«
»

Top

Les douleurs du genou touchent de plus en plus de monde

1 mars 2016 • 3 commentaires

Les douleurs du genou touchent de plus en plus de monde
Les causes de douleurs à cette articulation sont diverses et nombreuses. Leur prise en charge doit être très précise.
 
« Le genou est le pivot du corps. Avec une population de plus en plus active, les traumatismes du genou sont plus fréquents, rappelle le Pr Jean-Noël Argenson, chef du service de chirurgie orthopédique du CHU de Marseille. En parallèle, le vieillissement de la population fait apparaître des cas de plus en plus nombreux d'arthrose du genou.» Il y a donc une forte augmentation de patients qui se présentent chez leur médecin à la suite de douleurs dans le genou: il leur faudra distinguer entre des causes mécaniques ou dégénératives en identifiant le rôle de l'inflammation dans les symptômes.
 
Les traumatismes, entorse et fracture, conduisent le patient aux urgences, le plus souvent. Les entorses sont liées, en très grande majorité, à la pratique d'un sport, rugby, football, basket-ball et surtout ski qui représente à lui seul un tiers des entorses de genou. Elles sont plus graves lorsque les ligaments croisés sont touchés: l'immobilisation et la rééducation seront plus longues. Il est parfois nécessaire de les réparer par arthroscopie, surtout chez le sujet jeune, pour éviter une instabilité du genou trop importante. Les fractures, elles, se produisent à la suite d'un accident sur la voie publique mais également lorsque l'ostéoporose affaiblit l'articulation. Si la fracture déplace un élément de l'articulation et/ou affecte le cartilage, la chirurgie est le plus souvent nécessaire pour remettre les os en place grâce à des vis et des plaques.
 
Comprendre l'origine de la douleur
 
D'origine traumatique ou non, la douleur du genou nécessite un examen clinique et un interrogatoire précis pour orienter le diagnostic ainsi que le traitement. Gonflement, siège de la douleur, limites au mouvement, douleur à l'appui, durée des symptômes permettent au médecin d'identifier les zones atteintes et l'urgence de la prise en charge. Après 40 ans, l'usure normale de l'articulation joue ainsi un rôle plus important que chez un patient plus jeune, surtout si la douleur n'est pas apparue brutalement.
Il faut prendre le temps de bien comprendre l'origine de la douleur pour éviter tout traitement qui pourrait accélérer l'apparition d'arthrose. Un poids excessif crée par ailleurs un risque plus important d'usure prématurée de l'articulation: il faudra en tenir compte pendant et après le traitement. La posture, l'orientation des os de l'articulation peuvent également provoquer une usure précoce. L'interrogatoire permet également d'identifier une cause inflammatoire, surtout si le genou est gonflé: les douleurs apparaissent plutôt la nuit, le patient a des douleurs dans d'autres articulations ou présente des signes de maladie inflammatoire systémique, révélés par des troubles dermatologiques ou ophtalmiques.
 
La radiographie sera le premier examen supplémentaire et bien souvent le seul. « La radiographie donne une réponse dans 90 % des cas , insiste le Pr François Gouin, responsable du service de chirurgie orthopédique et traumatique du CHU de Nantes. La tendance actuelle à prescrire scanner et IRM tout de suite est inutile et préjudiciable aux patients: après 40 ans, la plupart des genoux présentent quelques signes dégénératifs qui sont normaux, n'ont pas de conséquences cliniques mais peuvent orienter le diagnostic dans la mauvaise direction et parfois conduire le médecin et le patient à vouloir intervenir à mauvais escient. » En cas de gonflement persistant, le prélèvement de liquide synovial donne également de nombreuses réponses pour orienter le diagnostic entre une cause mécanique, inflammatoire ou infectieuse.
Si l'arthrose n'est pas déjà présente, ce sont souvent les ménisques qui provoquent la douleur. Ces coussinets de cartilage absorbent les chocs et les frottements entre les os de l'articulation du genou. Ils sont donc soumis à rude épreuve au quotidien et présentent des signes d'usure dès 40 ans, voire bien avant chez les sportifs ou lorsqu'un surpoids accélère l'usure. La douleur apparaît lorsqu'ils se fissurent trop ou qu'une petite partie se détache de leur surface.
 
L'arthroscopie, trop souvent proposée
 
Si le patient est jeune et que le ménisque n'est atteint que sur une petite surface, le chirurgien pourra proposer d'enlever la partie abîmée par arthroscopie. Cette intervention, trop souvent proposée, est beaucoup moins efficace pour les patients plus âgés, dont les ménisques, même usés, protègent encore les os de l'articulation. « Cette intervention provoque trop fréquemment une décompensation vers l'arthrose avec le risque d'avoir à poser une prothèse trop tôt », précise le Pr Bernard Combe, chef du service de chirurgie orthopédique et traumatologie du CHU de Montpellier.
Perte de poids, arrêt ou ralentissement des activités présentant un risque pour le genou, renforcement des muscles protégeant l'articulation associée à des antalgiques et des anti-inflammatoires par voie orale sont une première réponse efficace dans de nombreux cas. Des injections de corticoïdes à visée anti-inflammatoire et/ou d'acide hyaluronique pour lubrifier l'articulation donnent également de bons résultats. Il est essentiel, dans tous les cas, de mettre d'abord en place une prise en charge médicale avant d'envisager la chirurgie, qui doit rester un dernier recours.
 
Et pour l'avenir ?
 
Le vieillissement de la population et de ses articulations conduit de nombreuses équipes sur de nouvelles pistes thérapeutiques contre l'arthrose. Toutes veulent trouver un moyen de régénérer le cartilage pour qu'il continue à jouer son rôle de protection des articulations.
Des injections de cellules souches sont à l'étude, elles ont montré des résultats intéressants chez la souris mais l'application chez l'homme devra attendre encore au moins dix ans.
 
Les biothérapies pourraient également trouver des applications contre l'arthrose.
 
Du côté des atteintes inflammatoires, si la piste des cellules souches est également envisagée, c'est probablement la voie immunitaire qui se développera le plus rapidement. Un vaccin thérapeutique à base de dérivés d'anti-TNF alpha (TNF de l'anglais: tumor necrosis factor), molécule impliquée dans les processus inflammatoires de la polyarthrite rhumatoïde, est en cours d'étude, ainsi que des injections de lymphocytes T régulateurs destinées à améliorer la réponse immunitaire du patient lui-même.

Le Figaro Santé

Commentaires

le 01/03/2016

bonsoir 

ayant très mal aux deux genoux depuis un mois ,avec jambes enflées et parfois les genoux chauds ,j ai lue cet article début d après midi en cherchant sur le net 

 je n y ai pas  trouver de réponse ,jeudi j ai rdv avec mon généraliste 

le 01/03/2016

Encore faut-il trouver le bon médecin, celui qui prendra le temps d'aller au fond des choses et fera un diagnostic précis (et proposera éventuellement le bon traitement) et ça, c'est pas évident !..

le 02/03/2016

Jai mal au genou depuis l'age de 5 ans, et j'ai 36 ans aujourd'hui, je ne sais plus quoi faire, please aide moi

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article