«
»

Top

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

2 sept. 2019 • 57 commentaires

Utilisé pour traiter la douleur légère à modérée, l’ibuprofène a souvent une place de choix dans nos armoires à pharmacie. Egalement efficace contre la fièvre et les inflammations, il n’est pourtant pas compatible avec certains médicaments et certaines maladies. Lisez notre guide pour éviter toute complication !

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Qu’est-ce que l’ibuprofène ?

Sous sa forme orale à destination de l’adulte (la plupart du temps, des comprimés), l’ibuprofène est un médicament utilisé pour traiter une douleur légère à modérée, de la même manière que le paracétamol. Il est également utilisé en tant qu’antipyrétique (pour lutter contre la fièvre) ainsi qu’en tant qu’anti-inflammatoire.

Quand et comment prendre de l’ibuprofène ?

Les recommandations ci-dessous s’entendent pour un adulte de plus de 15 ans.

- De 200 à 400 milligrammes par prise 

- Chaque prise doit être espacée de 6h minimum 

- La dose journalière maximale ne doit pas dépasser 1 200 milligrammes soit 6 comprimés de 200 mg ou 3 comprimés de 400 mg 

- Il est conseillé de prendre l’ibuprofène au milieu des repas pour limiter les douleurs et brûlures d’estomac qu’il peut provoquer

Si votre fièvre persiste plus de 3 jours ou si vos douleurs persistent plus de 5 jours alors que vous prenez de l’ibuprofène quotidiennement, consultez votre médecin pour réévaluer la prise en charge.

Quels sont les médicaments qui contiennent de l’ibuprofène ?

Il existe un très grand nombre de médicaments pour traiter la douleur composés d’ibuprofène. Ils sont disponibles sans ordonnance. Parmi eux, on peut citer :

- ADVIL ® / ADVIL CAPS® / ADVIL MED ®

- ANTARENE ®

- SPEDIFEN ®

- SPIFEN ® 200 mg

- UPFEN ® 200 mg

- NUROFEN ®

Dans quelles situations faut-il éviter l’ibuprofène ?

Les pathologies incompatibles

L’ibuprofène peut aggraver les infections et abimer les reins en les privant de flux sanguin. De plus, il empêche la production une enzyme qui protège l’estomac de l’acidité gastrique. L’ibuprofène inhibe également une autre enzyme responsable de l’agrégation plaquettaire, ce qui veut dire que la lutte du corps contre une éventuelle hémorragie serait plus difficile. Ces raisons expliquent (entre autres) pourquoi l’ibuprofène ne doit jamais être pris si :

- Vous souffrez de troubles de la coagulation

- Vous souffrez d’un ulcère de l’estomac ou si vous avez des antécédents d’hémorragies digestives

- Vous souffrez d’insuffisance cardiaque sévère

- Vous souffrez d’insuffisance rénale aigüe sévère

- Vous souffrez d’insuffisance hépatique sévère

- Vous avez la varicelle

- Vous souffrez d’asthme ou avez des antécédents d’asthme

- Vous êtes atteint d’un lupus érythémateux systémique

La grossesse

Si vous êtes enceinte, vous ne devez plus prendre de l’ibuprofène à partir du 5e mois de grossesse car l’ibuprofène peut provoquer la mort in utero du fœtus. Vous ne devez pas non plus prendre d’ibuprofène si vous allaitez votre enfant car le médicament peut être transmis au bébé dans le lait maternel.

Les infections

En cas de fièvre et/ou de douleurs en lien avec une infection (angine, rhinopharyngite, otite, toux, infection pulmonaire, lésion cutanée ou varicelle), consultez votre médecin et utilisez plutôt le paracétamol. L’ibuprofène peut en effet masquer les signes d’infection, ce qui peut entrainer des complications si celle-ci n’est pas traitée à temps.

En cas de doute, il est indispensable de demander l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien. Cet article ne peut se substituer à une consultation médicale.

Quels médicaments peuvent-être incompatibles avec l’ibuprofène ?

Les anticoagulants oraux

Il est déconseillé d’utiliser l’ibuprofène si vous être traité par anticoagulant oral (Coumadine, Mini-Sintrom, Préviscan, Sintrom, Eliquis, Pradaxa ou encore Xarelto). En effet, le risque de saignement serait accru.

Les autres AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens)

Ne prenez jamais plusieurs médicaments contenant de l’ibuprofène ; leur efficacité n’en serait pas augmentée et vous risqueriez un surdosage. N’associez pas non plus l’ibuprofène à l’aspirine ou à d’autres anti-inflammatoires non stéréoïdiens (comme le kétoprofène ou le diclofénac) : cela augmente le risque de lésions à l’estomac et d’hémorragie.

Quels sont les autres usages de l’ibuprofène ?

L’ibuprofène est retrouvé dans un très grand nombre de médicaments, seul ou en association. Il est utilisé pour différentes indications.

- Par voie orale sous forme de suspension buvable pour les enfants

- Par voie cutanée (crème ou gel) pour arthroses, entorses, contusions, tendinites superficielles (ibufetum)

- En association avec la codéine en comprimés (Antarene codéiné) pour prendre en charge la douleur d'intensité moyenne à sévère

- En association avec la pseudoéphédrine en comprimés (Rhinadvil rhume) pour prendre en charge les rhinopharyngites

- En association avec le lévomenthol sous forme de gel (Cliptol) pour prendre en charge les douleurs en pathologies post-traumatiques bénignes, les entorses et contusions ou encore les œdèmes d’origine traumatique.

Pour chacun des médicaments cités ci-dessus, lisez attentivement la notice d’utilisation. Leurs dosages et contre-indications ne sont pas forcément les mêmes que l’ibuprofène par voie orale utilisé en tant qu’antidouleur chez l’adulte.

Si vous prenez régulièrement de l’ibuprofène sans ordonnance pour soulager des douleurs, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin, il pourra peut-être vous proposer d’autres solutions plus adaptées pour les soulager.

 

Connaissiez-vous les contre-indications de l’ibuprofène ? En consommez-vous régulièrement ? Donnez votre avis en commentaire !

Article rédigé par Louise-B sous la supervision d’Alizé Vives, étudiante en 5ème année de pharmacie et auteur de la thèse : Mise en place de la conciliation des traitements médicamenteux chez des patients atteints de cancer.

Sources : les recommandations de cet article proviennent de la base de données publique dédiée aux médicaments.

 

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également Content Manager pour proposer à tous les membres articles, vidéos et témoignages. Spécialisée dans le Brand Content, son objectif est de porter la voix des patients et de faciliter leur expérience sur le site.

Commentaires

le 03/09/2019

très intéressant merci 

le 03/09/2019

Merci @pseudo-masqué‍ .ibuproféne m'avait été prescrit alors que je suis sous anticoagulant,bravo à mon ancien médecin

le 03/09/2019

C'est très intéressant.

même si  Je ne prends pas ce type de médicaments car je suis allergique à l'aspirine. 

le 03/09/2019

 pour avoir pris de l'IBUPROFENE + TRAMADOL durant des mois, j'ai fini avec un surdosage de médicaments... rendez-vous avec un gastro entérologue, résultat un foie gras... Formellement déconseillé .

sujet très intéressant  @Louise-B‍ , merci 

le 03/09/2019

Merci Louise B pour ses conseils, très instructif.

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Maladie de Crohn
Polyarthrite rhumatoïde
Psoriasis
Rectocolite hémorragique
Rhumatisme psoriasique
Spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article