«
»

Top

Coronavirus : « J’ai dû être plongée dans le coma »

Publié le 19 mai 2020 • Mis à jour le 26 mai 2020 • Par Candice Salomé

Zazou77, membre de la plateforme Carenity France, est atteinte de fibromyalgie et de stéatose hépatique non alcoolique notamment. Contaminée par le Covid-19, elle a dû être hospitalisée et plongée dans le coma. Comment va-t-elle aujourd’hui ? Comment a-t-elle vécu la situation ?

Coronavirus : « J’ai dû être plongée dans le coma »

Bonjour Zazou77, vous avez désiré témoigner suite à une infection au covid-19, pouvez-vous nous raconter à quel moment vous avez pensé être infectée par la maladie ? Quels ont été vos premiers symptômes ?

Au départ, je pensais juste avoir une bonne grippe : état fébrile, migraines, faiblesses musculaires, toux… Je me suis vite mise sous la couette et j’y suis restée. Mais le soir du quatrième jour, j’avais des difficultés à respirer de plus en plus intenses.

Comment pensez-vous avoir attrapé le virus ? Preniez-vous bien toutes les mesures barrières en considération ?

Hélas, non ! Il y a quelques mois, j’ai intégré une formation de conseillère en insertion professionnelle, à la suite d’une reconversion imposée par la médecine du travail. Et malheureusement, mes collègues, malades, ne se sont pas mis en arrêt pour éviter de subir une perte financière.

Comment avez-vous réagi ? Vous êtes-vous rendue chez votre médecin ou aux urgences ? Avez-vous été testée positive ? 

Tout est allé très vite ! J’ai appelé le 15 qui m’a questionnée sur mes symptômes et leur évolution. Malheureusement, les urgences étaient débordées cette nuit-là et ils n’ont pas pu m’envoyer une ambulance ou les pompiers. Ma soeur a donc dû me transporter à l’hôpital qui avait été prévenue de mon arrivée. 

Comment s’est déroulé votre prise en charge ?

J’ai été très rapidement prise en charge dès notre arrivée mais la suite… Encore aujourd’hui, je suis incapable de m’en souvenir ! Je me rappelle juste que le quatrième jour, le médecin m’a informé que mon état se dégradait. Je suis passée de 6 litres/O2 à 10 Litres/O2 en l’espace d’une heure. Et pour sauver mes organes qui étaient en souffrance, il fallait me plonger dans le coma. L’équipe a donc immédiatement organisé mon transfert dans un autre département.

Combien de temps a duré votre hospitalisation ? Par quels services êtes-vous passée ? Comment étaient vos relations avec l'équipe médicale ? 

J’ai été hospitalisée durant trois semaines. Les quatre premiers jours, j’étais dans le service des maladies infectieuses de l'hôpital Pasteur à Colmar puis j’ai été transférée dans un autre hôpital à Haguenau. Je me trouve donc dans le Grand Est.  Il s’agit de conditions d’hospitalisation très particulières et sans doute traumatisantes pour certaines personnes mais je dois dire que tout le personnel soignant a été génial ! 

J’ai toujours eu un profond respect pour le personnel médical, de l’agent d’entretien au médecin en passant par l’aide-soignante ou l’élève infirmier. Et là, vraiment, ils ont été magnifiques. Ils prenaient le risque d’attraper le virus à chaque fois qu’ils entraient dans ma chambre, même avec les mesures et les gestes barrières ! Je les ai vu travailler dans des conditions très dures, avec beaucoup de patients à gérer, et pourtant ils étaient toujours là, prêts à répondre aux appels des malades.

Comment avez-vous vécu cette situation ? Etiez-vous inquiète ? Avez-vous pu joindre vos proches ?

J’ai toujours eu une certaine confiance en ma guérison grâce aux compétences et à l’attention extrême des médecins et du personnel médical. 

Finalement, j’ai réellement pris conscience de mon état durant le transfert en ambulance. L’ambulancier m’a dit qu’il avait juste de quoi tenir en oxygène pour la durée du transfert et que s’il y avait un ralentissement sur l’autoroute, je passerais en détresse vitale et les forces de l’ordre devraient intervenir pour ouvrir la voie… Là, j’ai pris conscience que ma vie ne tenait qu’à un fil. Et j’ai pensé à mon fils…

Pendant toute la durée de mon hospitalisation, mon fils était en contact avec les médecins et il a été vraiment rassuré quand je me suis réveillée du coma au bout de six jours. 

Un protocole particulier a été mis en place concernant vos traitements habituels ?

J’ai dû arrêter tous les traitements à base d’anti-inflammatoires. Et durant mon hospitalisation, j’ai eu des séances de kiné et des entretiens avec un psychologue pour m’aider à accepter ce qui venait de m’arriver.

Comment vous sentez-vous aujourd’hui ? 

Cela fait cinq semaines aujourd’hui que je suis sortie de l’hôpital. Il y a des jours avec et des jours sans. Je suis toujours très vite essoufflée et fatiguée malgré la mise en place de séances de kiné respiratoire. D’après les médecins, les personnes ayant été atteintes du virus risquent d’avoir des séquelles sur le long terme, donc à voir !

J’ai, à nouveau, un traitement médical à base d’opium pour soulager la fibromyalgie, qui n’est plus un anti-inflammatoire et qui fait effet.

Comment envisagez-vous le déconfinement ? Craignez-vous d'être contaminée à nouveau ? Prenez-vous des mesures supplémentaires pour vous protéger ?

Je n’ai pas peur du déconfinement, c’est arrivé, voilà tout ! J’ai survécu à ce virus, c’est le principal. Bien sûr, je respecte les gestes barrières, je vais reprendre ma formation fin mai, mais avec une certaine sérénité, cela va de soi !

Peur d’être à nouveau contaminée ? Personne à ce jour n’est capable de me dire si je suis immunisée. Le temps nous le dira…

"Un grand merci et toute ma gratitude à toutes les personnes qui ont fait qu’aujourd’hui je suis toujours vivante !"

Un grand merci à Zazou77 pour avoir accepté de témoigner pour Carenity. Et vous, avez-vous vécu cette expérience ?
N'hésitez pas à la partager dans les commentaires, en ce moment de crise, l'information est importante !
Bon courage à tous, prenez soin de vous !

avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Community Manager France

Candice Salomé est Community Manager France chez Carenity. Elle participe également à la rédaction d’articles du Magazine Santé. Responsable de l’engagement des membres... >> En savoir plus

36 commentaires


Soso1802
le 31/05/2020

Merci pour votre témoignage, vous avez eu la force de vous battre et c'est tant mieux, bon rétablissement et continuez de prendre bien soin de vous, bisous d'amitié 


Daniel62Lens
le 01/06/2020

Heureux que vous vous en êtes sortie. 

Continuez à vous protéger. 

Quel a été le traitement, quel médicaments ! 


AMOILAVIE
le 30/06/2020

Bonjour @zazou77‍.


Merci pour votre témoignage qui peut permettre à certains de prendre vraiment conscience des risques car pour beaucoup ce virus ne serait pas aussi terrible que l'on nous le dit...

Etant personne à risque ,je passe encore pour une parano quand je dis que l'on ne sait pas encore comment les choses vont évoluer (mon docteur m'a encore bien redit tous les risques et m'a bien dit de ne pas hésiter si je n'allais pas bien et si je n'arrivais pas à le joindre ) et que le port du masque et les gestes barrières ne doivent pas être oubliés...

Et ce que je vois autour de moi ne me rassure pas même si j'ai la chance d'être dans une région  épargnée (les Bouches du Rhône ).

Prenez soin de vous . En espérant que mon message vous trouvera en meilleure forme .Bon courage.


fabach
le 07/07/2020

@zazou77.‍ 

Merci pour votre témoignage, nous avons tous entendu parler, mais c'est plus poignant d'une personne qui l'a vécu de son intérieur: prendre conscience que sa vie tient un un bout de fil ! c'est encore plus humainement difficile: toutes ces personnes qui ont perdues la vie, qui n'ont pas pu être accompagnées par leurs proches ...tout cela est dramatique, mais il ne faut pas oublier et faire attention à soi et aux autres. 

Il ne faut pas oublier de remercier tout se personnel hospitalier, qui va de la personne qui fait le ménage au médecin ! qui ont fait leur devoir bien sûr, mais aussi plus pour chacun de vous.

Espérant que petit à petit vous retrouverez une vie dites "normale". 

Courage à vous

Fabach


Peclete
le 20/03/2021

merci de votre témoignage , vous avez été courageuse et positive malgré ces durs moments, bon rétablissement à vous

Vous aimerez aussi