«
»

Top

La polypharmacie : qu'est-ce que c'est et quel est le risque pour notre santé ?

Publié le 23 janv. 2022 • Par Courtney Johnson

Avec l'augmentation de la population des personnes âgées et du nombre de jeunes souffrant de problèmes de santé complexes en France, la polypharmacie est devenue un problème de plus en plus important. 

Mais qu'est-ce que la polypharmacie ? Quels en sont les risques et comment la gérer ? 

On vous dit tout dans notre article !

La polypharmacie : qu'est-ce que c'est et quel est le risque pour notre santé ?

Qu'est-ce que la polypharmacie ?

Bien que sa définition fasse encore l'objet de débats, la communauté médicale a fini par définir la polypharmacie comme l'utilisation quotidienne de cinq médicaments ou plus pour un individu. 

La prévalence de la polypharmacie dépend de multiples facteurs (notamment la définition précise de la polypharmacie, le groupe d'âge et la zone géographique étudiés), mais on estime généralement qu'elle est en augmentation

De nombreux pays connaissent une croissance rapide de la population âgée de 65 ans et plus, à mesure que la génération des baby-boomers vieillit et que l'espérance de vie s'améliore, ce qui peut contribuer à l'augmentation des cas de polypharmacie. 

Quand la polypharmacie est-elle bénéfique ? 

La polypharmacie peut être utilisée à la fois de manière appropriée et inappropriée. Si la polypharmacie est souvent perçue de manière négative, la prescription de plusieurs médicaments peut être acceptable et même thérapeutiquement bénéfique dans de nombreux cas. 

"La polypharmacie appropriée" est un terme utilisé pour décrire la prescription de plusieurs médicaments pour des problèmes de santé multiples ou complexes de manière à ce que seuls les médicaments nécessaires soient utilisés selon les meilleures preuves pour préserver la sécurité et le bien-être du patient. 

Ce type de polypharmacie est cliniquement indiqué pour certaines affections. Souvent, certains médicaments peuvent avoir des interactions positives spécifiques et voulues les uns avec les autres lorsqu'ils sont prescrits simultanément, ce qui permet d'obtenir un effet plus important que celui d'un médicament seul. Cela est particulièrement vrai dans les domaines de la gestion de la douleur et de l'anesthésie, où les analgésiques typiques tels que les AINS, les inhibiteurs de prostaglandine, les opioïdes et autres sont associés à des médicaments atypiques comme les myorelaxants, les antiépileptiques, les antidépresseurs, les antagonistes du NMDA ou d'autres agents. 

Par exemple, au cours de la première année suivant un infarctus du myocarde (crise cardiaque), un régime de traitement typique comprend : un bêtabloquant, une statine, un inhibiteur de l'ECA, de l'aspirine et un agent antiplaquettaire

Dans tous les cas, la polypharmacie doit être interrompue lorsqu'il est clair que les avantages des médicaments prescrits ne l'emportent plus sur les risques pour la santé du patient. 

Quand est-ce que la polypharmacie présente-t-elle des risques pour notre santé ? 

Si la polypharmacie est souvent cliniquement nécessaire, notamment dans le cadre de la prise en charge de plusieurs maladies chroniques, elle comporte néanmoins plusieurs risques. 

Mauvaise gestion de la prise de médicaments

La prise simultanée de plusieurs médicaments différents peut poser des problèmes tant aux patients qu'aux cliniciens. 

Pour les patients, la gestion, l'organisation et la prise de plusieurs médicaments peuvent être difficiles à gérer et entraîner des erreurs de stockage ou de prise. Les patients prenant plusieurs médicaments différents peuvent oublier de les prendre, les prendre au mauvais moment ou les prendre trop fréquemment. En conséquence, le traitement peut échouer, la maladie peut s'aggraver, des réactions médicamenteuses peuvent se produire et le patient peut être hospitalisé - autant de situations qui peuvent mettre sa vie en danger. 

Pour les cliniciens, il peut être difficile de savoir ou de garder trace des médicaments que le patient prend déjà, ce qui entraîne des erreurs de prescription ou l'une des situations décrites ci-dessus. 

Effets indésirables des médicaments et interactions 

Les effets indésirables constituent une autre préoccupation en matière de polypharmacie. Plus il y a de médicaments, plus le risque d'interactions ou de réactions est élevé. 

Tout d'abord, certains médicaments perdent de leur efficacité lorsqu'ils sont utilisés avec d'autres médicaments qui interfèrent avec leur action. C'est ce qu'on appelle une interaction médicamenteuse

De plus, un médicament utilisé pour une affection ou un symptôme peut avoir un effet négatif sur une autre affection ou un autre symptôme. Ce phénomène est connu sous le nom d'interaction médicament-maladie. Par exemple, certains anti-inflammatoires souvent utilisés comme analgésiques peuvent augmenter la pression artérielle et avoir un impact sur la fonction rénale. Ils ne doivent donc pas être prescrits aux personnes souffrant d'hypertension artérielle ou de problèmes rénaux.

Comment gérer la polypharmacie ? 

La prise de plusieurs ordonnances et de médicaments en vente libre peut être accablante. Pour vous aider à gérer la polypharmacie, voici quelques conseils utiles : 

  • Conservez une liste précise et à jour de tous les médicaments que vous prenez. Cette liste devrait inclure les médicaments prescrits, les médicaments en vente libre, les remèdes à base de plantes médicinales et les compléments alimentaires, ainsi que leurs doses. Veillez à la mettre à jour chaque fois que vos prescriptions changent. 
  • Assurez-vous que tous vos médecins et/ou spécialistes sont au courant des médicaments que vous prenez, y compris et surtout les médicaments en vente libre, les remèdes naturels ou les compléments alimentaires. 
  • Comprenez pourquoi vous prenez chacun de vos médicaments. Comprendre à quoi sert chaque médicament peut vous aider à prendre une part active dans votre traitement et à mieux le gérer. N'hésitez pas à discuter avec votre médecin des effets secondaires à surveiller ou à lui demander si certains symptômes que vous ressentez pourraient être liés à un effet secondaire d'un médicament. 
  • De temps à autre, discutez avec votre médecin de vos prescriptions. Certaines affections ou certains symptômes peuvent avoir des conséquences négatives sur votre santé et votre qualité de vie, et il est donc essentiel de les prendre en charge par des traitements appropriés. Mais d'autres affections ou symptômes peuvent avoir un impact mineur sur votre santé ou votre qualité de vie, de sorte que vous pouvez peut-être vous passer de médicaments supplémentaires. Demandez à votre médecin si certains médicaments ne sont plus nécessaires ou si des changements dans votre mode de vie (régime, exercice physique, perte de poids, etc.) peuvent vous aider à les arrêter. 
  • Adoptez des aides ou des outils pour vous aider à prendre vos médicaments correctement. Si vous avez du mal à prendre vos médicaments correctement (c'est-à-dire au bon moment, etc.), demandez à votre médecin de simplifier votre prise de traitements ou de passer à des médicaments qui peuvent être pris moins souvent chaque jour. Pour vous aider, un certain nombre d'outils virtuels ou physiques sont disponibles (applications de rappel de médicaments sur les smartphones, piluliers quotidiens ou hebdomadaires, etc.), et votre médecin peut vous aider à identifier les meilleures options pour vous.


Cet article vous a-t-il été utile ?    
   
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !     
   
Prenez soin de vous !    


80
avatar Courtney Johnson

Auteur : Courtney Johnson, Rédactrice Santé

Courtney est créatrice de contenu chez Carenity et se concentre sur la rédaction d'articles santé. Elle a une appétence toute particulière pour les thèmes de la nutrition, du bien-être et de la... >> En savoir plus

Qui a revu : Antoine Seignez, Pharmacien chef de projet data science

Antoine est titulaire d’un doctorat en pharmacie et d’un doctorat en sciences de la vie, spécialité immunologie. Il a suivi ses études à l’université de Bourgogne. Plusieurs de ses travaux ont fait l’objet de... >> En savoir plus

12 commentaires


babe01
le 23/01/2022

je me pose la question dans le cadre de maladie chroniques qui nécessite une polypharmacie sur le long terme n'y a t-il pas un risque de développer des cancers à la longue à force d'absorber toute cette chimie?


chrissevemele
le 24/01/2022

Des expériences désastreuses chez moi et chez d'autres m'ont rendue très méfiante avec les médicaments, et à plus forte raison avec la polypharmacie. Les médecins sont très imprudents avec notre santé.@babe01


dinouille
le 29/01/2022

Bonjour, oui je pense aussi que les risques sont énormes quand on doit prendre plusieurs médicament à la fois .parfois suffit déjà d'un seul médicament pour avoir des effets secondaires plus ou moins graves ,alors avec 5 ou 6 différents à prendre en une seule prise 2 à 3 fois par jour? si c'est à court terme ça peut sans doute aller, mais à long termes quels risques pour le patient?? Ce qui me choque ,c'est qu'ils pensent que tout le monde a le même organisme ,bien non ,même si 2 patients ont le même traitement ,je doute fort qu'ils réagiront tout les deux de la même façons..


Ibiscus93
le 29/01/2022

Arythmie diagnostiquée en juillet 2020, traitement mis en place durant 10 mois avec constat d'intolérance aux bêtas-bloquants et effets secondaires insupportables. Suppression des traitements et decision d' ablation (intervention chirurgicale) résultat moyen mais j'ai décidé de ne prendre aucun traitement médicamenteux (j'assume ma décision) acupunture, homéopathie et prise de gouttes d'extraits de bourgeons d'aubepine me permet de stabiliser mon état.


Mimi.🤫
le 29/01/2022

Bonjour,

Moi depuis une semaine mon médecin m'a changé mon traitement en cause mon, AIT, il est vrais que je prenait beaucoup trop de médoc et très n'efface sans aucune vraiment amélioration du point de vue santé, j'avais 6 ou plus cela dépendait des jours, j'en prenait le soir en 1coup, il y a asaflow 80mg pour m'ont AIT, le matin, zaldiar inhalateur pour m'ont asthmes le matins et lyryca 150mg 2x et 1 en journée en cas de forte douleur de la fibromyalgie, liryca 150mg 2x, mirtazapine, 45mgr 1x, Rivotril 2mgr x2, il m'arrivais dans prendre en journée pour pouvoir calmer les douleurs. maintenant ses liryca 150mg 2x je n'en prend plus en journées et j'en enlèverait1 le soir quand m'ont organisme sera habitué, mirtazapine 45mgr 1x, et trazodonne 1x le soir pour dormir. J'étais vraiment dépendantes de ses médocs, tout ça ses finit j'en suis heureuse mes bonjour, insomnies, douleurs, crampes... je préfère ça que d'être comme une zombie.

Vous aimerez aussi

Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Lire l'article
La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

Lire l'article
Quels sont les risques potentiels du paracétamol pour la santé ?

Quels sont les risques potentiels du paracétamol pour la santé ?

Lire l'article
Quel est l’impact du changement d’heure sur la santé ?

Quel est l’impact du changement d’heure sur la santé ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées