Une victime d'AVC sur quatre décède dans l'année

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/maladies-cardiovasculaires.jpg

Patients Maladies cardiovasculaires

2 réponses

25 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Bon conseiller
Les AVC sont une cause importante d’incapacités et de décès. La mortalité à un mois des hémorragies cérébrales est cinq fois plus élevée que celle des infarctus cérébraux, d'après la Drees.    A la veille de la Journée mondiale des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), le chiffre peut faire froid dans le dos. D'après une étude la Drees (1) publiée ce mercredi, en 2008 et 2009, près de 200 000 personnes ont été hospitalisées pour un accident de ce type en France.  Il s'agit d'un ensemble de syndromes se manifestant par l’apparition brutale d’un déficit neurologique dû à des lésions cérébrales d’origine vasculaire.  On retrouve ces accidentés de la vie dans toutes les tranches d'âge. 29 % étaient en effet âgés de 18 à 64 ans, la moitié avait entre 65 et 84 ans et 21 % au moins 85 ans.   14,5 % de décès lors de l’hospitalisation initiale

Sur la pathologie par laquelle ils ont été frappés, la Direction note que la grande majorité de ces patients a fait un infarctus cérébral (62 %). Elle explique qu'il est « consécutif à l’obstruction d’une artère cérébrale ». Les autres malades ont, pour leur part, été frappés par un AVC hémorragique (26 %), dû à la rupture d’un vaisseau sanguin.  Des accidents loin d'être anodins puisque les AVC sont une cause importante d’incapacités mais aussi de décès. La part des patients décédés s’élevait à 14,5 % lors de l’hospitalisation initiale, à 16 % dans le mois qui a suivi l’AVC et à 28 % dans l’année.   Les hémorragies cérébrales plus mortelles 

Pour ces personnes qui ne survivent pas aux AVC justement, la mortalité liée à des hémorragies cérébrales est la plus importante. La Drees conclut à un taux de décès à un mois presque cinq fois plus élevé que celui des infarctus cérébraux, et presque trois fois plus à un an.  Mais malheureusement pour les malades, dans tous les types d’AVC, les pathologies chroniques augmentent « de façon notable » la mortalité à un an.  Leur poids comme cause initiale de décès augmente au fil du temps, conclut-elle.  L’analyse de la Drees montre cependant une meilleure survie pour les patients ayant bénéficié d’un passage en lit de soins intensifs.   Résultat de tout cela, les AVC représentent aujourd'hui, en France, la première cause de mortalité pour les femmes et la troisième pour les hommes. Ils constituent aussi une cause majeure de handicap, et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Source : Pourquoidocteur.fr  

Début de la discussion - 29/10/2015

Une victime d'AVC sur quatre décède dans l'année


Posté le
Bon conseiller

.

Une victime d'AVC sur quatre décède dans l'année


Posté le
Bon conseiller

Ma mère est décédée d'un AVC l'année dernière, elle avait 91 ans.

Discussions les plus commentées