas me prendre en charge si on peut dire. Ce n'est qu'en 2012, avec l'aide de mon mari, que j'ai décidé d'aller au centre expert des troubles bipolaires à Paris, pour enfin avoir des réponses. J'y ai passé plusieurs entretiens avec une psychiatre et une psychologue, bcp de tests psychologiques, et il en est ressortie que je n'étais pas bipolaire mais plutôt borderline.

Je suis moi-même très impulsive et très hypersensible. J'ai la chance d'avoir un mari qui commence à comprendre comment je fonctionne et qui me met en garde quand ça va trop loin ou mal tourner. Sinon, je fonce tête baissée.

Au niveau de l'humeur, ça varie selon les jours, les heures même. Grâce à mon suivi/travail avec la psychologue, j'apprends à les accepter, à remonter la pente quand ça va trop mal. Avoir une bonne hygiène de vie c'est super important ausssi: sommeil, alimentation, medicaments si besoin, activité physique, liens sociaux...

Tu as bien fait de porter plainte, je suis contente que tu l'ai fait. Tu n'es pas coupable des agressions qui te sont arrivées, tu etais dans une situation de grande vulnérabilité et un monstre en a profité. Tu es VICTIME, pas coupable.

Un truc bête, mais je suis très sensible à la musique. J'en écoute tous les jours, dès que je peux. Les chansons accompagnent mes humeurs bien sûr, mais ça m'adoucit. Si tu es sensible à un art quelqu'il soit, utilise-le comme un outil pour tes humeurs et ton mal-être... Ca peut être du dessin, de la peinture, de la sculpture, du coloriage, de la musique, de la danse, ce que tu veux... J'ecris aussi bcp mes émotions dans un journal, presque quotidiennement, ca aide à se décharger et à prendre du recul.

Tu n'es pas seule. N'hésite pas à me parler.

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonjour @Filleduvent‍ 

De ce que je peux lire, la situation est assez urgente pour que vous alliez aux urgences. Ne restez surtout pas comme ça au risque de faire une bêtise... 

Tenez nous informés et prenez bien soin de vous,

Candice de l'équipe Carenity

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonsoir @kittycharly‍ 

Je suis contente que tu es pu avoir un suivi avec psychiatre puis psychologue, c'est tellement important. Je penses que le CMP est une réelle alternative à l'hospitalisation qui peut être traumatiquea.  Moi au début j'avais peur de m'exprimer face à mes souffrances par peur que l'on ne me comprenne pas et puis avec le temps on apprend à faire confiance à ces professionnels de santé mentale. Bon je suis toujours aussi mefiante face à un psychiatre, avec leurs délivrances de médicaments en quantité astronomique sans connaître vraiment les impacts neurologiques à long terme, je penses qu'il y a un lien avec le fait qu'il faut faire fonctionner les usines pharmaceutiques... Ce n'est que mon point de vue. 

D'accord je comprends mieux, tu sais, on m'a moi même dans un premier temps diagnostiquée bipolaire et comme toi j'ai passé une série de tests, de ma propre initiative dans un hôpital parisien. Il c'est avéré que j'avais le trouble de la personnalité borderline. Et là, je ne savais pas ce que cela signifiait j'avais 22 ans (dans 2 mois j'en aurai 24!) Aujourd'hui j'ai beaucoup appris de cette pathologie, et je comprends les réactions excessives voir radicales que je peux avoir. 

Effectivement, c'est une chance d'être bien entourée ! Tu as trouvé un certain équilibre grâce à ton mari qui te permets de faire face à ton impulsivité, pour l'hyperémotivité là il n'y a pas de miracle à part mettre en place des techniques de protection de soi. Penser à soi, ça peut paraître égoïste mais on ne peut pas porter le poids du monde sur nos épaules. 

Merci beaucoup. Mais je me sens coupable et je serai coupable jusqu'à ce que ce connard soit en prison et que là je comprenne que oui le coupable est bien lui. Pour l'instant j'ai beaucoup de culpabilité. Le rdv à l'UMJ est la semaine prochaine, je vais être évaluée sur les traumas par psychiatre et psychologue. Là je peux à tout moment être hospitalisée vu dans l'état où je suis... Mais je vais montrer que ça va parce que je ne veux pas être hospitalisée... 

Je sais qu'avoir une hygiène de vie c'est important mais depuis que je suis sortie de hôpital psy fin février j'ai oublié ce qu'est une hygiène de vie je me laisse complètement aller et le confinement me fait vraiment perdre la notion du temps. J'écoute beaucoup de musiques aussi !! Et j'écris comme toi dans ce que j'appelle mon journal de bord mais ça fait 2 mois que je bloque et rien ne sort. 

Merci pour ton soutien, je me sens comprise et surtout pas seule. 

Je vais juste rajouter quelque chose, mon grand père avec qui j'avais une réelle complicité, nous a quitter jeudi matin. Un coup très très dur puisqu'il a été diagnostiqué la veille de sont départ et il y avait plus rien à faire. Juste partir avec sérénité et dignité. J'ai ressentie des émotions intenses, j'en ai même vomi, j'étais anéantie et bizarrement mes intentions suicidaires ont disparu comme si ma mission était bel et bien sur cette Terre et je me dois d'être forte pour mes proches. Je n'ai pas le droit de me faire du mal et faire du mal à mon entourage. Cette période est déjà assez compliqué comme ça.

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonsoir @Candice.S‍ 

Merci de votre message et du conseil. 

Alors voilà, il y avait urgence il y a quelques jours mais là j'ai perdu mon grand père il y a 2 jours et j'ai mis mes intentions suicidaires de côté le temps que ma famille souffle un bon coup. 

Je ne sais pas ce que l'avenir me préserve mais je suis vraiment écorchée vive ! 

Finalement je ne veux plus entendre parler d'hospitalisation, je préfères disparaître plutôt que de repasser par l'isolement, les contentions, les injections et j'en passe, je suis une fille du vent ! Je suis faite pour vivre entre les mailles des filets de la société et libre de m'envoler comme je le souhaite. 

Pour l'instant je ne m'envolerai pas tout de suite, j'attends que ma famille fasse ce deuil avant de faire le mien. 

Ne vous inquiétez pas, je gère. 

Si vous pensez que je me trompe n'hésitez pas... je reste ouverte.  

Borderline et tentatives de suicides
2


Posté le

@Filleduvent Bonjour,

Je ne suis pas borderline, je suis atteint de tocs et de bipolarité, mais...j'ai lu ton dernier message, et je peux comprendre ce que tu vis, ayant perdu au mois de juin dernier ma grand-mère chérie. C'était il y a presque un an, mais...je n'arrive toujours pas à croire qu'elle est décédée. Je ne connais que partiellement ton vécu, je suis passé par là aussi, et récemment je me suis dit que...ne trouvant pas ma place dans ce monde, étant sans cesse en décalage avec les gens "normaux", n'acceptant rien de cette société...j'étais voué moi aussi à "passer". Je ne me suis jamais senti bien dans cette société. Et puis...j'ai toujours pensé que ma vie serait courte, plus courte que ceux qui veulent une vie "normale". Peut-être qu'une maladie m'atteindrait jeune, ou que j'en finirais avec la vie! En tout cas je n'étais pas destiné à rester dans ce monde de fous.

Sauf que...la vie n'est pas SEULEMENT souffrance. A un moment, tout peut renaître. Le bonheur peut remplacer le désespoir...parce qu'on a une vie devant nous, et des opportunités, tous les jours, pour être heureux ne serait-ce que trois minutes par jour, ou plus, au départ. Accroche-toi...!!! Accrochons-nous...!!! En tout cas, ne te fais pas de mal, s'il te plaît...

Bon courage.

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

Bonsoir tous le monde...

C'est très dur de lire vos messages. Et c'est avec toute ma compassion que je vous souhaite de tous vous rétablir et de trouver ne serait ce qu'une petite paix dans votre vie. 

Pour ma part c'est un peu complexe. Je n'ai pas vraiment été diagnostiquée en 2017,j'ai été internée dans un hôpital à la suite de scarifications et prise de médicaments. Pendant ce séjour j'ai vu 3 psychologues différents. Puis un jour,vous pouvez sortir,merci au revoir. Je ne m'étais pas sentie à l'aise la bas... J'avais juste le droit a un balai d'infirmières nettoyant mes points et vérifiant que j'ai bien pris mon tercian. La seule personne qui me montrait un peu d'intérêt, c'était une des femmes de ménage du service. A ma sortie on m'a proposé un suivi avec un psychologue de l'hôpital qui m'avait pris en charge la première fois. J'ai dis oui,mais a ma sortie je n'ai jamais donné de nouvelle...

A la suite de ça , c'est le cauchemar qui continue. Sentiments d'être incomprise, envie suicidaire, impulsivité envers moi même et autrui. Dépendance aux drogues durs, alcool.... Combien de personnes ont prit la fuite a cause de mes humeurs changeantes... Quand je rencontre une personne,je sais quel ne va pas rester... Et quand elle part c'est la crise. Depuis avec cette peur de ne pas être acceptée et de l'abandon je refuse de faire des rencontres. De prévoir des choses avec plusieurs personnes. Ce qui devient invivable pour mon copain... Qui m'a vu me tabassée,me scarifier,piquer des colères noires qui ne comprends pas sur le moment et que je n'arrive jamais à calmer rapidement... Arrivée dans ces moments là,c'est le vide. Je peux ne pas manger pendant plusieurs jours,ne pas me laver aussi... Et les envies de suicides arrivent. Dans ma vie je ne saurais même pas dire si j'ai vécue un moment heureux dans ma vie... A cause de mon comportement j'ai toujours eu une image négative,nocive, je me considère comme un poison,et pour moi,et pour mon entourage...  J'ai aujourd'hui 27 ans. J'ai décider l'année dernière de consulter un psychologue... Il se montre assez inquiet et me demande de consulter un psy. Je ne contrôle plus rien... J'ai dû arrêter de travailler,voir du monde et sortir et devenu un calvaire pour moi,car je peux réellement passer du blanc au noir . Si je perds mon copain je ne sais pas comment je vais être... Et je sens qu'il est à bout, qu'il rencontrera quelqu'un de plus simple,avec qui se projettait,comment le faire avec quelqu'un qui le menace toujours qu'il la retrouve ra pendu... Si je parle du trouble borderline c'est parce que j'ai commencé à me renseigner a chercher tous les troubles mentaux qui pouvait exister,il fallait que je trouve . Que je mette un nom sur cette hyperémotivité qui me détruit au fil des jours. ( Pendant le covid j'ai commencer à faire des crises d'angoisse,qui me coupe la respiration nette ,depuis je peux même pas fumer une seule cigarette,ce qui rend mon sevrage a la nicotine difficile,et j'ai été diagnostiquée anorexique à ce moment là aussi) Je suis tombé sur le trouble de l'Etat limite, borderline. J'ai commencé a croire que ce pourrait être ça . Je vois d'ailleurs mon psy dans 2 jours,j'ai hâte de lui en parler,j'ai envie de lui demander de faire des tests. J'ai besoin de savoir et vous lire me donne envie d'y croire... Car je retrouve toute la souffrances que je ressent en lisant vos écrits. Je suis perdue,je suis épuisée. J'ai l'impression d'être foutue. J'ai lu par ailleurs qu'en France il n'y avait pas ou peu de thérapie aidant les personnes atteintes de ce troubles a se sortir de ce gouffre. Seul l'Allemagne et les États Unis prennent ces troubles comme des réels problèmes et qu'il faut que l'on soit soignés. Mais en vous lisant j'ai espoir,excusez moi d'être répétitive dans mes mots. Même si je sais que je n'aurais jamais une vie normale, j'espère un jour pouvoir trouver un peu de repos.. je vous remercie d'avance,vous soutiens du fond du coeur et vous souhaite un bon courage . 

Mollie 

Borderline et tentatives de suicides

Posté le

J'aimerais vous demander cela,et je vous demande aussi pardon d'avance,mais avez vous des astuces ,des sortes de rituels pour aller mieux par la suite?  Je ne sais pas comment sortir de cette engrenage, mon expérience en psychiatrie ne m'a pas aider,je ne me sens pas d'y retourner .. j'ai essayer le yoga le sport,mieux manger,me dire que ça va être une belle journée chaque matin,rien mise a part le vide et mes envies de me détruire ... Et selon ce que me dis mon psy ( qui pense que je suis juste TRÈS hypersensible...) Selon ce qui va me dire j'ai encore une fois avoir l'impression que personne entend mes appels a l'aide ... C'est pour ça que je viens vers vous,j'ai l'impression que je serais plus comprise par vous que mon entourage ou les amis,qui refuse d'entendre que j'ai un problème.